Un doctorat , c’est quoi?

Comme tous les matins, j’épluche mon fil tweeter, à l’affût de publications, appels à com ou plus simplement bonnes nouvelles dans la vie de la #TeamRedaction. Et voilà qu’arrive un retweet d’un article intitulé « Le doctorat, mais qu’est-ce vraiment? ». Chouette, on parle de mon quotidien quelque part, vite, lisons! Second point qui suscite ma curiosité, les premières lignes mentionnent l’interview de deux doctorants et un chercheur titulaire de Lille , tous trois en SHS, là je crie #bingo.

Et je déchante. Car certains points me hérissent le poil, et il me semble important de bien cadrer les choses, sous peine de voir perdurer quelques carcans universitaires bien archaïques. Je précise de suite que l’ensemble des choses énoncées dans cet article sont justes – en particulier concernant le déroulé du doctorat – mais ce qui me gêne c’est bien souvent le vocabulaire utilisé pour le faire et certaines inexactitudes.

Premier point qui m’interpelle : l’auteur évoque à plusieurs reprises les études de doctorat. Certes, le doctorat est un diplôme et certes, l’Université française continue de délivrer aux doctorants des cartes d’étudiant. Mais les deux derniers arrêtés régissant le doctorat sont clairs : le doctorat est « une expérience professionnelle de recherche » (cf. arrêté du 27 mai 2016). Donc rien à voir avec une formation équivalente à la licence ou au master. Ce qui implique une autonomie dans un tas de domaines, du choix du sujet (même si le directeur aide à le cadrer) à l’organisation quotidienne du travail. Et ça veut dire aussi pas de cours à suivre ou d’examens à passer, désormais on produit, on est acteur et responsable d’un projet. En clair on est employé par l’université dans laquelle on fait notre doctorat pour un travail de recherche. Et le fond du problème est là : l’incompréhension naît du lien qui unit le doctorant à l’université, c’est-à-dire la contractualisation. Et c’est aussi le second grief contre cet article : le doctorant ne perçoit pas une bourse mais signe un contrat de travail, avec fiche de paye, salaire et cotisations sociales. Trois possibilités : le contrat doctoral, la cotutelle (impérativement entre deux pays, ce qui amène certains doctorants en mal d’ego à parler de manière ronflante de cotutelle internationale) et le contrat CIFRE. Sauf que, manque de financements oblige, tous les doctorants ne bénéficient pas d’un contrat et mènent donc leurs recherches gratuitement, en subvenant à leurs besoins via un travail dans un autre domaine, ou par le biais de prestations sociales. En parallèle, un doctorant peut solliciter des financements complémentaires, à l’exemple d’une bourse de l’Ecole Française de Rome, mais qui n’ont rien à voir avec les financements de base du doctorat et sont des aides ponctuelles permettant de faire face à des frais particuliers.

Cette histoire de financement est à relier avec un autre point qui m’a interpellée : « Il y a une sélection préalable, mais généralement, ceux qui postulent pour devenir doctorant savent ce qui les attendent, arrivé à bac+5 on se lance rarement par défaut dans ce cursus ». Ah bah pardon mais non! Des gens qui font une thèse sans savoir ce qu’ils veulent faire de leur vie, il y en a un paquet. Et des gens qui ne savent pas dans quoi ils mettent les pieds tout autant. Il n’y a qu’à voir le taux d’abandon, près de 50% en SHS en première année!! Certes, la question de financement est cruciale, mais pas que. Un doctorat, en SHS, c’est minimum trois ans, et très fréquemment au-delà, la moyenne étant à 4,6 si je ne dis pas de bêtise. Ca veut dire qu’on est sur un projet de longue haleine, il faut avoir envie de se fader le même sujet, aussi vaste soit-il, sur au moins quatre ans, tous les jours de l’année, dimanche inclus (en vrai on prend quelques semaines de vacances, chez moi c’est environ quatre par an, ce qui n’empêche pas la machine de chauffer même sur la plage). Et j’ai déjà entendu des doctorants s’étonner de la masse de travail à fournir. Sans compter le relationnel avec la direction de recherches. L’article est assez juste sur ce point : le DR est là pour guider, orienter, suggérer mais surtout il est là pour coacher, et particulièrement quand on a un coup de mou. Et choisir son directeur, c’est aussi fondamental que son financement, si ce n’est plus. Il faut quelqu’un d’actif dans la recherche (comme partout, des planqués, il y en a), qui s’approche du sujet qu’on envisage (ça vous ouvrira des portes et il doit pouvoir pointer les manques en matière scientifique sans devoir se remettre à jour dans la biblio tous les quatre matins) et surtout être disponible. Et quand je lis ou j’entends des doctorants parler de leur directeur et de son « harem » (sic) d’une douzaine de doctorants (voire bien plus!), je m’interroge sur leur disponibilité. Il faut quand même remettre les choses dans leur contexte : le doctorant, il faut le recevoir de façon plus ou moins régulière (avec ma DR on fonctionne beaucoup par longs coups de fil et mails, c’est une bonne alternative aux RDV formels en face-à-face qui ne sont pas toujours possibles), veiller à sa formation doctorale, relire chapitres, articles, propositions de communications, communications. Multiplié donc par le nombre de doctorants qu’on gère. Plus les master, des bébés chercheurs à qui on va enseigner les bases, et si on veut faire les choses correctement, là encore, ça prend du temps (naïvement, je me dis que tant qu’à faire les choses autant bien les faire). Plus les cours à assurer. Plus les activités administratives. Plus ses propres activités de recherche. Plus éventuellement une vie sociale et familiale. Bref, un directeur, ça se choisit aussi en fonction du temps qu’il voudra bien nous accorder et dont on estime avoir besoin, quitte à devoir changer de fac et de région pour trouver la personne qui nous conviendra.

L’article évoque deux autres points en matière de financement, et en lien avec l’enseignement : les postes de chargé de TD et les postes d’ATER. Les postes de chargé de TD recouvrent deux réalités différentes :

  • les missions complémentaires du contrat doctoral (64h équivalent TD par an, pour un montant net d’environ 300 euros par mois, payées mensuellement)
  • les vacations (durée variable en fonction des besoins, payées 40.91 euros par heure équivalent TD et en général en une fois, plusieurs mois après la fin des vacations ; le temps passé en préparation et correction de copies étant… bénévole! Pour 64h équivalent TD, on percevra donc environ 2500 euros, contre 3600 dans le premier cas pour le même temps de travail)

Les deux font l’objet d’un contrat mais n’ouvrent pas les mêmes droits : cotisations sociales et donc indemnités chômage et droits à la retraite pour le premier … rien de tout ça pour le second. D’ailleurs, un détail, quand je lis qu’en matière de contenu ça consiste à « assurer les cours en petits groupes qui sont supervisés par un professeur ou un maître de conférence », là encore oui mais non. C’est la règle dans la majorité des cas. Parfois on a aussi son propre cours, c’était mon cas l’an dernier, et franchement c’était chouette. Beaucoup de boulot en matière de temps de préparation mais beaucoup de bonheur de choisir mon thème et de tout gérer de A à Z. Bien évidemment, ma DR était informée et dispo en cas de besoin mais c’est très valorisant d’être seule aux commandes, et cette liberté m’a permis d’innover sur certains points dans mes pratiques, mais c’est un autre sujet. J’ajoute qu’il y a aussi la question des copies à corriger, et là encore attention aux gens peu scrupuleux qui vous donnent leurs propres copies, situation que je n’ai pas vécue mais visiblement répandue dans certaines facs #hum

Les ATER (Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche) sont des contrats pouvant être sollicités dès le début de la thèse mais dont la durée est conditionnée par les besoins des universités et le statut du demandeur (un fonctionnaire peut obtenir jusqu’à quatre années, un non fonctionnaire au maximum deux, ce qui me paraît absurde ; par ailleurs, puisque le fonctionnaire a déjà un poste, il ne va donc pas l’occuper tant qu’il est ATER et va donc nécessiter d’embaucher… un contractuel #chaisesmusicales bref il y a là une incohérence du même genre que celle du « j’ai passé le CAPES ou l’agrégation mais je ne veux surtout pas enseigner dans le secondaire »). Un ATER complet effectue un service de 192h équivalent TD, c’est-à-dire la même quotité qu’un titulaire, pour un salaire net de 1693 euros. En parallèle, puisqu’il est ATER, une partie de son activité relève de la recherche. Cela veut dire être associé au laboratoire qui accueille, et participer à la vie de laboratoire, soit en intervenant dans les séminaires, en organisant une journée d’étude… les possibilités sont variées.

Le salaire est l’un des autres points qui m’a fait tiquer. L’auteur énonce que le salaire d’un maître de conférences en début de carrière est d’un peu moins de 2000 euros en début de carrière. Après recherche, on est effectivement aux alentours de 2000 euros, mais brut! C’est-à-dire environ 1700 euros net. Trois cent euros, c’est une somme non négligeable. La précision est donc importante. En clair, un MCF débutant gagne autant qu’un ATER (dans les deux cas, je zappe volontairement les questions de primes).

Dernier point qui m’a donné envie d’hurler : la partie sur les débouchés.  Oui, en général, quand on s’inscrit on veut devenir maître de conférences #coupable. Mais il faut vite revenir sur terre et réfléchir à un plan B, C et D. Et je n’exagère pas. Ma directrice d’ED débute chaque pré-rentrée par deux chiffres chocs : le taux d’abandon des thèses et le taux de chômage des docteurs. Ambiance garantie. En fait elle a raison. L’an dernier, quatre postes de MCF étaient mis au concours en médiévale. Pour plus d’une centaine de docteurs en médiévale en attente de poste si j’en crois les chiffres non officiels qui circulent. On en rirait si ça n’était pas si triste. La conclusion est donc claire, et bien au-delà des problèmes de postes gelés : il faudra s’insérer ailleurs. Cet ailleurs, c’est la fonction publique, et le secondaire en particulier, pour une majorité (et ça pose la question du « choix » du secondaire, à ma connaissance toujours pas chiffré à l’heure actuelle).

Ca peut être aussi le privé, et je regrette que l’article n’en fasse pas mention. Les Ecoles Doctorales (dont la mienne #cocorico) ont développé ces dernières années plusieurs initiatives visant à mieux positionner les futurs docteurs face au monde de l’entreprise. Et en fouillant, on trouve de plus en plus sur le net des exemples de gens qui ont réussi à sortir du cadre strict de la recherche pour s’insérer sur des postes auxquels on ne songe pas de prime abord, en usant des compétences développées durant le doctorat, la gestion de projet ou le management, exemple ici. C’est sûr, ça a l’air compliqué d’y parvenir. Mais à un moment il faut être clair, personne ne viendra nous prendre par la main, c’est donc à nous de nous bouger pour construire la suite. Ca suppose fouiller, s’intéresser, questionner. Et suivre des formations pour compléter son bagage. Ici, toute une gamme de formations a été développée, de qualité plus ou moins égale, mais on peut au moins concéder que l’offre évolue au fil des années, s’est largement étoffée et tape sur des champs vraiment larges. Il suffit de piocher.

Moi là-dedans? J’explore. Car je ne suis ni certifiée, ni agrégée, j’ai donc peu de chances d’être recrutée en fac, même si on voit des cas, de temps à autres, de recrutements sans concours du secondaire. Donc j’observe, et je participerai en mai prochain aux Doctoriales®. D’une part, ça peut peut-être me permettre d’avancer dans la construction de mon projet professionnel, et d’autre part, je me dis que dans l’éventualité d’un recrutement en université, je devrais à mon tour pouvoir guider les étudiants dans leur orientation professionnelle. Dans les deux cas, ça me semble positif.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *