Doctorante autiste Asperger, les intérêts spécifiques et leur influence dans la thèse

Je n’ai pas encore terminé tous les tests, mais les premiers bilans sont concluants, je suis autiste Asperger. Et doctorante. Si poser le diagnostic de manière définitive ne règlera pas les problèmes que je rencontre et qui découlent de ce syndrome, cela m’aide incontestablement à mieux me connaître, mieux me comprendre et mieux comprendre pourquoi parfois ça coince dans certaines situations. Et quand on fouille le net, il n’y a finalement pas grand-chose qui sort sur le quotidien des doctorant·es Asperger. Alors, et loin de m’ériger en modèle mais parce que je suis persuadée que beaucoup d’Aspi se cachent dans le monde de la thèse sans même avoir conscience de leur trouble, je crois que ça pourrait aider certain·es d’entre eux/elles de décrire une partie de mes symptômes et de comment cela affecte – ou pas d’ailleurs – mon travail de thèse.

Comme tous·tes les Asperger, j’ai ce qu’on appelle des intérêts spécifiques. Des passions très précises, pour des sujets inhabituels, c’est tellement dévorant que ça m’amène à m’y consacrer pleinement, pendant des semaines, des mois, et en ce qui concerne la thèse, des années, souvent jusqu’à oublier le temps qui passe et zapper qu’il est l’heure de déjeuner. Et c’est souvent parce que mon mari vient me rappeler que l’horloge tourne que mon estomac se rappelle à moi. Car oui, parfois je bosse 8h à la suite sans me rendre compte que j’ai faim. Ca n’est pas grave en soi, il suffit d’avoir quelqu’un qui va s’assurer qu’on prenne un repas décent de temps à autres ou de mettre une alarme qui nous rappellera qu’il est midi. Là où ça peut devenir gênant, c’est quand le monde autour de moi s’efface car je suis entièrement absorbée par ce que je fais. C’est ainsi qu’il y a trois ans, j’étais aux Archives, à dépouiller tranquillement des parchemins, et j’ai complètement zappé qu’une MCF de mon labo, que j’apprécie énormément par ailleurs, s’est installée à proximité de moi, sans que je ne m’en rende compte. Ce n’est qu’en arrivant au bout du parchemin que j’ai finalement levé le nez et réalisé que j’avais de la compagnie. Je l’ai saluée et lui ai demandé si ça faisait longtemps qu’elle était là. Elle m’a alors dit, souriante et amusée de me voir complètement déconnectée de l’agitation qui régnait autour de moi, qu’elle était arrivée depuis une bonne heure. Fort heureusement pour moi, elle possède de grandes qualités humaines et l’affaire était plutôt comique, c’est passé tout seul. Mais c’est typiquement le genre de situation qui se produit fréquemment et me met mal à l’aise. Et je ne suis pas sûre que tous·tes mes interlocuteur·trices se montrent aussi compréhensif·ves.

Le revers positif, c’est que je peux abattre une charge de travail importante sans ressentir trop de fatigue ou de lassitude (en tout cas pas dans l’immédiat, le contre-coup débarque au bout de plusieurs jours de travail à un rythme effréné, voire semaines, quand mon corps dit stop, et à chaque fois, je ne vois rien venir). C’est très pratique lorsque je m’attaque à des dépouillements de séries, des comptabilités ou des listes de bourgeois par exemple. C’est ce qui me permet de me constituer des bases de données avec des corpus importants, comme j’ai pu le faire pour les bannis du XIVe siècle.

L’absorption par mes intérêts spécifiques concerne aussi la bibliographie. Le versant positif, c’est mon besoin d’être exhaustive, qui me permet de fouiller Persée, Hal, le Sudoc… sans me lasser pour traquer la moindre référence qui m’intéresse et lire jusqu’à plus soif. L’inconvénient, c’est que j’ai du mal à couper et à renoncer aux études à la marge, parfois locales et surtout trop anciennes dont je pourrais parfois me passer. Ca m’amène souvent à penser que mon travail ne vaut rien si je n’ai pas consulté cet article paru à la fin du XIXe siècle dans une revue aujourd’hui disparue et fait par un érudit local. Absurde, je sais, en particulier pour des cas comme ceux-là. Le regard de ma directrice est essentiel là-dessus, et le fait de lui communiquer régulièrement mes dernières lectures me permet de m’assurer que je n’oublie rien et que je lis assez.

Ces centres d’intérêts débordent dans les conversations que je peux avoir. M’interroger sur mes recherches, c’est prendre le risque de mettre la machine en marche et de m’écouter parler pendant un long moment, sans même me rendre compte que j’ai atteint le quota de décence d’exposé. Mais on aborde ici la question des relations sociales, qui est l’un des aspects les plus problématiques du trouble autistique, et que je développerai dans un autre billet.

D’ici là, si vous souhaitez en apprendre davantage sur le syndrome d’Asperger au féminin, je vous recommande la BD La différence invisible de Julie Dachez, que vous pouvez trouver aussi sur Twitter, ainsi que le livre L’asperger au féminin de Rudy Simone. Le premier est très ludique, le second un peu moins mais tout aussi abordable pour le grand public. Les deux abordent l’autisme Asperger dans ses aspects les plus concrets, au travers d’anecdotes montrant des situations typiques vécues par les autistes Asperger.


5 réflexions sur « Doctorante autiste Asperger, les intérêts spécifiques et leur influence dans la thèse »

  1. Bonjour,
    A lire votre témoignage, je réalise que j’ai le même comportement dans mon travail, parvenant difficilement à m’extraire de mes recherches et passant pour quelqu’un de désagréable, car souvent coupé des autres.

  2. Bonjour,

    Billet très intéressant mais ce qui m’ennuie est que Rudy Simone n’a jamais été diagnostiquée, contrairement à Julie Dachez.

    1. Bonjour,
      Je vous remercie de votre passage sur mon billet. Je le sais, mais on peut tout de même lui concéder que les descriptifs qu’elle propose sont fiables, en tout cas je me retrouve pleinement dans les traits caractéristiques qu’elle pointe. Par ailleurs, je trouve que c’est une meilleure entrée que l’ouvrage de Temple Grandin par exemple, car elle a choisi un format accessible en terme de nombre de pages. Je pense que si on veut que l’autisme soit mieux connu du grand public, il faut des outils abordables.

  3. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.