Aperçu de quinze ans de fouilles de la Valenciennes médiévale

Je compte profiter de ce mois pour m’atteler à la lecture des rapports de fouilles et diagnostics de synthèse du service archéologique de Valenciennes. J’ai la chance d’avoir sous le coude un service municipal accessible, avec une équipe très accueillante. Les locaux sont un peu spartiates en apparence mais on y trouve de quoi travailler dans de bonnes conditions (une salle de lecture avec une belle bibliothèque, des salles de travail pour les différentes spécialités, une salle de prise de vues et une salle de pause). Depuis le début de ma thèse, je ne m’y étais pas trop aventurée, mais la rédaction m’amène à me dire qu’il est temps de faire le grand saut.

Je n’ai pas de formation en archéologie, au sens diplôme dans cette discipline, à l’exception de quelques UE suivies en licence, mais j’ai une directrice de recherches à la fois chercheuse et archéologue. De ce fait, dans sa façon de nous guider dans nos recherches, l’interdisciplinarité est une base, et la démarche de recours à d’autres disciplines devient finalement naturelle chez les padawans qu’elle forme. Je lis donc de temps à autres un peu d’archéologie, bref comme tout·e doctorant·e, je me forme sur le tas au gré des besoins.

L’an dernier, j’avais été accueillie par Arnaud Tixador, notre archéologue local, qui m’a dirigée en premier lieu vers les bilans publiés par la DRAC. Et il a bien fait, car l’ensemble des rapports et DFS couvrent plusieurs milliers de pages, toutes périodes confondues. D’après ce qu’il m’en avait dit, en dépit de l’activité soutenue du service (créé en 1989, les fouilles réalisées auparavant, comme partout, étaient le fait d’amateurs et d’érudits), seuls 5% du territoire de Valenciennes ont été fouillés jusque-là, de manière plus ou moins approfondie, ce qui laisse donc encore de la marge en matière de découvertes pour les prochaines décennies. C’est peu et donc beaucoup à la fois. Car beaucoup de pages, mais aussi des points intéressants dans la ville. A la faveur de la construction du centre commercial sur la Place d’Armes, c’est une zone étendue de l’hypercentre qui a été fouillée, et plus récemment une zone qui appartenait à l’Hôtel-Dieu. De ce fait, des données qui m’intéressent pour une partie de ma thèse que je n’ai encore jamais évoquée en colloque : le parcellaire de la ville.

J’ai donc épluché les bilans de la DRAC depuis 2000 jusqu’à 2017, en leur attribuant des mots-clés pour m’y repérer plus facilement et établir un ordre de lecture prioritaire. Il ressort de cela que 19 rapports de fouilles m’attendent sur les 75 produits sur la période, les autres concernant des périodes antérieures ou postérieures, soit un quart du total. Cela montre bien que le sol a des choses à nous dire pour le Moyen Age, et aussi que les traces anciennes sont bien là en dépit des bombardements qu’a connus la ville au sortir de la Seconde Guerre Mondiale. Sans même les avoir consultés, je sais que certains rapports seront plus instructifs que d’autres, en fonction du nombre de mots-clés attribués à chacun (de un à quatre pour les plus prolixes) et de la diversité des thèmes abordés.

Fig. 1 : Fréquence des mots-clés qualifiant les rapports et DFS de fouille.

La question du parcellaire revient dix fois, je vais donc pouvoir opérer un croisement intéressant entre les sources matérielles et les sources écrites. J’ai ajouté des mots-clés pour certains points spécifiques : four, beffroi, Halle, Saint-Pierre (la chapelle échevinale, située à côté de la maison échevinale sur l’actuelle place d’Armes). J’ai volontairement occulté la question des objets divers qui ont été sortis de terre, à l’exception de ce que j’ai rangé sous « pèlerinage », a priori un lot très important d’enseignes de pèlerinage, dont une partie a fait l’objet d’une publication sous forme de catalogue :

J’ai déjà utilisé l’ouvrage pour une sous-partie dans laquelle j’aborde le pèlerinage des Valenciennois de manière générale, soit parce que volontaire, soit parce que contraint par la justice, il est donc possible que les rapports me fournissent davantage de détails.

J’ai aussi relevé cinq rapports qui font état des faubourgs ou de l’Espaix, une seigneurie intégrée à la ville en 1461. C’est un espace difficile à appréhender : l’annexion de 1461 est largement documentée par les sources écrites, mais je peine un peu à délimiter les faubourgs, un espace différent de la banlieue, et j’ai bon espoir d’obtenir des données chiffrées, des mesures dans ces rapports. Car évidemment, si je dispose d’une quantité de parchemins faisant état d’arrentements et de ventes de bâtiments, il est toujours question de terres, de maisons, d’héritages, de greniers, de fours, mais sans localisation précise autre que « hors de la porte montoise » pour ne citer que la plus fréquente. Bref je manque d’infos sur la taille des bâtiments et les lieux d’implantation, un creux que j’espère combler grâce à l’archéologie.

Par ailleurs, pour certaines rues, les sources écrites sont suffisamment conséquentes pour retracer le parcellaire (dont je n’ai aucune trace, que ce soit à Valenciennes ou Lille) sur certaines rues, j’espère donc pouvoir tirer des rapports des infos sur les matériaux utilisés par exemple, et pouvoir transcrire en images les données textuelles.

J’ai relevé aussi la mention d’animaux et d’écuries, un thème qui m’intéresse beaucoup (rappelons que ma DR est branchée histoire environnementale), j’ai constitué un dossier qui grossit petit à petit, avec les mentions d’animaux que je relève dans les sources. Là encore, le croisement de sources sera sans aucun doute révélateur et, si ce thème n’est pas au cœur des préoccupations de ma thèse, il pourra faire l’objet d’un article à publier dans quelques temps.

Je suis en revanche très étonnée du faible nombre de mentions de l’eau sous toutes ses formes (puits, puisoirs, Escaut) et des murailles, qui sont pourtant des objets caractéristiques du paysage urbain à Valenciennes (et aussi de son identité en tant que communauté urbaine). Je doute quand même qu’ils soient absents des rapports des archéologues, ils sont à mon avis tout simplement absents des résumés publiés. Affaire à suivre!


2 réflexions sur « Aperçu de quinze ans de fouilles de la Valenciennes médiévale »

  1. Bonjour
    un gros merci pour cette article qui est un exemple de ce que nous archéologues donnons a voir (ou pas) de nos résultats.
    Si jamais vous passez par Amiens, ce qui n’est quand même pas trop lointain, n’hésitez pas a nous contacter. Je pense qu’un regard croisé sur les deux ville pourrais être amusant.
    yves le bechennec attaché de conservation service d’archéologie d’Amiens métropole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.