Dédramatiser l’écriture

La rédaction est une période critique pour bien des doctorants. C’est le moment de mettre de l’ordre dans toutes ces données accumulées depuis le début de la thèse, voire même avant pour ceux qui ont commencé avant l’inscription voire le master #coupable

La première étape, c’est de bâtir un plan, certes très théorique, surtout quand on a une DR comme la mienne qui recourt sans scrupule aux ciseaux. Et je concède bien volontiers que jusque-là, à chaque fois qu’elle l’a fait, mon propos a gagné en fluidité.

Ensuite, en tout cas en ce qui me concerne, et j’imagine que les autres historiens procèdent de la même manière, répartir les sources récoltées dans chaque chapitre, puis partie, puis sous-partie. Bref, aboutir à un plan détaillé, auquel on adjoint les questions et hypothèses qu’on souhaite aborder.

Arrive le moment fatidique, celui où il faut prendre la plume, le crayon, le clavier, peu importe. Il faut traduire sa pensée avec des mots. Par quel bout commencer? Quels mots choisir? Ecrire avec un « je », un « nous » ou totalement s’effacer? A-t-on fait le tour de la littérature scientifique? A-t-on bien dépouillé toutes les sources intéressantes? Est-ce que c’est suffisamment original? Et en même temps crédible? Bref, la liste des questions peut être longue. Pire, quand on a mon degré d’exigence et de perfectionnisme, s’ajoute le « mon travail vaut-il quelque chose? ».

Il existe une foule d’ouvrages destinés à aider une personne à écrire, et davantage dans le contexte de la thèse. Et tous pointent les mêmes problèmes : la question de la légitimité (et donc du regard des autres) et le fait qu’on ne nous a jamais vraiment appris à écrire. Je me souviens des multiples rédactions à produire en cours de français au collège et au lycée, soigneusement corrigées, pointant l’orthographe, la grammaire, soulignant les tournures appropriées. Mais finalement, jamais on ne nous a dit comment enchaîner les mots et les idées, comment construire un discours, un peu comme si ça devait être inné.

Sur la route de la rédaction, j’ai d’abord rencontré le travail de Geneviève Belleville, qui a donné une conférence filmée en France en 2015 et diffusée. Son livre Assieds-toi et écris ta thèse, dont on peut lire un résumé ici, est écrit très simplement et est donc très accessible. Elle démonte point par point les problèmes qui peuvent se présenter au jeune chercheur lorsqu’il aborde l’écriture et donne des pistes très concrètes pour s’y mettre. J’ai beaucoup ri en la lisant car finalement elle énonce des choses qui relèvent du bon sens, mais qui dans la pratique ne sont pas si simples. De ce fait, voir tous ces conseils mis noir sur blanc, ça fait du bien. Et de temps à autres, je rouvre son livre, et je me régale.

La seconde lecture du même genre que j’ai faite récemment, c’est le livre de Howard Becker, Ecrire les sciences sociales, et qui m’a été recommandé par une amie à qui je confiais mes difficultés à avancer (Audrey, si tu me lis, merci!). Car jusque-là, mon écriture était très laborieuse. Elle l’est toujours, mais ces dernières semaines les mots viennent plus facilement. Ce livre m’a d’abord surprise dans son style. C’est très direct, et parfois un peu décousu, mais je pense que ça tient à la traduction, un jour je prendrai le temps de le lire en VO #lespromessesnengagentqueceuxquiycroient

Mais l’auteur pose les problèmes de manière très concrète, et aborde notamment la question du style, ou comment écrire simplement et efficacement. Et quand je vous dis « de manière très concrète »,  j’entends par là qu’il expose des textes de doctorants dans leur version initiale, et reprend phrase par phrase comment on peu simplifier le discours sans perdre en qualité. Et ça marche. De fait, là encore, j’en recommande chaudement la lecture, y compris si vous estimez n’être pas, de près ou de loin, dans le champ des sciences sociales car ses conseils sont vraiment transposables à toutes les disciplines.

Le problème principal qu’il me reste à régler, c’est la question de la relecture. C’est vraiment une étape qui m’insupporte, et quand je dois reprendre un article, c’est toujours la même galère. Certainement parce que je n’ai pas encore intégré cette phase comme une étape de rédaction, je la considère encore comme du plus, du temps passé au-delà de la rédaction et qui sabre mes efforts pour sortir le premier jet. Bref, revoir ma conception de l’écriture dans le temps long.

Dans tous les cas, je recommande chaudement ces deux ouvrages. Et j’ajoute un point aussi. Ouvrir un carnet de recherches. J’écris pour ce carnet depuis trois mois environ, et je vois déjà la différence. Au départ j’étais sceptique. J’y voyais même une perte de temps ou une activité supplémentaire dans mon quotidien qui tiendrait déjà occupées trois personnes. C’est en tout cas ce que j’avais répondu à Emilien qui m’avait suggéré d’en ouvrir un en 2015. Et finalement, il avait raison (merci à toi!), et avec le recul, je regrette de ne pas l’avoir fait plus tôt. Ce qui m’a décidée, c’est la lecture de carnets d’autres chercheurs, chercheuses en l’occurrence, en particulier Prendre corps de Stéphanie Chapuis-Després et Acquis de conscience de Caroline Muller. Car au-delà des questions de fond, elles montrent toutes deux la recherche en train de se faire, et leurs billets traduisent régulièrement le bouillonnement interne, le magma intellectuel d’où sortent régulièrement les idées et les pistes à suivre, bref leur réflexion en construction. Et depuis plusieurs semaines je constate combien cette écriture, un peu plus légère finalement, constitue une véritable propédeutique à l’écriture de la thèse, une sorte d’anti-chambre de chaque chapitre, un brouillon fort utile pour poser les choses et éventuellement bénéficier de retours constructifs pour la rédaction des chapitres.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *