#lecture Les marginaux du Moyen Age

Profitant de l’été et de l’absence de copies/cours/réunions diverses, outre la rédaction (qui avance!), j’ai sorti une pile de livres que j’aimerais lire avant l’éventuelle reprise en septembre. Et j’ai du retard… qui atteint la bagatelle de deux étagères d’une bibliothèque, articles imprimés non comptés… J’ai choisi de commencer par l’un des derniers ouvrages de Sophie Brouquet, consacré aux marginaux et paru il y a quelques mois :

J’aime bien les Ouest-France, en général ça se lit bien, c’est bourré d’illustrations et c’est assez court. J’avais lu il y a quelques années son opus sur les métiers au Moyen Age, et j’avais été marquée par sa plume, très accessible, je l’avais même utilisé pour monter un cours de première année.

Abordant le thème de l’exclusion dans ma thèse, forcément, je l’ai commandé. Et j’ai commencé hier ma lecture, en twittant dans le même temps quelques anecdotes, quelques remarques au sujet du livre, que je souhaite proposer au lecteur·trice ici, illustrations incluses (d’où le style un peu hâché et certains passages familiers). Le but n’est pas du tout de faire une recension (j’en serais bien incapable, et pour cause! Elle aborde des champs pour lesquels je ne suis pas compétente, comme la prostitution ou l’homosexualité, je ne suis donc pas en mesure d’en faire une véritable critique) ni d’être exhaustive sur les thèmes abordés mais d’en proposer un aperçu et d’inviter le/la lecteur·trice à aller plus loin dans cet ouvrage. D’ailleurs, en commençant à twitter, je n’avais pas du tout en tête un fil aussi long :

 

Présentement attelée à la lecture de Les marginaux du Moyen Âge de S. Brouquet, je confesse bien me marrer. On apprend notamment que les lépreux, non contents d’être sur le point de crever sont poussés à la dépression, en participant à une cérémonie qui s’apparente à un enterrement.

Une double page intitulée “pourquoi les femmes sont des sorcières ?” nous apprend que selon Sénèque “quand une femme pense seule, elle pense mal” et que pour Cicéron, “la racine de tous les vices de la femme est l’avarice”

Et pour faire bonne mesure, saint Jean-Chrysostome “si c’est un péché de divorcer, quand il faut la garder, c’est vraiment une torture nécessaire” #sexismebonjour

Je découvre aussi l’existence d’un lieu de pèlerinage thérapeutique à Haspres (20 km au sud de Valenciennes), jamais mentionné dans les sources valenciennoises.

Contre la mélancolie, la médecine médiévale préconise “des danses, embrasser et toucher de belles jeunes filles” #ohmygod

Dans un tout autre registre, le chapitre sur les sexualités nous apprend que l’Eglise ne se positionne que tardivement au sujet de l’homosexualité : 1179 et le concile de Latran III.

“l’affirmation par une minorité au sein même de l’Eglise de la valeur positive des rapports homosexuels”, voilà qui remet en question le dogme actuel…

En 1102, le concile de Londres interdit la sodomie, mais l’archevêque de Canterbury fait en sorte que ça ne soit pas appliqué. Et après on nous parlera de l’austérité du Moyen Âge !

Sexisme toujours, on reproche au fils de Guillaume le Conquérant d’être trop soigné et soucieux de son apparence. Visiblement, être un mâle, c’est être un primate…

J’apprends aussi que Richard Cœur de Lion était gay et s’est envoyé Philippe Auguste pendant la croisade de 1190. On est loin de l’homophobie crasse d’aujourd’hui ! Encore un coup de canif dans les dark ages!

L’autrice explique ensuite que l’Eglise n’en vient à condamner l’homosexualité pour les laïcs qu’avec Thomas d’Aquin et qu’avant cela les persécutions émanent du roi et des populations.

À la lecture des procès qu’elle rapporte, il y a une chose qui me frappe : l’homosexualité semble systématiquement liée et limitée à la sodomie, des propos qu’on trouve encore aujourd’hui chez les homophobes, peut-être que les sources disent davantage de choses, je ne suis pas assez instruite sur le sujet, en tout cas ça pique ma curiosité !

Autre chapitre croustillant : la prostitution. Thomas d’Aquin condamne l’activité, mais pas ce que la femme en tire comme argent, car “elle a travaillé et ses aumônes sont recevables par l’Eglise”. #pasdepetitprofit #moneymoneymoney

Pour Thomas de Cobham, leur aumône doit être refusée si elles ont joui. En sachant qu’évidemment elles seront jugées pour ne pas avoir donné d’aumône, même contraintes. Bref, dans tous les cas, elles se font niquer comme on dit 😂

Elles sont marginalisées mais bénéficient de protection à partir du XIIIe siècle, leur viol est condamné, Louis XI reçoit une plainte et le contrevenant est exécuté.

La géographie des lieux de prostitution montre un retournement de situation : d’abord rejetées hors des murs de la ville, elles y sont ensuite admises, même dans des lieux déterminés, puis se fondent dans le paysage quand les obligations vestimentaires tombent en désuétude.

“leur durée de séjour dans un bordel est assez courte car les tenanciers encouragent le renouvellement de leur pensionnaires afin de satisfaire les clients”

Puis un chapitre sur les Jacquouilles : les pauvres sont condamnés car refusent de travailler, et en dépit de la grande mobilité des médiévaux, l’étranger est toujours mal perçu. Le voyage (pèlerinage, marchands…) est distingué de l’errance, suspecte surtout si solitaire.

Paradoxe : le pauvre est un nuisible et en même temps essentiel car il permet au chrétien de lui faire la charité et donc d’œuvrer à son salut. Je me souviens avoir choqué mes étudiants avec cette perspective il y a qq années… Eh oui, charité bien ordonnée commence par soi-même.

Des ouvrages fournissent des conseils aux donateurs pour distinguer le bon pauvre du oisif!! Culpabilisation power : faudrait pas que le pauvre dépense la piécette au bordel…

“En 1425, on organise à Paris une bataille d’aveugles. Armés de bâtons ils doivent tuer un porc” non mais #ohmygod

Evidemment les historiens et historiennes de Twitter sont venus commenter certains points avec lesquels ils/elles sont en désaccord et je les remercie de leurs interventions, c’était très enrichissant. Notamment, Ninon Dubourg nous recommande un article d’Olivier Richard intitulé “Le jeu des aveugles et du cochon. Rite, handicap et société urbaine à la fin du Moyen Âge” paru dans la Revue historique en 2015.

 

Dans l’ensemble c’est un ouvrage que je recommande, très ludique, accessible au grand public et riche en détails. Comme pour ses ouvrages précédents, Sophie Brouquet a choisi un style très fluide, qui amène le/la lecteur·trice à oublier le temps qui passe et à se plonger intégralement dans le texte. Les illustrations sont nombreuses et variées. On trouve une bibliographie sélective en fin d’ouvrage et on regrette parfois l’absence de notes de bas de page, quand les besoins de la recherche se font à nouveau sentir chez le/la lecteur·trice, mais dans cette collection, c’est bien normal!

 

Sophie Brouquet, Les marginaux au Moyen Age. Ladres, brigands, ribauds, gueux et mendiants, Ouest-France Editions, 2018, 128 pages, 15.90€


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.