Bilan d’une année de collège : et maintenant?

Demain j’accueille mes collégiens pour la dernière fois. Avec mes 3e, on travaille jusqu’au bout, because brevet dans quelques jours. Avec mes autres classes, l’idée est de simplement partager des moments agréables ensemble, sans la pression du programme ou des compétences. Une chose est sûre : chacun·e de mes élèves va me manquer. Au vu de l’avalanche de cadeaux reçus, de bisous et de câlins échangés, le contact est visiblement bien passé, et ils/elles m’ont sans aucun doute apporté autant que j’ai tenté de leur apporter quelque chose. Mes 5e occupent une place particulière dans le paysage : ils/elles représentent plus de la moitié de mon service, sans compter toutes les heures supplémentaires de remplacements courts (je sais, c’est encourager les administrations à ne pas recruter davantage, mais dans le bassin où je travaille, il n’y a de toute façon plus de contractuel·le à recruter alors des titulaires, pensez donc…). Comme tous·tes les Asperger, j’ai un grand sens de la justice et de l’équité, ce qui me conduit à traiter l’ensemble de mes élèves avec la même gentillesse quand ils/elles ont un comportement ad hoc et la même sévérité quand ils/elles font des bêtises. Evidemment, cela ne m’empêche pas d’avoir une tendresse particulière pour certain·es d’entre eux/elles : mes deux trios de choc chez les filles, mes jumelles, mes loustics du château… la liste est tout de même longue, et il est compliqué d’en faire une liste exhaustive. Et finalement c’est bien normal, car il me semble impossible de passer tant de temps à leur contact sans m’attacher, sans apprendre à les connaître, même si je sais que certain·es collègues refusent cet aspect du métier. En ce qui me concerne, je ne peux pas ne pas leur prêter d’attention, en particulier quand ils/elles ont une histoire difficile, tout simplement parce que cela me renvoie à mon propre passé, et puis je me sens toujours maman avec eux/elles, surtout avec celles/ceux à qui il manque un parent voire les deux (et je concède bien volontiers que j’adopterais avec joie une partie de tout ce petit monde, si j’avais les moyens légaux et financiers de le faire). Bref, c’est un déchirement de les quitter, et une de mes petites m’a particulièrement blessée (involontairement, elle est trop gentille avec moi pour le faire sciemment) en me disant que je les abandonnais, même si je comprends son sentiment.

Cette déferlante d’émotions de fin d’année m’amène à me questionner. En un sens, je me dis qu’il serait plus sage de quitter le monde de l’enseignement, surtout le second degré : le manque de moyens, les attaques perpétuelles contre le corps enseignant, les petites mesquineries de certain·es collègues, le salaire mirobolant, les consignes ministérielles parfois en dépit du bon sens, le rythme effréné, c’est trop pour moi. Et puis il y a tout ce qui me manquerait : les gosses d’abord, et surtout les gosses. C’est une bataille quotidienne, pour leur ouvrir l’esprit, tenter d’en faire des êtres réfléchis, seriner régulièrement que je ne tolère pas les moqueries gratuites dans ma classe, leur dire de jeter leur chewing-gum, de ne pas se balancer sur sa chaise, de coller sa feuille… C’est épuisant, mais aussi gratifiant quand on perçoit enfin les progrès, surtout chez celles/ceux qui se donnent du mal, et ils/elles le font d’autant plus volontiers quand ils/elles savent qu’on est derrière eux/elles pour les soutenir. Et il y a tout ce qu’on leur apporte, quand on prend le temps de les consoler, parce que la petite sœur/maman est gravement malade, que le papy vient de mourir, que l’un des parents se montre plus exigeant que l’enfant ne peut le supporter, et aussi pour des motifs plus légers dans nos yeux d’adulte mais tellement importants pour eux/elles : quand il y a eu une dispute avec les copines, que tel collègue a eu un mot dur ou que telle note est en-dessous de ce qu’ils/elles espéraient. Et il y a aussi toutes leurs joies : l’amoureux·se du moment (parfois le/la premier·ère!), les vacances pleines de souvenirs, les bonnes notes, les réussites sportives, les amitiés épanouies… Et puis toutes ces discussions informelles, sur des sujets sans rapport direct avec le cours, mais tellement essentielles dans leur éducation, souvent en rapport avec leur vie amoureuse d’ailleurs, car ils/elles ont toujours énormément besoin d’infos sur le fonctionnement de leur corps, leurs droits, la contraception… Et je fais partie de celles et ceux qui acceptent bien volontiers ce rôle d’éducateur·trice.

Alors je me pose la question du concours. Mon inspectrice m’invite chaudement à le (re)passer, et, même si je doute parfois de mes compétences (en réalité souvent, trop d’après mon mari), je sais que “je fais le job” comme on dit. Mon mari m’encourage à passer l’interne, auquel je peux prétendre, et qui est, dans ma situation, bien plus facile d’accès que l’externe. Mais j’hésite. Ca veut dire une année de stage, et vu les retours de l’ESPE que j’ai de collègues et ami·es, je ne suis pas chaude du tout. Ca veut dire aussi accepter des choses dans l’institution scolaire que je ne cautionne pas. Mais ça veut dire aussi m’installer durablement et continuer à apporter des choses aux élèves, en particulier les plus fragiles. Le diagnostic de l’autisme Asperger a une résonnance particulière au milieu de tout cela. Je me pose la question de ma capacité à m’intégrer à une équipe en dépit de mon handicap, car un collège où les équipes ne fonctionnent pas bien est un collège qui court à la catastrophe, je ne le vois que trop cette année. Je me pose aussi la question du supérieur : un COS recruterait-il quelqu’un avec une personnalité comme la mienne? Je sais, refuser en raison d’un handicap est de la discrimination. Mais je ne peux pas m’empêcher de me dire qu’il est sans aucun doute plus simple pour des neurotypiques de recruter quelqu’un qui leur ressemble, sans mes particularités, en dépit des forces qu’elles peuvent aussi représenter.

Bref, en cette fin d’année, j’oscille entre un petit nuage chargé d’amour et un sentiment profond de perplexité.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.