Le nerf de la guerre

     Après avoir analysé les rouages politiques de la ville au sens strict, je m’attaque aux rouages économiques, ceux qui fondent la puissance de la ville. Aux XIVe-XVe siècles, Valenciennes est une ville florissante, sans aucun doute la plus riche du Hainaut. Elle est un point de convergence des productions rurales et un relais d’exportation.  Et les institutions ont bien compris qu’une régulation, un contrôle de ces productions était une belle occasion de prélever des sommes importantes, qui financeraient les activités politiques urbaines.  En outre, c’est une nécessité car dans la liste des denrées faisant l’objet de cette intervention des autorités, il y a tout ce qui relève de l’approvisionnement et on touche là l’une des problématiques qui concernent de près toutes les villes peu importe leur taille. Car sans nourriture, pas de population, et sans population, pas de cité. Dernier point qui justifie la création d’institutions économique, et finalement sans doute la raison première : la fondation de la ville. Si la charte de la Paix accordée par Baudouin en 1114 institue un collège d’échevins, c’est en échange de l’apurement de dettes, soldées par les Valenciennois. Et ce groupe de « pères fondateurs » est composé de marchands, actifs depuis longtemps.

     La trace la plus ancienne de Valenciennes dans les archives remonte à 693, dans un document qui atteste de la présence d’un portus et d’un palatium. Le site est donc peuplé et doté d’un embarcadère permettant le transit de marchandises. La première impulsion est donnée à la fin des années 1060, lorsque les marchands s’organisent en association jurée et obtiennent la charte de la Karitet, qui vise à réglementer les relations entre les membres : maintenir la paix et organiser le commerce principalement. Et c’est tout logiquement qu’on créé la Halle-Basse ou halle aux draps, car la draperie est l’une des activités maîtresse de la cité.  En matière de sources, l’analyse est facilitée grâce au travail d’édition réalisé par Georges Espinas qui publie deux manuscrits renfermant essentiellement des règlements et ordonnances régissant les métiers de la draperie. Ne reste plus qu’à les compléter avec le manuscrit 738 de la BM de Valenciennes qui nous livre les noms et prénoms du mayeur-boursier, du prévôt et des XIII hommes qui dirigent la Halle de 1357 à 1406, et d’autres documents plus anecdotiques complétant le reste des données.

     Parmi les autres organes, il faut porter la focale sur la halle au blé, qui remplit les mêmes fonctions que la halle aux draps mais pour les céréales. Le Hainaut est une riche terre céréalière, dont l’étude a déjà été abordée de manière conséquente par Gérard Sivéry. Les sources sont toutefois plus rares. Il faut se tourner vers les comptabilités de la ville, qui égrènent les noms des preneurs de cette ferme et les sommes versées, fournissant ainsi un indicateur du volume d’activité enregistré. Les comptes du domaine de Hainaut et la Recette Générale du Hainaut mentionnent également des ventes, mais leur exploitation ne peut être faite que par le biais de sondages dans le cadre de la thèse, car ces archives représentent 191 et 366 registres chacun…!

     Autre élément d’importance, la question des poids et des balances qui contrôlent les quantités et influent donc sur les prix pratiqués. Là encore, on est sur une mesure de régulation économique et sociale, car un pain plus léger qu’annoncé est la garantie d’une émeute urbaine, et il est dans l’intérêt des gouvernants de l’éviter autant que possible.

     Enfin, reste la question de la finance au sens le plus strict. Valenciennes est dotée d’un atelier monétaire et le comte de Hainaut y installe des Lombards et une table de change. La question de la production de monnaie, de la circulation des matériaux précieux et de l’usure est donc un point épineux. Nous sommes très bien renseignés sur le sujet, en particulier via les ordonnances édictées par le pouvoir central, conservées en majorité dans la riche série B des AD du Nord, et en partie éditées par Léopold Devillers dans son Cartulaire des comtes de Hainaut. De l’avènement de Guillaume II à la mort de Jacqueline de Bavière et par une équipe d’historiens dans Recueil des ordonnances des Pays-Bas.

     L’archéologie est une piste exploitable pour les halles via les fouilles organisées au début des années 2000 pour le projet Coeur de Ville, mais à ce jour, aucune donnée matérielle concernant l’atelier monétaire n’a pu être fixée, le site n’ayant toujours pas été trouvé, laissant ainsi plusieurs questions en suspens.

Pour aller plus loin :

  • Recueil des ordonnances des Pays-Bas, Section 1, Ordonnances de Philippe le Hardi, de Marguerite de Mâle et de Jean sans Peur : t. I (1381-1393) par P. BONENFANT, J. BARTIER et A. VAN NIEUWENHUYSEN, 1965, VI et 649 p. ; t. II (1394-1405) par A. VAN NIEUWENHUYSEN 1974, 1018 p. ; t. III (1405-1419) par J.-M. CAUCHIES, 2001, XXIX et 571 p.
  • DEVILLERS Léopold, Cartulaire des comtes de Hainaut. De l’avènement de Guillaume II à la mort de Jacqueline de Bavière, Bruxelles, F. Hayez, 1881-1896.
  • CARDON Dominique, La draperie au Moyen Age. Essor d’une grande industrie européenne, Paris, CNRS Editions, 1999.
  • ROCH Jean-Louis, Un autre monde du travail. La draperie en Normandie au Moyen Age, Rouen, PURH, 2013.
  • LAURENT Henri, La draperie des Pays-Bas en France et dans les pays méditerranéens, Brionne, Editions Montfort, 1978.
  • SIVERY Gérard « L’évolution du prix du blé à Valenciennes aux XIVe et XVe siècles », Revue du Nord, 1965, tome 47, p. 177-194.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *