Du bon usage des outils numériques et de la courtoisie dans une thèse

Cher zotero_masqué,

J’ai pris note de ton commentaire suffisant et condescendant (je me permets de te tutoyer, quand on a autant de qualités relationnelles que toi, ça ouvre la voie à une telle proximité) sur mon billet dans lequel j’évoque le chantier du diable : la biblio sans fin du/de la chercheur·se.

 

J’entends bien ton désarroi quand à mes choix, visiblement discutables et discutés. Vois-tu, tu dis qu’on « gagne un temps incalculable » avec Zotero, et je n’en doute pas, j’ai suffisamment de contacts qui en font l’article régulièrement pour le savoir. Et tu me demandes combien de temps j’ai pris pour mettre en place mon système. En fait, je dirais une demi-heure, le temps de concevoir et créer les dossiers et fichiers ad hoc (oui, je lis le latin et je sais l’utiliser, je suis médiéviste tout de même !). Et l’armature n’a pas bougé en cinq ans. Et tu sais pourquoi ? Parce que cette façon de faire ME correspond, à moi, ma pensée, mes pratiques et à mon syndrome d’Asperger qui m’amène à penser différemment et à fonctionner différemment de la majorité des gens (je ferais peut-être un billet là-dessus un jour). Ce qui importe, ça n’est pas tant d’utiliser le logiciel dernier cri, mais ce qu’on en fait. Et il s’avère qu’en dépit de ma méthode affreusement archaïque, je n’ai aucune peine à sortir les références dont j’ai besoin au moment où j’en ai besoin, ni à sortir une biblio exhaustive sur un thème précis. Et l’important est là. Le logiciel pour le logiciel, c’est un truc d’informaticien, en tout cas je crois, mais en histoire, on s’en moque, ça n’est qu’un outil. Je préfère m’appesantir sur le contenu de mes recherches. Ca me rappelle d’ailleurs le mail que j’avais reçu d’une jeune docteure que j’avais contactée en début de thèse pour être conseillée dans mon choix de logiciel de cartographie, et elle avait été claire : l’outil on s’en fiche, ce qui importe c’est la méthode que l’on va mettre en œuvre pour arriver au bout de notre démonstration. Le reste n’est que vanité. Ou masturbation intellectuelle comme disait un de mes professeurs de licence.

 

Je dois reconnaître que ton commentaire m’a d’abord interloquée. Tant de violence dans le propos, de la part d’un inconnu, c’est tout de même inouï. Et ensuite j’ai souri. Ton besoin d’utiliser un pseudo et une adresse mail (certainement créée spécifiquement pour ce commentaire) révèle deux choses : soit on se connaît, virtuellement ou IRL, et tu n’assumes pas de me balancer ton ressenti aussi violemment, soit on ne se connaît pas, et tu n’assumes de toute façon pas ta prose au vitriol. Cet anonymat relatif (j’espère que Bbox fonctionne bien du côté de Meudon, tu vois, je suis capable de faire une recherche sur Google !) montre de toute façon que tu ne sembles pas très fier de ton attaque au vitriol.

 

Dans tous les cas tu n’as visiblement rien compris à mon billet. Mon but n’est absolument pas d’encourager les gens à se détourner de Zotero, mais davantage à montrer qu’on peut aussi parfois se démarquer du peloton et faire autrement. Parce que vois-tu nous ne sommes pas tous·tes à l’aise face à un exercice ou un logiciel, et plutôt que de rester à paniquer face à la difficulté, il m’a semblé important de montrer qu’on peut aussi faire autrement. Et la recherche c’est aussi et surtout ça : montrer de nouveaux chemins, créer, ouvrir des voies différentes, tenter des choses, aller là où les gens ne se sont pas aventurés.

 

Ta réaction, outre ton mépris pour mon travail, m’interroge sur ton regard sur l’ensemble des recherches passées : sont-elles caduques au prétexte qu’elles n’ont pas été faites avec Zotero ? J’en doute fort. En revanche, cela révèle chez toi une très haute estime de toi, en tout cas en apparence, car je suis sûre qu’en grattant on pourrait trouver… du vide, et un gros besoin de reconnaissance. Personnellement j’ai fait le choix d’assumer mes lacunes et mes incompréhensions, en ne m’acharnant pas sur un logiciel dont finalement je me passe assez bien. Bref, le mot que je cherche à t’enseigner aujourd’hui, c’est l’humilité, tu sembles en avoir grand besoin. Comme tu l’écris, l’erreur est humaine, certes, mais combien de découvertes découlent d’erreurs ? L’usage du latin (que je maîtrise, rassure-toi !) ne remplace pas une réflexion, et je t’invite à une introspection, ça ne fait jamais de mal.

 

Après, je peux comprendre le besoin d’amener les gens vers des outils qui leur permettraient d’être plus performants. J’ai aussi été confrontée à ce sentiment, par exemple en lisant qu’un chercheur avait dépouillé des listes d’échevins du Moyen Age d’une ville du centre de la France à la main, alors qu’une bête feuille Excel fait des miracles (oui, j’aime Excel, et je n’en ai pas honte, surtout depuis que je maîtrise les tableaux croisés dynamiques). Mais tu vois, il ne me viendrait pas à l’esprit de lui écrire qu’il a été nul de se fader des heures sur ses fiches cartonnées. Et surtout, il ne me viendrait pas à l’esprit de remettre en question la validité de ses résultats. En revanche, on peut suggérer, comme l’a fait très aimablement un autre commentateur de mon billet.

 

D’ailleurs, tu évoques les méchantes SHS has been, enfermées dans leurs archaïsmes. Voyons, j’ai un carnet Hypothèses, je dépose dans Hal, je fais de la vulgarisation sur Twitter, Facebook et dans des conférences grand public, je contribue à Wikipédia (sous le compte Spirezhuart, si ça t’intéresse), j’utilise le numérique quand j’en ai BESOIN et je me forme quand ça M’est NECESSAIRE. Et tu sais quoi ? Je me trouve vachement à la page. Même mes 5e kiffent le Moyen Age depuis que je leur enseigne et que je leur ai montré comment je travaille, ils en redemandent même. Et un ado c’est un public exigeant, tu peux me croire. Alors oui je n’utilise pas Zotero, mais je le vis bien. Et je fais du mal aux SHS, en tout cas selon toi. Ton attitude fait du mal à la recherche tout court.

 

Pour conclure ce billet, cher zotero_masqué, si tu m’avais lue attentivement, avec rigueur, jusqu’au bout, (bref, l’une des qualités majeures d’un·e bon·ne chercheur·se en passant !), tu aurais vu que je m’inscrirais sans doute à une autre formation après la soutenance (mon SCD le fait désormais !). Car là, la priorité pour moi, c’est d’achever la rédaction, parce que bon, le but de mon doctorat c’est de rendre une thèse, pas de dire « je suis une caïd de Zotero ».

 

Allez, sans rancune !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.