Et cette césure? Programme d’une année de recherches particulière

Souvenez-vous, il y a quelques mois je disais que je voulais une année de césure, because collège trop lourd pour un tas de raisons, because autisme Asperger, bref because fatigue. Moment d’incompréhension, début juillet l’ED refuse ma demande mais souligne que le conseil de l’ED sera attentif à ma situation pour une 7e année. L’affaire m’a démoralisée, jusqu’à la semaine dernière. Dans ce billet, je vous raconte les péripéties et je vous présente le chantier 2018-2019.

Continuer la lecture de Et cette césure? Programme d’une année de recherches particulière

Repenser les migrations

Je travaille depuis quelques jours à la rédaction de l’historiographie des migrations et plus précisément de l’immigration. Je fais mention des travaux des contemporanéistes (pensée pour mes camarades de jeu contemporanéistes qui risquent de tomber de leur chaise #cavaaller), et je scrute ce qu’il se fait chez les sociologues notamment1, en particulier concernant le pan intégration de ce champ de recherches. J’ai lu hier l’ouvrage de Nancy Green, Repenser les migrations.

Continuer la lecture de Repenser les migrations

  1. REA Andrea, TRIPIER Maryse, Sociologie de l’immigration, Paris, La Découverte, 2013. []

#lecture Les marginaux du Moyen Age

Profitant de l’été et de l’absence de copies/cours/réunions diverses, outre la rédaction (qui avance!), j’ai sorti une pile de livres que j’aimerais lire avant l’éventuelle reprise en septembre. Et j’ai du retard… qui atteint la bagatelle de deux étagères d’une bibliothèque, articles imprimés non comptés… J’ai choisi de commencer par l’un des derniers ouvrages de Sophie Brouquet, consacré aux marginaux et paru il y a quelques mois :

Continuer la lecture de #lecture Les marginaux du Moyen Age

Aperçu de quinze ans de fouilles de la Valenciennes médiévale

Je compte profiter de ce mois pour m’atteler à la lecture des rapports de fouilles et diagnostics de synthèse du service archéologique de Valenciennes. J’ai la chance d’avoir sous le coude un service municipal accessible, avec une équipe très accueillante. Les locaux sont un peu spartiates en apparence mais on y trouve de quoi travailler dans de bonnes conditions (une salle de lecture avec une belle bibliothèque, des salles de travail pour les différentes spécialités, une salle de prise de vues et une salle de pause). Depuis le début de ma thèse, je ne m’y étais pas trop aventurée, mais la rédaction m’amène à me dire qu’il est temps de faire le grand saut. Continuer la lecture de Aperçu de quinze ans de fouilles de la Valenciennes médiévale

Bilan d’une année de collège : et maintenant?

Demain j’accueille mes collégiens pour la dernière fois. Avec mes 3e, on travaille jusqu’au bout, because brevet dans quelques jours. Avec mes autres classes, l’idée est de simplement partager des moments agréables ensemble, sans la pression du programme ou des compétences. Une chose est sûre : chacun·e de mes élèves va me manquer. Continuer la lecture de Bilan d’une année de collège : et maintenant?

Doctorante autiste Asperger, les intérêts spécifiques et leur influence dans la thèse

Je n’ai pas encore terminé tous les tests, mais les premiers bilans sont concluants, je suis autiste Asperger. Et doctorante. Si poser le diagnostic de manière définitive ne règlera pas les problèmes que je rencontre et qui découlent de ce syndrome, cela m’aide incontestablement à mieux me connaître, mieux me comprendre et mieux comprendre pourquoi parfois ça coince dans certaines situations. Et quand on fouille le net, il n’y a finalement pas grand-chose qui sort sur le quotidien des doctorant·es Asperger. Alors, et loin de m’ériger en modèle mais parce que je suis persuadée que beaucoup d’Aspi se cachent dans le monde de la thèse sans même avoir conscience de leur trouble, je crois que ça pourrait aider certain·es d’entre eux/elles de décrire une partie de mes symptômes et de comment cela affecte – ou pas d’ailleurs – mon travail de thèse. Continuer la lecture de Doctorante autiste Asperger, les intérêts spécifiques et leur influence dans la thèse

Du bon usage des outils numériques et de la courtoisie dans une thèse

Cher zotero_masqué,

J’ai pris note de ton commentaire suffisant et condescendant (je me permets de te tutoyer, quand on a autant de qualités relationnelles que toi, ça ouvre la voie à une telle proximité) sur mon billet dans lequel j’évoque le chantier du diable : la biblio sans fin du/de la chercheur·se.

  Continuer la lecture de Du bon usage des outils numériques et de la courtoisie dans une thèse

De la difficulté de présenter les sources en histoire

En histoire, les sources, c’est le nerf de la guerre, la base du travail, ce sans quoi point de thèse. En cinq ans, j’ai accumulé un peu de matière. Beaucoup en fait. Trop peut-être certainement. Il faut désormais en faire la liste et de préférence sous forme critique. L’exercice me déroute. Continuer la lecture de De la difficulté de présenter les sources en histoire

Gérer sa biblio, l’un des 12 travaux d’Astérix du/de la chercheur·se

En histoire, une thèse se construit selon deux axes : travailler les sources et monter une bibliographie permettant d’éclairer celles-ci. Parmi les questions qu’il ne faut jamais poser à un·e doctorant·e, c’est « comment on s’y prend pour gérer les références utiles ? », sous peine de voir votre interlocuteur·trice osciller entre agacement, frayeur et désespoir. Sauf si vous entrez en thèse prochainement, auquel cas vous faites bien de demander. Car il n’est pas seulement question d’empiler les titres de monographies et d’articles, il faut aussi préparer le moment où il faudra les exploiter : la période de rédaction. Vous trouverez sur le net quantité de billets vous expliquant comment vous pouvez utiliser Zotero, Mendeley ou tout autre logiciel permettant de mettre de l’ordre dans tout cela. Suite à une question d’@AlexisMagister sur twitter, dans les lignes qui suivent, je vous emmène dans mon système d’organisation personnel. Continuer la lecture de Gérer sa biblio, l’un des 12 travaux d’Astérix du/de la chercheur·se

La fin d’un corpus, mais pas la fin de l’enquête

J’ai travaillé ces derniers temps sur les bordereaux de la prévôté. Cette source que j’avais sous le coude depuis mon master m’a donné bien du fil à retordre. Le truc, c’est que, outre l’écriture désastreuse, il m’a fallu composer avec ma tendance à l’exhaustivité, un trait de caractère utile et qui me permet souvent d’avoir une vue d’ensemble d’une situation et en l’occurrence d’un corpus. Le revers de la médaille, c’est que ce besoin d’exhaustivité lié à ma curiosité sans fin m’amène souvent à aller fouiller des cartons d’archives voisins de ceux qui m’intéressent au premier chef. Bref, je m’égare, même si ça n’est jamais du temps vraiment perdu. Continuer la lecture de La fin d’un corpus, mais pas la fin de l’enquête

Quand les sources s’éclaircissent

Oyez oyez, ce jour est un jour de bonheur et de réussite ! Depuis mon master, je bataille sur une source particulièrement difficile. Chaque médiéviste a quelque part dans ses dossiers un manuscrit, un registre, un parchemin qui lui donne du fil à retordre en matière de paléographie, souvent abîmé par le temps et fréquemment qualifié de torchon, de serpillère, ou de tout autre qualificatif marquant la complexité dudit écrit. Et évidemment, parce que sinon c’est pas drôle, il s’agit toujours d’un texte qui suscite notre curiosité, rare dans sa catégorie, parfois même unique, ce qui attise encore plus notre besoin de venir à bout de ce défi.  De temps en temps on ouvre l’une des photos, on regarde, on scrute, on ajoute quelques mots à notre transcription, et on finit par refermer, parfois d’un geste rageur quand finalement on n’avance plus. Et on y revient plus tard. Continuer la lecture de Quand les sources s’éclaircissent

Une journée dans mes escarpins de maman-thésarde-prof du secondaire

En début de thèse, j’ai fouillé le net à la recherche de témoignages de mamans en thèse, d’une part pour me rassurer sur le quotidien, et d’autre part pour glaner quelques trucs et astuces pour me simplifier la vie. Et j’ai été déçue, il n’y a pas grand-chose. En tout cas à l’époque. Et pourtant, en allant en colloque ou en université d’été (si si, on peut le faire! Même avec un enfant en bas âge!), je me suis rendue compte que des femmes qui mènent de front une vie de famille et une thèse ça existe, même qu’on peut aussi conjuguer ça avec une charge d’enseignement! C’est juste qu’en général la question du quotidien est un thème qu’on estime pas assez important pour le mettre par écrit, ou pas le temps pour le faire, et pourtant… Je vous propose donc dans ce billet de m’accompagner pour une journée et de voir comment ça se passe. Continuer la lecture de Une journée dans mes escarpins de maman-thésarde-prof du secondaire

Réflexion sur le temps de travail de doctorant·e en poste dans le secondaire

J’ai écrit un billet il y a quelques temps sur comment résoudre l’équation « avancer sa thèse tout en étant dans le secondaire », en précisant à l’époque que je reviendrais sans doute sur le sujet. Ce thème m’est revenu en tête hier, et mon point de vue sur le sujet a quelque peu évolué. Je reste convaincue qu’on peut enseigner tout en avançant sa thèse, et ce d’autant plus que j’ai des exemples de personnes qui y arrivent. Aujourd’hui, c’est toutefois un avis pessimiste que je rends, sans doute lié à la fatigue accumulée sur la dernière période, et à l’absence de soleil aussi.

Edit : après relecture de ce billet, je réalise qu’il peut peut-être paraître à tendance Caliméro, mais je tiens à vous assurer que ça n’est pas son objectif.

Depuis le fameux billet d’il y a un peu plus de trois mois, qu’ai-je fait pour la thèse? J’ai donné une conférence grand public en novembre (avec beaucoup de retours positifs, j’ai aimé, et je recommencerai bien volontiers, on m’a même demandé quand je comptais sortir un ouvrage sur Valenciennes au Moyen Age! #paspeufiere), rendu un article début février (en retard, une première!) et envoyé un chapitre à ma directrice (sur les vacances de Noël). Ca me paraît franchement maigre. L’ennui, c’est que le secondaire s’est un peu surimposé : une visite d’inspection inopinée en novembre (avec un très bon retour de l’inspectrice #çamotive), le brevet blanc à corriger, les 200 copies en retard laissées dans ma salle avant les vacances de Noël, la grippe et la gastro qui se sont lâchement attaquées à moi en janvier, les préparations de cours à avancer. Et comme il faut bien faire cours quand on est devant les Schtroumpfs, la thèse est vite passée au second plan.  Continuer la lecture de Réflexion sur le temps de travail de doctorant·e en poste dans le secondaire

Retrouver le goût de la lecture

L’une des nombreuses activités du/de la doctorant·e c’est la lecture. Plus précisément, recenser les ouvrages et articles utiles à la recherche et lire tous ces titres. Au début, ça ressemble à ça :

Puis, dans la vraie vie, ça s’apparente vite à la photo célèbre du bureau du non moins célèbre Jacques Le Goff.

Bref, une avalanche de titres, chacun d’entre eux amenant son nouveau lot de références #sisyphe. Au début on lit avec enthousiasme, faisant défiler les pages sans les compter. Et on remplit son fichier de références lues/sa base Zotero/tout autre format, comme on voudra. Personnellement je travaille avec un fichier Word et un fichier Excel (je sais, je ne travaille pas avec Zotero, c’est mal toussa toussa, mais en dépit d’une formation foireuse et de tâtonnements en autonomie à la maison, il ne me plaît pas). Pour chaque référence lue, je remplis une fiche de lecture avec différentes infos (référence complète, idées principales, citations, références à consulter…). Puis j’ajoute ladite référence à mon fichier word qui récapitule tout ce que j’ai lu, et je complète le fichier excel dans lequel je mets ladite référence avec quelques mots-clés. Ce système, couplé à l’indexation de mes fichiers (merci les évolutions technologiques!) suffit à faire mon bonheur en matière de gestion de ma biblio. Continuer la lecture de Retrouver le goût de la lecture

Communautés et territoires dans le Valenciennois médiéval