Bilan d’une année de collège : et maintenant?

Demain j’accueille mes collégiens pour la dernière fois. Avec mes 3e, on travaille jusqu’au bout, because brevet dans quelques jours. Avec mes autres classes, l’idée est de simplement partager des moments agréables ensemble, sans la pression du programme ou des compétences. Une chose est sûre : chacun·e de mes élèves va me manquer. Continuer la lecture de Bilan d’une année de collège : et maintenant?

Doctorante autiste Asperger, les intérêts spécifiques et leur influence dans la thèse

Je n’ai pas encore terminé tous les tests, mais les premiers bilans sont concluants, je suis autiste Asperger. Et doctorante. Si poser le diagnostic de manière définitive ne règlera pas les problèmes que je rencontre et qui découlent de ce syndrome, cela m’aide incontestablement à mieux me connaître, mieux me comprendre et mieux comprendre pourquoi parfois ça coince dans certaines situations. Et quand on fouille le net, il n’y a finalement pas grand-chose qui sort sur le quotidien des doctorant·es Asperger. Alors, et loin de m’ériger en modèle mais parce que je suis persuadée que beaucoup d’Aspi se cachent dans le monde de la thèse sans même avoir conscience de leur trouble, je crois que ça pourrait aider certain·es d’entre eux/elles de décrire une partie de mes symptômes et de comment cela affecte – ou pas d’ailleurs – mon travail de thèse. Continuer la lecture de Doctorante autiste Asperger, les intérêts spécifiques et leur influence dans la thèse

Du bon usage des outils numériques et de la courtoisie dans une thèse

Cher zotero_masqué,

J’ai pris note de ton commentaire suffisant et condescendant (je me permets de te tutoyer, quand on a autant de qualités relationnelles que toi, ça ouvre la voie à une telle proximité) sur mon billet dans lequel j’évoque le chantier du diable : la biblio sans fin du/de la chercheur·se.

  Continuer la lecture de Du bon usage des outils numériques et de la courtoisie dans une thèse

De la difficulté de présenter les sources en histoire

En histoire, les sources, c’est le nerf de la guerre, la base du travail, ce sans quoi point de thèse. En cinq ans, j’ai accumulé un peu de matière. Beaucoup en fait. Trop peut-être certainement. Il faut désormais en faire la liste et de préférence sous forme critique. L’exercice me déroute. Continuer la lecture de De la difficulté de présenter les sources en histoire

Gérer sa biblio, l’un des 12 travaux d’Astérix du/de la chercheur·se

En histoire, une thèse se construit selon deux axes : travailler les sources et monter une bibliographie permettant d’éclairer celles-ci. Parmi les questions qu’il ne faut jamais poser à un·e doctorant·e, c’est « comment on s’y prend pour gérer les références utiles ? », sous peine de voir votre interlocuteur·trice osciller entre agacement, frayeur et désespoir. Sauf si vous entrez en thèse prochainement, auquel cas vous faites bien de demander. Car il n’est pas seulement question d’empiler les titres de monographies et d’articles, il faut aussi préparer le moment où il faudra les exploiter : la période de rédaction. Vous trouverez sur le net quantité de billets vous expliquant comment vous pouvez utiliser Zotero, Mendeley ou tout autre logiciel permettant de mettre de l’ordre dans tout cela. Suite à une question d’@AlexisMagister sur twitter, dans les lignes qui suivent, je vous emmène dans mon système d’organisation personnel. Continuer la lecture de Gérer sa biblio, l’un des 12 travaux d’Astérix du/de la chercheur·se

La fin d’un corpus, mais pas la fin de l’enquête

J’ai travaillé ces derniers temps sur les bordereaux de la prévôté. Cette source que j’avais sous le coude depuis mon master m’a donné bien du fil à retordre. Le truc, c’est que, outre l’écriture désastreuse, il m’a fallu composer avec ma tendance à l’exhaustivité, un trait de caractère utile et qui me permet souvent d’avoir une vue d’ensemble d’une situation et en l’occurrence d’un corpus. Le revers de la médaille, c’est que ce besoin d’exhaustivité lié à ma curiosité sans fin m’amène souvent à aller fouiller des cartons d’archives voisins de ceux qui m’intéressent au premier chef. Bref, je m’égare, même si ça n’est jamais du temps vraiment perdu. Continuer la lecture de La fin d’un corpus, mais pas la fin de l’enquête

Quand les sources s’éclaircissent

Oyez oyez, ce jour est un jour de bonheur et de réussite ! Depuis mon master, je bataille sur une source particulièrement difficile. Chaque médiéviste a quelque part dans ses dossiers un manuscrit, un registre, un parchemin qui lui donne du fil à retordre en matière de paléographie, souvent abîmé par le temps et fréquemment qualifié de torchon, de serpillère, ou de tout autre qualificatif marquant la complexité dudit écrit. Et évidemment, parce que sinon c’est pas drôle, il s’agit toujours d’un texte qui suscite notre curiosité, rare dans sa catégorie, parfois même unique, ce qui attise encore plus notre besoin de venir à bout de ce défi.  De temps en temps on ouvre l’une des photos, on regarde, on scrute, on ajoute quelques mots à notre transcription, et on finit par refermer, parfois d’un geste rageur quand finalement on n’avance plus. Et on y revient plus tard. Continuer la lecture de Quand les sources s’éclaircissent

Une journée dans mes escarpins de maman-thésarde-prof du secondaire

En début de thèse, j’ai fouillé le net à la recherche de témoignages de mamans en thèse, d’une part pour me rassurer sur le quotidien, et d’autre part pour glaner quelques trucs et astuces pour me simplifier la vie. Et j’ai été déçue, il n’y a pas grand-chose. En tout cas à l’époque. Et pourtant, en allant en colloque ou en université d’été (si si, on peut le faire! Même avec un enfant en bas âge!), je me suis rendue compte que des femmes qui mènent de front une vie de famille et une thèse ça existe, même qu’on peut aussi conjuguer ça avec une charge d’enseignement! C’est juste qu’en général la question du quotidien est un thème qu’on estime pas assez important pour le mettre par écrit, ou pas le temps pour le faire, et pourtant… Je vous propose donc dans ce billet de m’accompagner pour une journée et de voir comment ça se passe. Continuer la lecture de Une journée dans mes escarpins de maman-thésarde-prof du secondaire

Réflexion sur le temps de travail de doctorant·e en poste dans le secondaire

J’ai écrit un billet il y a quelques temps sur comment résoudre l’équation « avancer sa thèse tout en étant dans le secondaire », en précisant à l’époque que je reviendrais sans doute sur le sujet. Ce thème m’est revenu en tête hier, et mon point de vue sur le sujet a quelque peu évolué. Je reste convaincue qu’on peut enseigner tout en avançant sa thèse, et ce d’autant plus que j’ai des exemples de personnes qui y arrivent. Aujourd’hui, c’est toutefois un avis pessimiste que je rends, sans doute lié à la fatigue accumulée sur la dernière période, et à l’absence de soleil aussi.

Edit : après relecture de ce billet, je réalise qu’il peut peut-être paraître à tendance Caliméro, mais je tiens à vous assurer que ça n’est pas son objectif.

Depuis le fameux billet d’il y a un peu plus de trois mois, qu’ai-je fait pour la thèse? J’ai donné une conférence grand public en novembre (avec beaucoup de retours positifs, j’ai aimé, et je recommencerai bien volontiers, on m’a même demandé quand je comptais sortir un ouvrage sur Valenciennes au Moyen Age! #paspeufiere), rendu un article début février (en retard, une première!) et envoyé un chapitre à ma directrice (sur les vacances de Noël). Ca me paraît franchement maigre. L’ennui, c’est que le secondaire s’est un peu surimposé : une visite d’inspection inopinée en novembre (avec un très bon retour de l’inspectrice #çamotive), le brevet blanc à corriger, les 200 copies en retard laissées dans ma salle avant les vacances de Noël, la grippe et la gastro qui se sont lâchement attaquées à moi en janvier, les préparations de cours à avancer. Et comme il faut bien faire cours quand on est devant les Schtroumpfs, la thèse est vite passée au second plan.  Continuer la lecture de Réflexion sur le temps de travail de doctorant·e en poste dans le secondaire

Retrouver le goût de la lecture

L’une des nombreuses activités du/de la doctorant·e c’est la lecture. Plus précisément, recenser les ouvrages et articles utiles à la recherche et lire tous ces titres. Au début, ça ressemble à ça :

Puis, dans la vraie vie, ça s’apparente vite à la photo célèbre du bureau du non moins célèbre Jacques Le Goff.

Bref, une avalanche de titres, chacun d’entre eux amenant son nouveau lot de références #sisyphe. Au début on lit avec enthousiasme, faisant défiler les pages sans les compter. Et on remplit son fichier de références lues/sa base Zotero/tout autre format, comme on voudra. Personnellement je travaille avec un fichier Word et un fichier Excel (je sais, je ne travaille pas avec Zotero, c’est mal toussa toussa, mais en dépit d’une formation foireuse et de tâtonnements en autonomie à la maison, il ne me plaît pas). Pour chaque référence lue, je remplis une fiche de lecture avec différentes infos (référence complète, idées principales, citations, références à consulter…). Puis j’ajoute ladite référence à mon fichier word qui récapitule tout ce que j’ai lu, et je complète le fichier excel dans lequel je mets ladite référence avec quelques mots-clés. Ce système, couplé à l’indexation de mes fichiers (merci les évolutions technologiques!) suffit à faire mon bonheur en matière de gestion de ma biblio. Continuer la lecture de Retrouver le goût de la lecture

Vis ma vie de thésarde-prof du secondaire

Cela fait deux bons mois que j’ai réenfilé mes baskets – ou mes escarpins, comme on voudra – de prof du secondaire en parallèle de la thèse. Et de ces deux mois ressortent quelques réflexions sur le déroulement des choses et sur comment gérer au mieux les deux. Je pense que ça peut se résumer en quatre syllabes : c’est compliqué. Pourtant, après deux mois je reste convaincue que conjuguer les deux est possible, mais cela nécessite plusieurs conditions indispensables. Je précise d’entrée qu’il ne s’agit là que d’une réaction à chaud, sur laquelle je reviendrai au fil de l’année. Continuer la lecture de Vis ma vie de thésarde-prof du secondaire

Les émotions de la recherche

Dimanche je donnais une conférence pour le Cercle Archéologique et Historique de Valenciennes. C’était ma première conférence longue, j’ai parlé seule plus d’une heure, puisqu’habituellement en colloque ou en journée d’études on est malheureusement limité·es. Là donc j’avais le temps. Outre ce confort (quoique relatif car il faut savoir tenir la distance, et là je dis merci l’enseignement!), cette présentation avait une saveur particulière pour moi.

Continuer la lecture de Les émotions de la recherche

« Autour d’un verre. Le vin, une économie de la sociabilité à Valenciennes au XIVe siècle »

Conférence pour le Cercle Archéologique et Historique de Valenciennes

Dimanche 5 novembre 2017

A la fin du Moyen Age, Valenciennes est la capitale économique du comté de Hainaut. Elle est une cité dynamique caractérisée par des flux migratoires et commerciaux importants. Dans ce contexte, elle reçoit très régulièrement des messagers et ambassadeurs prestigieux qui participent à son intégration dans le réseau urbain régional. Ce jeu diplomatique s’accompagne fréquemment de cadeaux offerts aux hôtes de la ville. Dans la cité hennuyère, il s’agit de présents de vins, que les registres de comptabilités de la massarderie permettent d’étudier.  En effet, cette série d’archives conservée essentiellement pour la seconde moitié du XIVe siècle comprend non seulement des listes détaillées des destinataires de ces gratifications honorifiques, mais aussi des fournisseurs, des montants engagés par la ville et des circonstances dans lesquelles les quantités de vins sont octroyées. Nous proposerons une analyse détaillée de ces dons somptuaires, en nous attachant tant aux bénéficiaires de ces largesses qu’à l’origine des vins. Par ailleurs, nous nous dresserons le profil des personnes qui fournissent la ville, en montrant comment ces listes permettent de situer les familles dans le tissu social urbain.

Source : BMV, ms 536 Règlement de la confrérie Saint-Nicolas

Demandez le programme ! #JE Disparités en terres du Nord de l’Antiquité à nos jours

Disparités en terres du Nord de l’Antiquité à nos jours

27 octobre 2017, FLLASH Amphi 150

En 2015, l’Etat français dessine une nouvelle carte de ses régions. De cette recomposition territoriale naissent les Hauts-de-France, rassemblant le Nord, le Pas-de-Calais et la Picardie. Cette nouvelle unité politique et administrative est confrontée à des défis de réorganisation dans des domaines multiples préfigurant une recomposition des territoires : environnement, infrastructures, gouvernance, enseignement supérieur… Cette nouvelle géographie pose la question de l’hétérogénéité des territoires concernés et des disparités qui en résultent.

Ces problèmes de division interrogent la région septentrionale au sens large du terme. En effet, la Belgique, composante historique des Pays-Bas méridionaux, est également traversée depuis plusieurs années par des divisions, tant linguistiques, qu’économiques et sociales.

La diversité est un élément-clé de l’histoire de cette vaste région géographique et s’exprime dans des registres très variés : située à la confluence de plusieurs entités politiques fortes, elle a traversé toutes les époques historiques en étant au cœur des batailles et des échanges et a souvent changé de maître : de l’empire romain à l’époque antique, elle voit passer les mouvements de migration au Haut Moyen Age pour être tiraillée entre royaume de France, d’Angleterre et l’Empire au Bas Moyen Age. Elle intègre l’empire des Habsbourg à l’époque moderne et vole en éclat à la fin du XVIIIe siècle, donnant naissance à la Belgique après la période révolutionnaire. Au XXe siècle, de zone de front pendant la Première Guerre Mondiale la région passe au statut de zone occupée par les nazis pendant la Seconde Guerre. Ces variations d’allégeance politique ont induit des parcours économiques, migratoires et linguistiques contrastés.

Les politiques menées au cœur des dernières décennies visent à transcender la frontière étatique qui sépare le Nord de la France de la Belgique, aboutissant en 1991 à la création de l’euro-région Transmanche qui regroupe le Kent, zone britannique, le Nord-Pas de Calais et les régions flamande et wallonne, dissoute en juin 2003. Depuis, le FEDER a pris le relais et a mis en place plusieurs programmes INTERREG transfrontaliers visant un développement régional intégré entre régions frontalières et donc favorisant les échanges1.

Interroger les disparités en terres du Nord, c’est donc poser la question de la cohérence de ces territoires à l’intérieur de chaque pays et des relations entre ces deux entités politiques, et éventuellement d’apporter des pistes pour y remédier. Cette journée d’étude souhaite adopter une perspective large et des temporalités longues. C’est pourquoi, dans une optique résolument interdisciplinaire, on mobilisera toutes les disciplines des sciences humaines et sociales et toutes les époques historiques. 

 

9h Accueil des participants

9h30 Introduction par Mme Corinne BECK

9h45 Introduction de la journée

10h Christophe Burgeon, « La « romanisation économique » de la Gaule Belgique : réalité ou fantasme ? »

10h30 Emmanuelle Santinelli, « Les relations entre les principautés de Flandre et de Hainaut aux XIe-XIIe siècles »

11h15 Pause

11h30 Stéphanie Pirez-Huart, « Disparités géographiques, disparités sociales : l’aire de recrutement des immigrants à Valenciennes à la fin du Moyen Âge »

12h15 Repas

13h30 Marie Delcourte Debarre, « Les traitements sylvicoles en Avesnois : un facteur de disparités paysagères (XVIe-XVIIe siècles) »

14h Philippe Guignet, « Inégalités socio-spatiales dans le Valenciennois et le Douaisis aux XIXe et XXe siècles. L’enseignement de quelques indicateurs démographiques et fiscaux »

14h30 Marc Copin, « La frontière franco-belge au cœur des conflits du XIXe siècle »

15h Pause

15h30 Edith Marcq, « La Côte d’Opale et ses peintres durant l’entre-deux-guerres : du particularisme de son appellation à la diversité de ses représentations picturales »

16h00 Pause

16h30 Conclusion de la journée

Communautés et territoires dans le Valenciennois médiéval