Construire son objet de recherches et se construire soi-même, pas à pas

L’une des questions qui revient le plus après le “et cette thèse, ça avance?”, c’est “pourquoi ce sujet?”. Mon thème de recherches est le résultat d’un cheminement commencé il y a presque vingt ans.

L’Histoire, ma première histoire d’amour

D’abord il y a eu la fascination lors de la découverte de l’Histoire et des possibilités d’évasion qu’elle offre face à un monde violent (rappelons que je suis née au milieu des années 1980, et que dans mes souvenirs d’enfance il y a notamment les collectes alimentaires à l’école contre la famine en Afrique. Par ailleurs, j’ai grandi près de la frontière belge, et lors de mes années collège, le contexte, c’est l’affaire Dutroux, qui a terrorisé bien des enfants dans ce coin de l’hexagone). Donc le rêve de l’ailleurs, un univers avec ses conflits certes, mais qui offre une place pour l’imaginaire, et pour le Moyen Age, les constructions majestueuses et des sonorités différentes. Je me rappelle d’ailleurs une double page de mon manuel de 5e qui portait sur les villes, j’étais subjuguée par les représentations des rues, foisonnantes, fourmillant d’activités variées.

A l’adolescence, au détour d’un héritage, je découvre l’histoire de Valenciennes, près de laquelle j’habite depuis toujours, via la synthèse d’Henri Platelle, qui affine le décor dans lequel j’évolue.  Et parmi mes camarades de classes, je découvre le concept d’altérité et le partage qui va avec. On parle religion, coutumes, traditions. L’Autre, avec sa diversité et ses richesses, m’intrigue. Ces échanges se multiplient avec le soir du 21 avril, qui me fait choisir le camp du multiculturalisme.

A la fac, je tombe – comme beaucoup d’historiens – dans le grand bain de la généalogie. C’est mon premier contact en face à face avec les sources, sans enseignant comme garde-fou. Les registres de l’état-civil ne sont pas sexy, mais distillent des informations qui attisent ma curiosité. Je découvre une foule de métiers dont j’ignorais l’existence, je fais des liens avec le nom d’une rue d’un village, je navigue d’une commune à l’autre au fil de ma remontée dans le temps. Mes ancêtres sont d’ici pour la plupart, en tout cas pour ceux que j’ai identifiés. Et subitement, les noms des villes et villages du coin me paraissent plus familiers.

Arrive l’entrée en master, où d’emblée je choisis la médiévale. Un peu décontenancée d’abord. Ma directrice vient juste d’arriver dans les murs de la fac, je ne la connais donc pas, mais l’une de mes enseignantes de licence me la recommande chaudement. J’avais pour projet de creuser la question de la place des enfants et des pauvres dans la ville. Sujet passionnant, mais difficile quand on débute dans la recherche. Elle me suggère d’aller voir à l’autre bout de la vie et de la société et de plonger dans les testaments. Et elle a eu raison, comme souvent. Car Valenciennes dispose d’un fonds riche et bien conservé. Par chance la plupart de ces documents a fait l’objet d’une analyse et est donc facilement repérable dans l’immense greffe des werps (la juridiction municipale), grâce au travail d’un bénévole entrepris depuis la fin des années 1990. Cette source me permet d’approcher les classes les plus riches, car évidemment, on ne teste que si on a quelque chose à léguer! Et à travers ces chirographes, c’est la vie des Valenciennois qui soudain prend vie. En master 2, je veux comprendre les rouages qui animent la bonne ville du Hainaut et lever les non-dits des testaments. Je me focalise sur quatre familles bien en vue dans la cité, repérées grâce à mes dépouillements de M1. Je touche du doigt un objet bien plus vaste : le Magistrat (conseil municipal), les confréries, l’effervescence artistique, les transactions foncières… Je dresse des généalogies, je vois subitement toutes ces personnes s’animer, et pour certaines, je les vois grandir et construire leur vie, parchemin après parchemin. Et bien vite, je déborde du cadre des murailles de la ville, car dans les sources, la campagne appelle la ville et réciproquement.

De ce fait, quand arrive la bonne nouvelle du contrat doctoral, mon sujet est presque tout trouvé. Je parlerai des relations entre ces espaces, de la façon dont les hommes et les femmes de cet autre temps s’approprient les espaces et les utilisent, de quels stratagèmes ils usent pour atteindre les buts qu’ils se sont fixés. Je peins le passé de la ville, et en fouillant la vie des hommes, c’est un peu mes ancêtres que je cherche, et sans doute un peu de moi.

Si proche et si loin à la fois

Travailler sur un espace dans lequel on a grandit comporte incontestablement bien des atouts. La toponymie m’est familière, et quand on travaille sur les territoires, c’est primordial. La langue me pose peu de difficultés. Car grandir dans un village de province, c’est apprendre le patois, plus connu sous le nom de Ch’timi. Certes, les dialectes évoluent, mais le parler valenciennois, qu’on appelle aussi rouchi, est resté authentique sur bien des aspects et je ne suis que rarement contrainte d’ouvrir le Godefroy.

Avantages, mais aussi inconvénients. La passion m’emporte parfois, laissant ma curiosité prendre le dessus et me poussant à dévorer tous les parchemins qui me tombent sous la main. Et c’est le cœur battant que je rencontre parfois un aïeul possible, comme ce Lotart Huart, boulanger, admis à la bourgeoisie de Valenciennes le 3 janvier 1361. Et il faut laisser de côté l’affectif pour se concentrer sur l’ensemble des informations sans en privilégier certaines arbitrairement, sous peine de perdre en rigueur scientifique.

Ma thèse m’amène à ouvrir des livres aux contenus variés, histoire évidemment, mais aussi géographie, archéologie, sociologie, psychologie… Mes lectures modèlent le regard que je porte sur ma discipline, mais aussi sur les lieux, les personnes qui m’entourent, et m’invitent à me questionner sur mes valeurs, sur ce que je suis, sur le monde que je souhaite pour demain, en pointant les apports et les pertes du passé. Et chemin faisant, je réajuste la direction des voies que j’explore.

J’ai arrêté ma généalogie au milieu du XVIIe siècle. Pour l’instant, je n’ai pas repris mes fiches pour remonter davantage. Pas osé? Peut-être. L’avantage des périodes anciennes, c’est qu’il y a toujours une place pour les chimères, et c’est dans ce flou presque merveilleux qu’on peut puiser de nouvelles pistes de recherches.

img_7663

Les armoiries de Valenciennes

BM de Valenciennes, ms 1201.

Pour aller plus loin :

PLATELLE Henri (Abbé), Histoire de Valenciennes, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1982.

PLATELLE Henri, « Chirographes de Tournai retrouvés dans un fonds de la Bibliothèque de Valenciennes », Revue du Nord, 1962, tome 44, n° 174, p. 191-200.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.