L’abattis de maison comme mode de gouvernement ou la ville en colère

Malgré les conflits qui animent la société valenciennoise, la communauté urbaine ne pardonne jamais les atteintes à son intégrité et se montre volontiers revancharde. C’est dans ce contexte que la bonne ville du Hainaut pratique l’abattis de maison.

Ce procédé, très répandu dans le Hainaut et dans le Nord de façon plus générale (Laon et Amiens par exemple), est ancien, et vise à punir sauvagement une personne en s’en prenant à ses biens, en détruisant sans ménagement sa maison.

Quand l’abattis est ordonné, c’est toute la ville ou presque qui se mobilise et se rend sur les lieux, comme pour une bataille rangée. On possède d’ailleurs une illustration du défilé, conservé dans un manuscrit de la fin du XIXe siècle-début du XXe siècle :

BMV, ms 1203, Fromentin, Hommes et choses de Valenciennes

BMV, ms 1203, Fromentin, Hommes et choses de Valenciennes

L’image figure des bataillons de bourgeois quittant la ville et se rendant, armes à la main, sur le lieu où la sanction sera appliquée.

Pour Valenciennes, c’est un moyen de gouvernement du plat-pays, cet espace composé de plusieurs centaines de villages, qui dépendent par ailleurs d’elle puisqu’elle est chef de sens (c’est-à-dire qu’en cas de besoin, c’est son avis qui prime pour tout ce qui relève du législatif). D’après Jacques de Guise, ce droit est concédé aux Valenciennois dès 1114, c’est-à-dire lors de la charte fondatrice de la ville.

C’est une mesure qui accompagne une amende mais de manière facultative, dès lors que la victime est un bourgeois de la ville, et que la maison du condamné est située dans le ressort de la ville, naturellement. On procède alors à un cri public dans plusieurs endroits de la ville, on envoie éventuellement des messagers aux dignitaires importants (à l’exemple de la comtesse de Hainaut en 1347 qui se trouve alors à Le Quesnoy, à quelques kilomètres de Valenciennes), puis on mobilise la ville. La sécurité est renforcée, les bourgeois armés, prêts à se rendre sur les lieux mais aussi à défendre la ville en cas de riposte. Le jour dit, les cloches du beffroi sonnent le rassemblement, et chaque compagnie de bourgeois, rassemblée sous sa bannière, se met en marche. Outre le matériel et les armes, la cité prévoit de quoi se restaurer, voire de quoi se loger si l’affaire a lieu loin de la ville et ne permet pas de rentrer dans la journée. Sur place, les échevins donnent ordre aux habitants des alentours de rester chez eux, et font évacuer la maison concernée. On fixe alors des crochets aux murs de la maison, qu’on fait ensuite tomber.

Toutefois, vu les moyens que l’évènement mobilise (on en trouve la trace dans les comptabilités de la ville) et ses conséquences (tant matérielles que psychologiques), cette peine est assez rarement prononcée et mise en application. Au cours de la période médiévale, la ville y recourt en 1315 (Bouvignies), 1348 (Gommegnies), 1357 (Escarmain), 1362 (Denain et Wallers, dix maisons), 1382 (Crespin et Saint-Saulve), 1414 (Denain), 1418 (Crespin), 1427 (Trith), 1430 (Raismes), 1456 (Bruay et Fresnes), soit treize condamnations en l’espace de deux siècles.

C’est presque une festivité, et ce d’autant plus que les coupables sont des célébrités. Par exemple, en 1348, c’est à la demeure du seigneur de Mastaing, un noble local, qu’on s’en prend, en 1362 à celle du seigneur de Ruymont ; en 1430, c’est Nicolas Rollin, chancelier du duc de Bourgogne qui fait les frais du courroux des Valenciennois. Evidemment, la chose est fort mal accueillie par les propriétaires, qui ne manquent pas de se plaindre, voire de se venger. Et le seigneur susnommé profite d’une rencontre inopinée avec un Valenciennois, Lottart de Binch, hors des limites de la prévôté-le-comte pour lui ôter la vie, sans plus de procès. De même, le chancelier porte réclamation auprès de son maître. Les villageois de Raismes, profitent du passage d’un bourgeois de Valenciennes pour le pendre haut et court, sous un prétexte quelconque. Les Valenciennois ripostent, dépendent le malheureux et l’enterrent avec les honneurs dans le cimetière de Raismes. Ils terminent la journée en dévastant la tour du châtelain, brisant portes et fenêtres. Les bourgeois feignent ensuite de ne pas être impliqués dans l’affaire et promettent au duc une justice impitoyable pour les responsables. Ce dernier, qui n’est pas dupe, saisit l’occasion et interdit l’abattis de maison en 1448.

L’abattis de maison est donc un moyen d’affirmation pour la communauté, en particulier face à la noblesse régionale et aux territoires environnants, et participe à la construction d’un contre-pouvoir bien gênant, contre lequel le comte de Hainaut ne peut rien, et qui doit attendre l’ère bourguignonne pour être maîtrisé et soumis.

Pour aller plus loin :

LE GLAY André, “De l’arsin et de l’abattis de maison dans le nord de la France”, Bulletin de la Commission Historique du Département du Nord, 1843, p. 248-279.

CAFFIAUX Henri, Abattis de maisons à Gommegnies, Crespin et Saint-Saulve 1348-1382, Valenciennes, Impr. Henry, 1863.

DELCOURT André, La vengeance de la commune : l’arsin et l’abattis de maison en Flandre et en Hainaut, Lille, Ed. Raoust, 1930.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.