Archives de catégorie : Dans les loges

Du bon usage des outils numériques et de la courtoisie dans une thèse

Cher zotero_masqué,

J’ai pris note de ton commentaire suffisant et condescendant (je me permets de te tutoyer, quand on a autant de qualités relationnelles que toi, ça ouvre la voie à une telle proximité) sur mon billet dans lequel j’évoque le chantier du diable : la biblio sans fin du/de la chercheur·se.

  Continuer la lecture de Du bon usage des outils numériques et de la courtoisie dans une thèse

Gérer sa biblio, l’un des 12 travaux d’Astérix du/de la chercheur·se

En histoire, une thèse se construit selon deux axes : travailler les sources et monter une bibliographie permettant d’éclairer celles-ci. Parmi les questions qu’il ne faut jamais poser à un·e doctorant·e, c’est « comment on s’y prend pour gérer les références utiles ? », sous peine de voir votre interlocuteur·trice osciller entre agacement, frayeur et désespoir. Sauf si vous entrez en thèse prochainement, auquel cas vous faites bien de demander. Car il n’est pas seulement question d’empiler les titres de monographies et d’articles, il faut aussi préparer le moment où il faudra les exploiter : la période de rédaction. Vous trouverez sur le net quantité de billets vous expliquant comment vous pouvez utiliser Zotero, Mendeley ou tout autre logiciel permettant de mettre de l’ordre dans tout cela. Suite à une question d’@AlexisMagister sur twitter, dans les lignes qui suivent, je vous emmène dans mon système d’organisation personnel. Continuer la lecture de Gérer sa biblio, l’un des 12 travaux d’Astérix du/de la chercheur·se

La fin d’un corpus, mais pas la fin de l’enquête

J’ai travaillé ces derniers temps sur les bordereaux de la prévôté. Cette source que j’avais sous le coude depuis mon master m’a donné bien du fil à retordre. Le truc, c’est que, outre l’écriture désastreuse, il m’a fallu composer avec ma tendance à l’exhaustivité, un trait de caractère utile et qui me permet souvent d’avoir une vue d’ensemble d’une situation et en l’occurrence d’un corpus. Le revers de la médaille, c’est que ce besoin d’exhaustivité lié à ma curiosité sans fin m’amène souvent à aller fouiller des cartons d’archives voisins de ceux qui m’intéressent au premier chef. Bref, je m’égare, même si ça n’est jamais du temps vraiment perdu. Continuer la lecture de La fin d’un corpus, mais pas la fin de l’enquête

Réflexion sur le temps de travail de doctorant·e en poste dans le secondaire

J’ai écrit un billet il y a quelques temps sur comment résoudre l’équation « avancer sa thèse tout en étant dans le secondaire », en précisant à l’époque que je reviendrais sans doute sur le sujet. Ce thème m’est revenu en tête hier, et mon point de vue sur le sujet a quelque peu évolué. Je reste convaincue qu’on peut enseigner tout en avançant sa thèse, et ce d’autant plus que j’ai des exemples de personnes qui y arrivent. Aujourd’hui, c’est toutefois un avis pessimiste que je rends, sans doute lié à la fatigue accumulée sur la dernière période, et à l’absence de soleil aussi.

Edit : après relecture de ce billet, je réalise qu’il peut peut-être paraître à tendance Caliméro, mais je tiens à vous assurer que ça n’est pas son objectif.

Depuis le fameux billet d’il y a un peu plus de trois mois, qu’ai-je fait pour la thèse? J’ai donné une conférence grand public en novembre (avec beaucoup de retours positifs, j’ai aimé, et je recommencerai bien volontiers, on m’a même demandé quand je comptais sortir un ouvrage sur Valenciennes au Moyen Age! #paspeufiere), rendu un article début février (en retard, une première!) et envoyé un chapitre à ma directrice (sur les vacances de Noël). Ca me paraît franchement maigre. L’ennui, c’est que le secondaire s’est un peu surimposé : une visite d’inspection inopinée en novembre (avec un très bon retour de l’inspectrice #çamotive), le brevet blanc à corriger, les 200 copies en retard laissées dans ma salle avant les vacances de Noël, la grippe et la gastro qui se sont lâchement attaquées à moi en janvier, les préparations de cours à avancer. Et comme il faut bien faire cours quand on est devant les Schtroumpfs, la thèse est vite passée au second plan.  Continuer la lecture de Réflexion sur le temps de travail de doctorant·e en poste dans le secondaire

Retrouver le goût de la lecture

L’une des nombreuses activités du/de la doctorant·e c’est la lecture. Plus précisément, recenser les ouvrages et articles utiles à la recherche et lire tous ces titres. Au début, ça ressemble à ça :

Puis, dans la vraie vie, ça s’apparente vite à la photo célèbre du bureau du non moins célèbre Jacques Le Goff.

Bref, une avalanche de titres, chacun d’entre eux amenant son nouveau lot de références #sisyphe. Au début on lit avec enthousiasme, faisant défiler les pages sans les compter. Et on remplit son fichier de références lues/sa base Zotero/tout autre format, comme on voudra. Personnellement je travaille avec un fichier Word et un fichier Excel (je sais, je ne travaille pas avec Zotero, c’est mal toussa toussa, mais en dépit d’une formation foireuse et de tâtonnements en autonomie à la maison, il ne me plaît pas). Pour chaque référence lue, je remplis une fiche de lecture avec différentes infos (référence complète, idées principales, citations, références à consulter…). Puis j’ajoute ladite référence à mon fichier word qui récapitule tout ce que j’ai lu, et je complète le fichier excel dans lequel je mets ladite référence avec quelques mots-clés. Ce système, couplé à l’indexation de mes fichiers (merci les évolutions technologiques!) suffit à faire mon bonheur en matière de gestion de ma biblio. Continuer la lecture de Retrouver le goût de la lecture

Les émotions de la recherche

Dimanche je donnais une conférence pour le Cercle Archéologique et Historique de Valenciennes. C’était ma première conférence longue, j’ai parlé seule plus d’une heure, puisqu’habituellement en colloque ou en journée d’études on est malheureusement limité·es. Là donc j’avais le temps. Outre ce confort (quoique relatif car il faut savoir tenir la distance, et là je dis merci l’enseignement!), cette présentation avait une saveur particulière pour moi.

Continuer la lecture de Les émotions de la recherche

C’est la rentrée !

Eh oui, c’est la rentrée! Depuis quelques jours, des nuées d’élèves ont envahi les écoles de France pour une nouvelle année scolaire. Et moi aussi. Car le rectorat a eu la gentillesse, en la personne de l’IPR qui m’a reçue, de me confier un service à temps complet dans un collège qui m’est familier puisque mon mari y a officié pendant cinq ans. Je rejoins donc la cohorte des doctorants qui dépouillent archives et rédigent thèse et articles en dispensant la science historique et géographique à nos chères têtes blondes. Continuer la lecture de C’est la rentrée !

Dernière rentrée avant la ligne d’arrivée?

C’est la rentrée. Pour certains c’est une étape difficile , pour d’autres un moment de retrouvailles. En ce qui me concerne, cette rentrée a une saveur particulière. Si tout va bien, ça sera la dernière en tant que doctorante, ma dernière ré-inscription en thèse. Non pas que j’arrête la recherche, mais il semble que j’arrive à l’étape redoutée de la soutenance. Juin, septembre? On ne sait pas encore mais c’est l’objectif fixé. Et quand je regarde derrière moi, je suis surprise de voir combien le temps a filé à une vitesse folle, ce temps dont on se plaint régulièrement qu’il nous manque. Il me reste encore beaucoup à faire avant de rendre définitivement mon pavé, mais globalement je suis satisfaite. Ces quatre dernières années ont été un orgasme intellectuel, une orgie de parchemins, une bouffée d’oxygène qui m’a manquée depuis le master. J’y reviendrais dans un autre billet. Continuer la lecture de Dernière rentrée avant la ligne d’arrivée?

Comité de suivi de thèse, retour d’expérience

Vendredi a eu lieu la première réunion de mon comité de suivi de thèse, l’occasion de revenir sur ce nouvel outil du doctorat qui a fait beaucoup de bruit ces deux dernières années.

Le comité de suivi, c’est quoi?

L’article 13 de l’arrêté du 25 mai 2016 nous dit : « Un comité de suivi individuel du doctorant veille au bon déroulement du cursus en s’appuyant sur la charte du doctorat et la convention de formation. Il évalue, dans un entretien avec le doctorant, les conditions de sa formation et les avancées de sa recherche. Il formule des recommandations et transmet un rapport de l’entretien au directeur de l’école doctorale, au doctorant et au directeur de thèse. Il veille notamment à prévenir toute forme de conflit, de discrimination ou de harcèlement. »

En clair, il est là pour s’assurer que le cadre matériel de la thèse est satisfaisant, que le doctorant n’est pas enfermé seul face à son sujet de thèse, et il est là pour donner l’alerte en cas de problème relationnel avec le directeur. Et donc, contrairement à ce qu’on a souvent entendu, rien à voir avec l’examen de la thèse en tant que tel, on ne touche pas à l’aspect scientifique de la recherche doctorale. Continuer la lecture de Comité de suivi de thèse, retour d’expérience

CR Expo Trésors du Moyen Age de la Tour abbatiale (Saint-Amand-les-Eaux)

Le Musée de la Tour abbatiale de Saint-Amand accueille une exposition intitulée Trésors du Moyen Age jusqu’au 17 avril.

Le bâtiment est très impressionnant, c’est un reste de l’abbaye érigée au XVIIe siècle, et les abords sont bien aménagés et en font un lieu agréable de promenade. Continuer la lecture de CR Expo Trésors du Moyen Age de la Tour abbatiale (Saint-Amand-les-Eaux)

Programme de la semaine (03/04-09/04)

Vis ma vie de thésarde, c’est un quotidien bien rempli. Certes, l’idée n’est pas de jouer à qui en fera le plus ou qui fera le plus d’heures, mais les choses doivent bien être faites. Le programme cette semaine mêle enseignement, recherche et activités diverses, et notamment :

  • finir ce chapitre sur les finances de la ville (vu son état d’avancement, ça me paraît franchement compromis)
  • terminer mon poster pour les Doctoriales® et l’envoyer à la relecture
  • terminer de lire la thèse de Denis Clauzel sur les finances de Lille
  • rédiger les sujets d’examen des L2
  • élaborer mon planning de travail pour les vacances
  • achever la rédaction d’un article à rendre au plus tard pour le 30 avril
  • faire le point sur mes candidatures ATER
  • rédiger une commande pour le PEB

Continuer la lecture de Programme de la semaine (03/04-09/04)

Compte-rendu de conférence. Jean-Marie Cauchies, « Justice de l’évêque et justice de la ville de Valenciennes : délits, censures et affrontements entre clercs et bourgeois (1424-1430) »

Compte-rendu de la conférence donnée dans le cadre du Cercle Archéologique et Historique de Valenciennes le 26 février 2017.

Jean-Marie Cauchies, professeur émérite des facultés de Saint-Louis

« Justice de l’évêque et justice de la ville de Valenciennes : délits, censures et affrontements entre clercs et bourgeois (1424-1430) »

L’application des censures ecclésiastiques, qu’il s’agisse d’interdit ou d’excommunication, suscite toujours l’émoi dans les communautés locales, urbaines ou villageoises. Ce sont des sanctions qui doivent amener les coupables au repentir. Les effets spirituels et sociaux de la sanction sont importants. En effet, pour un temps plus ou moins long, une population souffre durement de l’interruption des services religieux ou des saint sacrements.

L’interdit, sans exclure ses victimes de la communauté des fidèles, est personnel ou local. Ceux sur lesquels il s’abat peuvent être privés de célébration d’offices divins, de sacrement et de sépulture en terre chrétienne. Dans les sources, on parle de « ces », c’est-à-dire de cessatio a divinis.

L’excommunication est plus grave car elle entraîne une rupture avec la communion de l’Eglise. C’est une exclusion plutôt qu’une marginalisation. Continuer la lecture de Compte-rendu de conférence. Jean-Marie Cauchies, « Justice de l’évêque et justice de la ville de Valenciennes : délits, censures et affrontements entre clercs et bourgeois (1424-1430) »