Repenser les migrations

Je travaille depuis quelques jours à la rédaction de l’historiographie des migrations et plus précisément de l’immigration. Je fais mention des travaux des contemporanéistes (pensée pour mes camarades de jeu contemporanéistes qui risquent de tomber de leur chaise #cavaaller), et je scrute ce qu’il se fait chez les sociologues notamment1, en particulier concernant le pan intégration de ce champ de recherches. J’ai lu hier l’ouvrage de Nancy Green, Repenser les migrations.

Son ouvrage aborde plusieurs points que j’ai trouvé très enrichissants. Le premier chapitre est un plaidoyer en faveur de l’histoire comparatiste, elle appelle à mettre davantage en place la méthode de comparaison des migrations, entre deux périodes ou deux espaces simultanément par exemple. L’idée est bonne mais difficile à mettre en œuvre pour le Moyen Age : ça suppose des sources, et dans la mesure où elles existent, des sources équivalentes. Car l’histoire de l’immigration au Moyen Age se fait avec des archives qui n’étaient pas destinées à recenser les migrants de prime abord. Par exemple, pour Valenciennes j’utilise notamment les listes de nouveaux bourgeois, facilement trouvables pour d’autres villes du coin, comme Douai et Lille2, et les listes de demandes d’asile. Sauf que cette dernière procédure, sauf erreur de ma part, semble assez originale : je ne me souviens pas avoir lu de monographie mentionnant cette capacité d’accueil et de protection de l’étranger détenue par une autre ville face à son seigneur. Dans ces circonstances, difficile de comparer.

Elle aborde dans un second temps les différentes méthodes d’analyse auxquelles on peut recourir. Elle cite ce qu’elle appelle la méthode convergente, c’est-à-dire l’étude des immigrants dans leur lieu d’arrivée, soit les immigrants qui arrivent à Valenciennes dans mon cas. C’est ce que font la plupart des auteurs qui traitent ce thème pour la période médiévale, non sans difficultés puisqu’il faut réaliser un gros travail de traque et de collecte de données dans les archives.

Elle plaide ensuite pour une approche divergente3, c’est-à-dire l’étude d’un groupe avec plusieurs lieux d’arrivée. Transposé à mon cas, cela signifie par exemple étudier les Valenciennois qui quittent la ville pour plusieurs autres cités. Une démarche à ma connaissance jamais mise en œuvre pour le Moyen Age et pour cause! Il n’existe aucune base de données aujourd’hui permettant de cerner ces émigrants, sauf à éplucher les listes de nouveaux bourgeois d’une quantité de villes par exemple. Et encore, cela brosserait un portrait partiel, pour plusieurs raisons. D’une part, les habitants ne sont pas tenus de signaler leur départ, sauf s’ils sont bourgeois de la ville (plusieurs cas de perte de bourgeoisie mentionnés dans les registres). D’autre part, certains s’installent sans doute à la campagne, dans des villages pour lesquels il n’y a pas forcément de droit de bourgeoisie, même foraine. Donc pas forcément de recensement. Sans parler de la disparition de sources. Toutefois, je reste convaincue qu’une mutualisation des listes de bourgeois permettrait de mesurer l’influence de villes sur d’autres, bref d’approfondir la question du maillage urbain et des réseaux urbains médiévaux.  Bref, il y à de l’idée, mais c’est à creuser et il faut des moyens pour ça #appeldupied

Dernière étape, elle fait un long chapitre sur la femme migrante. Elle souligne le manque de travaux sur le sujet (on est en 2002 quand elle publie) et insiste sur le fait que “Et pourtant elles bougent!”, renvoyant à un colloque tenu en 2000. En dépit de leur maigre place dans les sources, les femmes participent aux mouvements migratoires, soit parce qu’elles suivent un mari, soit parce qu’elles se déplacent seules pour trouver un emploi4. Pour le Moyen Age, elles sont encore plus discrètes. La législation concernant le droit de bourgeoisie à Valenciennes les mentionne pourtant explicitement : si un homme veut devenir bourgeois et qu’il est marié, il doit faire venir femme et enfants dans la ville, une bonne façon de s’assurer de la vitalité démographique de la cité. Elle explique aussi que c’est par les femmes que se fait le peuplement, c’est-à-dire l’appropriation du territoire, l’intégration dans le tissu social urbain. Dans mon analyse des corpus dépouillés, j’avais été attentive à pointer leur absence/faible présence, et ce chapitre m’incite à insister davantage là-dessus. Car je rejoins les propos de l’auteure :

« Une histoire de l’immigration sans les femmes […] n’est qu’une partie de l’histoire des migrations »5 .

GREEN Nancy L., Repenser les migrations, Paris, PUF, 2002.

  1. REA Andrea, TRIPIER Maryse, Sociologie de l’immigration, Paris, La Découverte, 2013. []
  2. AUBRY Martine, 4000 bourgeois de Lille : le premier registre aux bourgeois (1291-1355) : édition et commentaire, Lille, Centre de recherche sur l’histoire de l’Europe du Nord-Ouest, 1999. []
  3. p. 31 []
  4. p. 112 []
  5. p. 120 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.