#365papers Compter ses lectures

Outre les sources, le/la chercheur·se lit. Beaucoup. Ou pas assez. Ca dépend des activités du moment, du nombre de cours à donner, de l’état de fatigue, bref de plein de choses, et surtout de notre propre perception de ce qu’est “beaucoup”.

Finalement quelle quantité lit-on? Peu de gens tiennent des statistiques sur le sujet, et pourtant l’idée d’une comptabilité des lectures est peut-être une piste pour combattre le syndrome de l’imposteur vécu par une majorité de chercheur·ses, tous statuts confondus. Dans cette optique, je vois passer ce matin dans mon fil Twitter le #365papers : par le biais d’un hashtag, recenser ses lectures et y voir un peu plus clair. L’initiative lue aujourd’hui me parvient par cet article paru au début de l’année 2018 (bien qu’on trouve un article de 2015 qui évoque cette pratique) et l’auteur, Ryan Straight, insiste sur le fait que ce qui compte n’est pas tant le nombre de références lues mais plutôt l’idée d’atteindre un objectif fixé et de prendre conscience de l’achèvement de la démarche, ce qui l’amène à questionner la quantité de références, puisque bien peu de gens peuvent consacrer 100% de leur temps à la recherche.

Evidemment il faut être précis sur ce qu’on entend par paper. L’auteur cite les articles évidemment, mais il renvoie aussi à un tweet de Brook Danielle Lillehaugen, pour qui un chapitre d’ouvrage compte pour un paper, ce qui facilite l’entreprise, en particulier en SHS où les ouvrages sont rarement minces, et ce d’autant plus qu’on ne les lit pas forcément en intégralité, mais plutôt en fonction de nos besoins. Par ailleurs, comment répartir les lectures? Est-ce que le but est de lire au moins une référence par jour? Je ne pense pas, tout simplement parce que les contraintes professionnelles ne le permettent pas toujours. Cela pose la question des congés également : j’essaye de me ménager des plages sans travailler. J’ai bien dit : j’essaye (pensée pour mon mari qui va encore bien rire et protester en me lisant). La déconnexion n’est pas facile, mais arrivant vers la fin de la thèse, je culpabilise moins quand je prends une journée off. Dans tous les cas, cela suppose donc moins de jours que n’en compte une année civile. En suivant l’idée d’une moyenne à atteindre, on peut garder l’objectif de 365, sans forcément en faire une idée fixe.

Je vais donc me livrer à cette petite expérience, en gardant en mémoire la date de lecture, de façon à pouvoir relever les périodes moins productives en matière de lectures. En revanche, je ne pense pas relever la nature de la référence comme l’a fait Meghan Duffy, car c’est une donnée qui, pour l’instant, ne m’intéresse pas. De même, dans la mesure où je partage déjà régulièrement mes acquisitions sur Twitter, et pour ne pas encombrer les fils de mes abonnés, je ne pense pas relayer mes lectures à chaque fois via le hashtag, mais plutôt tenir un billet dédié, mis à jour environ une fois par semaine, et qui sera sans doute plus lisible pour celles et ceux qui suivent mon travail. 

Seront comptés dans cette aventure :

  • les articles de revue
  • les ouvrages et thèses, chaque chapitre comptant pour un paper
  • les packs intro+ccl+table des matières d’un ouvrage comptent pour un
  • les billets de blog

Le tout en lien direct ou pas avec mes recherches, car il m’arrive régulièrement de lire des choses écrites par des twittos mais qui n’entrent pas dans mon champ de recherches par exemple, par curiosité ou par amitié.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 15/10/2018

    […] ce billet, je dresse la liste de mes lectures dans le cadre du challenge #365papers, à compter du 25 septembre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.