Tous les articles par Stéphanie Pirez-Huart

Construction urbaine et prisme religieux

Je me penche cette semaine sur un aspect de ma thèse que je ne pourrais qu’effleurer : la question de la place de la religion dans la construction de la ville. Et dans construction, j’entends ici surtout la partie morale, c’est-à-dire comment les cadres de l’Eglise ont contribué – ou pas d’ailleurs – à l’essor urbain, à ses institutions. Evidemment, cela implique d’abord de retracer l’historique des créations de paroisses et de fondation de toutes les institutions religieuses au sens large. Et à Valenciennes il y a du choix! De l’abbaye Saint-Jean, fondation comtale, au béguinage, en passant par les Mendiants, les Dames de Beaumont… Ca va d’ailleurs être une belle occasion de faire le point sur les mythes et légendes qui entourent l’histoire de Valenciennes, de quoi mettre un peu de paillettes dans cet univers de Jacquouilles #cliché

Continuer la lecture de Construction urbaine et prisme religieux

#Doctoriales2017 The last one

Dernier billet de mes aventures aux Doctoriales organisées par le Collège Doctoral.

Jeudi soir, nous avons assisté au Nouveau Siècle à Lille à une soirée célébrant les 20 ans de la manifestation en Hauts-de-France. Plusieurs personnalités se sont succédées pour rappeler l’importance de la recherche en Hauts-de-France. Parmi eux, Mohamed Ourak, président de la COMUE et ancien président de l’UVHC #cocorico, et Nathalie Lebas, conseillère régionale Hauts-de-France et présidente de la commission enseignement-recherche. Cette dernière a réaffirmé le soutien de la région à la recherche à travers les montants alloués au financement des thèses. J’aurai d’ailleurs aimé entendre quelques mots au sujet des financements post-doctorat et de la place des docteurs dans les rouages de la région, mais c’est un autre débat. Continuer la lecture de #Doctoriales2017 The last one

J’ai testé les Doctoriales 2017 Partie 2

#Doctoriales 2017, le retour.  Dans ce billet je vous parle des trois derniers jours qui ont été consacrés au projet d’innovation demandé par les organisateurs.

Kézaco?

L’idée c’est de nous donner moins de 72 heures pour écrire un Business Plan, c’est-à-dire le projet de création d’une entreprise qui va proposer un service ou un produit innovant dans le thème de la mobilité, retenu pour cette édition 2017. Pour trouver notre idée, on a été aidés d’une chef d’entreprise super sympa de la société Audace. Elle a d’abord commencé à démonter un par un toutes nos objections et nos préjugés face à la création d’entreprise, et il faut être clair, elle est super convaincante!!

Ensuite, au boulot. Sa technique c’est « qu’est-ce qui vous énerve au sujet de la mobilité? ». Bref tu listes tout ce qui te pourrit la vie quand tu es dans les transports. Et message à nos dirigeants qui bossent – ou pas – sur ces dossiers : il y a du taf!! Ensuite, on retient une problématique et on cherche une idée pour résoudre le problème. C’est aussi simple que ça ma brave dame! Et ça marche!! Les huit groupes ont réussi à monter des projets différents sur des thèmes franchement éloignés les uns des autres.

Suite à ça, on a eu une conférence sur le plan d’affaires, et beaucoup de doctorants ont souffert. Là encore, il faut être honnête, c’était super intéressant et la conférencière soucieuse de passer un max d’infos utiles, mais dans nos têtes, c’était surtout un surfeur face à un raz-de-marée. Littéralement noyés. Heureusement, elle avait prévu le coup et nous avait prévu chacun un exemplaire de son diapo bourré de trucs et astuces. Et ensuite, tout le monde a regagné sa salle de travail de groupe pour attaquer le gros oeuvre. Des coachs sont passés à intervalles réguliers pour nous aider, pointer les problèmes, valoriser ce qui était bon. La nôtre était top (précision pour le staff du Collège Doctoral : la dame blonde aux cheveux longs, j’ai oublié son nom #sorry) : on a eu un peu peur au départ car elle très directe dans sa façon de dire les choses mais finalement elle est un super soutien. #merci

Là-dedans, on fait quoi et qui fait quoi?

Il va de soi que je ne vais pas tout vous dire ici, c’est trop long et surtout ça vous donnerait l’idée que pas besoin de s’inscrire puisque j’aurai donné les infos, donc inscrivez-vous l’année prochaine!

En gros, il faut réaliser une étude de marché, travailler sur la partie stratégie marketing et réaliser le plan financier. Je sais ça vous parle vachement. Et bien il y a deux jours j’étais dans le même état que vous. Et j’insiste, grâce aux formateurs, ça va mieux!!

Dans mon groupe, les choses se sont enchaînées d’elles-mêmes : ma passion pour les statistiques aidant, je me suis chargée de la partie étude de marché, et les autres ont géré les questions d’audit, de création de logo, de site web… Donc un travail participatif où chacun apporte sa pierre, mais aussi un travail en commun quand il a fallu choisir un nom, la couleur du logo… Et c’était top, un vrai espace de discussion et d’échanges, de démocratie (message pour notre prochains députés : prenez-en de la graine!!).

Enfin, nous devions rédiger un rapport de quatre pages à présenter aujourd’hui avec un diaporama. C’était parfois chaud, par exemple quand il a fallu faire rentrer la stratégie marketing en dix lignes là où j’aurai pu en écrire dix pages (un peu comme ce billet d’ailleurs, qui commence à être long).

Tout ça, en étant dorlotés par l’équipe de l’hôtel qui a vraiment été top!! Je vous invite à aller voir les photos dans le hashtag #Doctoriales2017 sur Twitter.

Et donc présentation devant le jury qui choisit le meilleur projet et un prix est remis lors de la soirée.

J’en retire quoi?

Pas de suspens on a perdu. En tout cas le prix. Car pour le reste, on est franchement gagnants. On a gagné en estime de nous-même, car cet exercice nous a permis de prendre pleinement conscience des fameuses compétences transférables dont tout le monde nous parle, puisque nous avons du y recourir. Gagnants aussi car ça nous a permis d’apprendre plein de choses sur des domaines inconnus, genre maintenant je sais que l’Etat a 8 mois maximum pour délivrer un label ou le refuser. Pas utile tous les jours, mais dans le monde socio-économique ça peut servir. Et gagnants aussi car ce travail de groupe c’était pas juste du travail. C’est aussi une super aventure humaine, des rencontres magnifiques. En l’occurrence, j’ai fait la connaissance de deux Libanais géniaux, Nourra et Marc, tous les deux bourrés de plein de qualités et qui m’ont littéralement fascinée par tout ce qu’ils ont bien voulu partager avec moi de leur pays et leur culture. A tous les deux merci!!!

PS : Il est près d’une heure du matin au moment de la publication de ce billet, promis je passe tout à l’heure corriger les coquilles!

J’ai testé les Doctoriales 2017 Partie 1

Depuis dimanche, 64 doctorants de la région Hauts-de-France sont accueillis à l’hôtel Mercure de Marcq-en-Baroeul pour une semaine de formation et de travail autour de l’insertion professionnelle des docteurs. Nous sommes issus de toutes les disciplines de la recherche, biologie, génie civil, informatique, jusqu’aux SHS, même si nous sommes minoritaires. Je suis la seule historienne, mes voisins de discipline sont en anglais, en didactique, en philosophie… Continuer la lecture de J’ai testé les Doctoriales 2017 Partie 1

Comité de suivi de thèse, retour d’expérience

Vendredi a eu lieu la première réunion de mon comité de suivi de thèse, l’occasion de revenir sur ce nouvel outil du doctorat qui a fait beaucoup de bruit ces deux dernières années.

Le comité de suivi, c’est quoi?

L’article 13 de l’arrêté du 25 mai 2016 nous dit : « Un comité de suivi individuel du doctorant veille au bon déroulement du cursus en s’appuyant sur la charte du doctorat et la convention de formation. Il évalue, dans un entretien avec le doctorant, les conditions de sa formation et les avancées de sa recherche. Il formule des recommandations et transmet un rapport de l’entretien au directeur de l’école doctorale, au doctorant et au directeur de thèse. Il veille notamment à prévenir toute forme de conflit, de discrimination ou de harcèlement. »

En clair, il est là pour s’assurer que le cadre matériel de la thèse est satisfaisant, que le doctorant n’est pas enfermé seul face à son sujet de thèse, et il est là pour donner l’alerte en cas de problème relationnel avec le directeur. Et donc, contrairement à ce qu’on a souvent entendu, rien à voir avec l’examen de la thèse en tant que tel, on ne touche pas à l’aspect scientifique de la recherche doctorale. Continuer la lecture de Comité de suivi de thèse, retour d’expérience

CR Expo Trésors du Moyen Age de la Tour abbatiale (Saint-Amand-les-Eaux)

Le Musée de la Tour abbatiale de Saint-Amand accueille une exposition intitulée Trésors du Moyen Age jusqu’au 17 avril.

Le bâtiment est très impressionnant, c’est un reste de l’abbaye érigée au XVIIe siècle, et les abords sont bien aménagés et en font un lieu agréable de promenade. Continuer la lecture de CR Expo Trésors du Moyen Age de la Tour abbatiale (Saint-Amand-les-Eaux)

Programme de la semaine (03/04-09/04)

Vis ma vie de thésarde, c’est un quotidien bien rempli. Certes, l’idée n’est pas de jouer à qui en fera le plus ou qui fera le plus d’heures, mais les choses doivent bien être faites. Le programme cette semaine mêle enseignement, recherche et activités diverses, et notamment :

  • finir ce chapitre sur les finances de la ville (vu son état d’avancement, ça me paraît franchement compromis)
  • terminer mon poster pour les Doctoriales® et l’envoyer à la relecture
  • terminer de lire la thèse de Denis Clauzel sur les finances de Lille
  • rédiger les sujets d’examen des L2
  • élaborer mon planning de travail pour les vacances
  • achever la rédaction d’un article à rendre au plus tard pour le 30 avril
  • faire le point sur mes candidatures ATER
  • rédiger une commande pour le PEB

Continuer la lecture de Programme de la semaine (03/04-09/04)

Disparité(s) en terres du Nord, de l’Antiquité à nos jours. Actualités et perspectives de recherche

Disparité(s) en terres du Nord, de l’Antiquité à nos jours.

Actualités et perspectives de recherche

Journée d’étude interdisciplinaire organisée le 27 octobre 2017

Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Laboratoire Calhiste

Appel à communications

            En 2015, le gouvernement français dessine une nouvelle carte de ses régions. De cette recomposition territoriale naissent les Hauts-de-France, rassemblant le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie. Cette nouvelle unité politique et administrative est confrontée à des défis de réorganisation dans des domaines multiples : environnement, infrastructures, gouvernance, recherche, enseignement supérieur… Cette nouvelle géographie pose la question de l’hétérogénéité des territoires concernés et des disparités qui en résultent.

Plus globalement, ces questions de division/recomposition interrogent le territoire  septentrional français (l’actuelle région Hauts-de-France), auquel on peut joindre la Belgique. En effet, cette dernière, composante importante des Pays-Bas méridionaux à l’époque moderne, est également traversée depuis plusieurs années par des clivages, tant linguistiques, qu’économiques et sociaux.

La diversité est un élément-clé de l’histoire de cette vaste zone géographique et s’exprime dans des registres très variés : située à la confluence de plusieurs entités politiques fortes qui se succèdent au fil des siècles, elle a traversé toutes les époques historiques en étant au cœur des conflits armés et des échanges et a souvent changé de maître : de Gaule Belgique à l’époque antique, elle voit passer les mouvements de migration au Haut Moyen Age pour être tiraillée entre royaume de France, d’Angleterre et l’Empire au Bas Moyen Age. Elle intègre ensuite l’empire des Habsbourg à l’époque moderne. La période qui suit la Révolution Française est marquée par la naissance de la Belgique, fixant ainsi une nouvelle limite administrative. Au XXe siècle, de zone de front pendant la Première Guerre Mondiale la région passe dans la zone de commandement militaire allemand de Belgique pendant la Seconde Guerre. Toutefois, ces variations d’allégeance politique ne correspondent pas aux réalités humaines et ne sont pas révélatrices des dynamiques économiques et spatiales.

Les politiques menées au cours des dernières décennies visent d’ailleurs à transcender la frontière étatique qui sépare le Nord de la France de la Belgique, aboutissant en 1991 à la création de l’euro-région Transmanche regroupant le Kent, zone britannique, le Nord-Pas de Calais et les régions flamande et wallonne, mais dissoute en juin 2003. Depuis, le FEDER (Fonds Européen de Développement Economique et Régional) a pris le relais et a mis en place plusieurs programmes INTERREG transfrontaliers visant un développement régional intégré entre régions frontalières et donc favorisant les échanges[1].

Interroger les disparités en terres du Nord, c’est donc poser la question de la cohérence de ces territoires à l’intérieur de chaque pays et des relations entre ces deux entités politiques, repérer et expliquer les zones de discontinuité et contribuer à la réflexion publique. Cette journée d’étude souhaite adopter une perspective large et des temporalités longues. C’est pourquoi, dans une optique résolument interdisciplinaire, on mobilisera toutes les disciplines des sciences humaines et sociales et toutes les époques historiques. Les doctorants et jeunes chercheurs sont vivement encouragés à participer.

Les propositions de communication pourront s’inscrire dans plusieurs axes dont la liste et le contenu ne sont pas exhaustifs :

  1. Le vocabulaire de la disparité : quels mots sont choisis pour évoquer ces disparités ? Par qui ? Dans quel contexte ? Quels sont les buts poursuivis ? Quels sont les sens que recouvre le terme « disparité » pour chaque discipline des sciences humaines et sociales ?
  2. Description et traduction spatiale de ces disparités : les champs d’étude possibles sont très variés : diversité linguistique, dynamisme économique, migrations humaines, gestion de l’environnement, réseaux de transport… Les phénomènes décrits touchent-ils toute la zone d’étude ? Observe-t-on des temporalités spécifiques de ces disparités ? Peut-on croiser ces données et établir des emboîtements des échelles de temps et d’espace ? Peut-on établir une chronologie différenciée d’apparition/disparition, évolution des disparités ?
  3. Les éléments de délimitation de ces disparités : quelles méthodes permettent de les appréhender ? Comment les restituer ? Observe-t-on des traductions de ces disparités dans le paysage?
  4. Réaction(s) et remédiation : comment les différents acteurs touchés par ces disparités les réceptionnent-ils ? Quelles sont les mesures prises par chacun de ces acteurs pour tenter d’y remédier ?

Les communications se feront en langue française et ne dépasseront pas trente minutes. Les propositions doivent être adressées avant le 14 mai 2017 à l’adresse journeedisparites@gmail.com. Elles seront accompagnées d’un résumé de vingt lignes maximum, de cinq mots-clés et d’un CV de l’auteur précisant son rattachement institutionnel.

Organisation :

Marie Debarre, docteure en histoire médiévale, laboratoire CALHISTE, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Stéphanie Pirez-Huart, doctorante en histoire médiévale, laboratoire CALHISTE, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Comité scientifique :

Corinne Beck, Professeur en histoire médiévale, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Jean-Marie Cauchies, Professeur en histoire médiévale, Université Saint-Louis

Marc Galochet, Professeur en géographie, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Christine Hoët-Van Cauwenberghe, Maître de conférences en histoire romaine, Université de Lille 3

Yves Junot, Maître de conférences en histoire moderne, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Marie Debarre, docteure en histoire médiévale, laboratoire CALHISTE, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Stéphanie Pirez-Huart, doctorante en histoire médiévale, laboratoire CALHISTE, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Contacts :

journeedisparites@gmail.com

[1] http://www.interreg-fwvl.eu/

Communications et publications

  1. Publications
  • « Maintenir la paix dans la communauté et affirmer l’identité urbaine : bannis et bannissement à Valenciennes au XIVe siècle », Bulletin de Questes, 2016, n° 32, p. 85-101.

Disponible ici et ici

  • « Marie Delcourte, Espaces forestiers et sociétés en Avesnois (XIVe-début du XVIIIe siècle). Etude du paysage. », Compte-rendu de soutenance, Histoire et Sociétés Rurales, 2016, n° 45, p. 271-275.
  • « Construire un réseau pour contrôler l’espace », Le réseau. Usages d’une notion polysémique en sciences humaines et sociales, Louvain, Presses Universitaires de Louvain, 2016, p. 135-146.

Disponible ici et ici

Articles soumis Continuer la lecture de Communications et publications

Les présents de vin. Essai de recette pour presser le citron jusqu’à la dernière goutte

Le chapitre auquel je travaille depuis une semaine s’inscrit dans la continuité des deux précédents. Jusque-là, j’ai cherché à établir les groupes qui tiennent la ville, tant via ses institutions politiques qu’économiques. Logiquement, en tout cas c’est de cette façon que je le conçois, je poursuis avec LA question : « à qui profite le crime? ». Car si la gestion des affaires de la ville est souvent présentée dans les sources comme étant « pour le bien commun », on imagine assez facilement, hier comme aujourd’hui, que derrière cet intérêt pour la communauté se cachent des accointances bien plus personnelles et intéressées. Bref, qui s’enrichit grâce à la ville et de quelle façon? Continuer la lecture de Les présents de vin. Essai de recette pour presser le citron jusqu’à la dernière goutte

Compte-rendu de conférence. Jean-Marie Cauchies, « Justice de l’évêque et justice de la ville de Valenciennes : délits, censures et affrontements entre clercs et bourgeois (1424-1430) »

Compte-rendu de la conférence donnée dans le cadre du Cercle Archéologique et Historique de Valenciennes le 26 février 2017.

Jean-Marie Cauchies, professeur émérite des facultés de Saint-Louis

« Justice de l’évêque et justice de la ville de Valenciennes : délits, censures et affrontements entre clercs et bourgeois (1424-1430) »

L’application des censures ecclésiastiques, qu’il s’agisse d’interdit ou d’excommunication, suscite toujours l’émoi dans les communautés locales, urbaines ou villageoises. Ce sont des sanctions qui doivent amener les coupables au repentir. Les effets spirituels et sociaux de la sanction sont importants. En effet, pour un temps plus ou moins long, une population souffre durement de l’interruption des services religieux ou des saint sacrements.

L’interdit, sans exclure ses victimes de la communauté des fidèles, est personnel ou local. Ceux sur lesquels il s’abat peuvent être privés de célébration d’offices divins, de sacrement et de sépulture en terre chrétienne. Dans les sources, on parle de « ces », c’est-à-dire de cessatio a divinis.

L’excommunication est plus grave car elle entraîne une rupture avec la communion de l’Eglise. C’est une exclusion plutôt qu’une marginalisation. Continuer la lecture de Compte-rendu de conférence. Jean-Marie Cauchies, « Justice de l’évêque et justice de la ville de Valenciennes : délits, censures et affrontements entre clercs et bourgeois (1424-1430) »

Un doctorat , c’est quoi?

Comme tous les matins, j’épluche mon fil tweeter, à l’affût de publications, appels à com ou plus simplement bonnes nouvelles dans la vie de la #TeamRedaction. Et voilà qu’arrive un retweet d’un article intitulé « Le doctorat, mais qu’est-ce vraiment? ». Chouette, on parle de mon quotidien quelque part, vite, lisons! Second point qui suscite ma curiosité, les premières lignes mentionnent l’interview de deux doctorants et un chercheur titulaire de Lille , tous trois en SHS, là je crie #bingo.

Et je déchante. Car certains points me hérissent le poil, et il me semble important de bien cadrer les choses, sous peine de voir perdurer quelques carcans universitaires bien archaïques. Je précise de suite que l’ensemble des choses énoncées dans cet article sont justes – en particulier concernant le déroulé du doctorat – mais ce qui me gêne c’est bien souvent le vocabulaire utilisé pour le faire et certaines inexactitudes. Continuer la lecture de Un doctorat , c’est quoi?

Dédramatiser l’écriture

La rédaction est une période critique pour bien des doctorants. C’est le moment de mettre de l’ordre dans toutes ces données accumulées depuis le début de la thèse, voire même avant pour ceux qui ont commencé avant l’inscription voire le master #coupable

La première étape, c’est de bâtir un plan, certes très théorique, surtout quand on a une DR comme la mienne qui recourt sans scrupule aux ciseaux. Et je concède bien volontiers que jusque-là, à chaque fois qu’elle l’a fait, mon propos a gagné en fluidité.

Ensuite, en tout cas en ce qui me concerne, et j’imagine que les autres historiens procèdent de la même manière, répartir les sources récoltées dans chaque chapitre, puis partie, puis sous-partie. Bref, aboutir à un plan détaillé, auquel on adjoint les questions et hypothèses qu’on souhaite aborder.

Arrive le moment fatidique, celui où il faut prendre la plume, le crayon, le clavier, peu importe. Continuer la lecture de Dédramatiser l’écriture

Le nerf de la guerre

     Après avoir analysé les rouages politiques de la ville au sens strict, je m’attaque aux rouages économiques, ceux qui fondent la puissance de la ville. Aux XIVe-XVe siècles, Valenciennes est une ville florissante, sans aucun doute la plus riche du Hainaut. Elle est un point de convergence des productions rurales et un relais d’exportation.  Et les institutions ont bien compris qu’une régulation, un contrôle de ces productions était une belle occasion de prélever des sommes importantes, qui financeraient les activités politiques urbaines.  En outre, c’est une nécessité car dans la liste des denrées faisant l’objet de cette intervention des autorités, il y a tout ce qui relève de l’approvisionnement et on touche là l’une des problématiques qui concernent de près toutes les villes peu importe leur taille. Car sans nourriture, pas de population, et sans population, pas de cité. Dernier point qui justifie la création d’institutions économique, et finalement sans doute la raison première : la fondation de la ville. Si la charte de la Paix accordée par Baudouin en 1114 institue un collège d’échevins, c’est en échange de l’apurement de dettes, soldées par les Valenciennois. Et ce groupe de « pères fondateurs » est composé de marchands, actifs depuis longtemps.

Continuer la lecture de Le nerf de la guerre