Archives de catégorie : Réflexions

Le nerf de la guerre

     Après avoir analysé les rouages politiques de la ville au sens strict, je m’attaque aux rouages économiques, ceux qui fondent la puissance de la ville. Aux XIVe-XVe siècles, Valenciennes est une ville florissante, sans aucun doute la plus riche du Hainaut. Elle est un point de convergence des productions rurales et un relais d’exportation.  Et les institutions ont bien compris qu’une régulation, un contrôle de ces productions était une belle occasion de prélever des sommes importantes, qui financeraient les activités politiques urbaines.  En outre, c’est une nécessité car dans la liste des denrées faisant l’objet de cette intervention des autorités, il y a tout ce qui relève de l’approvisionnement et on touche là l’une des problématiques qui concernent de près toutes les villes peu importe leur taille. Car sans nourriture, pas de population, et sans population, pas de cité. Dernier point qui justifie la création d’institutions économique, et finalement sans doute la raison première : la fondation de la ville. Si la charte de la Paix accordée par Baudouin en 1114 institue un collège d’échevins, c’est en échange de l’apurement de dettes, soldées par les Valenciennois. Et ce groupe de « pères fondateurs » est composé de marchands, actifs depuis longtemps.

Continuer la lecture de Le nerf de la guerre

L’abattis de maison comme mode de gouvernement ou la ville en colère

Malgré les conflits qui animent la société valenciennoise, la communauté urbaine ne pardonne jamais les atteintes à son intégrité et se montre volontiers revancharde. C’est dans ce contexte que la bonne ville du Hainaut pratique l’abattis de maison.

Ce procédé, très répandu dans le Hainaut et dans le Nord de façon plus générale (Laon et Amiens par exemple), est ancien, et vise à punir sauvagement une personne en s’en prenant à ses biens, en détruisant sans ménagement sa maison.

Continuer la lecture de L’abattis de maison comme mode de gouvernement ou la ville en colère

Construire son objet de recherches et se construire soi-même, pas à pas

L’une des questions qui revient le plus après le « et cette thèse, ça avance? », c’est « pourquoi ce sujet? ». Mon thème de recherches est le résultat d’un cheminement commencé il y a presque vingt ans.

L’Histoire, ma première histoire d’amour

D’abord il y a eu la fascination lors de la découverte de l’Histoire et des possibilités d’évasion qu’elle offre face à un monde violent (rappelons que je suis née au milieu des années 1980, et que dans mes souvenirs d’enfance il y a notamment les collectes alimentaires à l’école contre la famine en Afrique. Par ailleurs, j’ai grandi près de la frontière belge, et lors de mes années collège, le contexte, c’est l’affaire Dutroux, qui a terrorisé bien des enfants dans ce coin de l’hexagone). Donc le rêve de l’ailleurs, un univers avec ses conflits certes, mais qui offre une place pour l’imaginaire, et pour le Moyen Age, les constructions majestueuses et des sonorités différentes. Je me rappelle d’ailleurs une double page de mon manuel de 5e qui portait sur les villes, j’étais subjuguée par les représentations des rues, foisonnantes, fourmillant d’activités variées.

Continuer la lecture de Construire son objet de recherches et se construire soi-même, pas à pas

Papiers s’il vous plaît!

Tollé sur la planète internet depuis quelques jours, le gouvernement se lancerait dans le fichage à grande échelle! Stupeur, effroi, protestations partout sur les réseaux sociaux! La chose fait parler, c’est le moins qu’on puisse dire, sous le hashtag #FichierMonstre. Et pourtant, ça n’est pas la première fois que de telles bases de données sont constituées. Qui n’a pas une carte quelconque dans sa poche, de paiement, de fidélité, de transport, de bibliothèque…? « Ah oui, mais là c’est l’Etat qui se fait sa petite bdd », me dira-t-on. Certes. Concrètement, qu’est-ce qui inquiète les gens? L’Etat dispose déjà d’une base de données géante, celle qui sert aux impôts. Donc rien de neuf dans la démarche. Là ce qui gêne, c’est sans doute – au moins en partie – l’usage qui sera fait de tout ça, et l’identification des personnes sur des critères plus personnels que le montant de nos fiches de paye. Et forcément, ça renvoie à des heures sombres de notre histoire. Mais pas seulement, car il faut l’envisager dans le temps long et replacer cette initiative dans le long processus de construction de ce concept qu’est l’individu.

Continuer la lecture de Papiers s’il vous plaît!