Enseigner l’histoire régionale médiévale comme outil de lecture du monde d’aujourd’hui

Il y a un an, j’étais à Paris pour écouter un séminaire de médiévistes sur les cultures de l’Autre. Après chaque séance, les Questeurs ont l’habitude de partager un repas dans un des restos proches de la maison de la Recherche, rue Serpente. Ce soir là, c’était la pizzeria à l’angle des boulevards Saint-Michel et Saint-Germain, conversations habituelles, l’après-thèse, les cours, les publications… On avait bien vu passer par la fenêtre plusieurs fourgonnettes de pompiers et de police, mais sans trop y prêter attention, le coin est passant. C’est en sortant, vers 22h30, quand chacun a regardé son téléphone qu’on a su. Je suis rarement rentrée aussi vite à l’hôtel. Comme beaucoup de gens, j’ai peu dormi cette nuit-là, scotchée à mon écran, suivant les infos, pleurant en prenant conscience de l’ampleur du carnage, des questions plein la tête et en même temps incapable de les formuler. Je me souviens surtout d’un sentiment d’impuissance.

Cette soirée s’est ajoutée à d’autres qui m’ont confortée dans l’idée de proposer un cours sur le territoire et le rapport à l’autre, à l’époque médiévale, évidemment. Cette idée d’enseignement, je l’avais déjà depuis un bout de temps. Déjà parce que c’est un élément moteur de mes recherches, et il est toujours très agréable de pouvoir parler de ce qu’on maîtrise le mieux et surtout de ce qu’on aime le plus. Et aussi parce que c’est le moyen que j’ai trouvé pour apporter une toute petite pierre à l’édifice et de lutter contre cette impuissance.

Et forcément l’actualité incite beaucoup dans nos choix.  Et en disant ça, je souscris au propos d’un des maîtres de ma discipline, Marc Bloch, quand il dit « L’incompréhension du présent naît fatalement de l’ignorance du passé. Mais il n’est peut-être pas moins vain de s’épuiser à comprendre le passé, si l’on ne sait rien du présent ». Et le présent, il n’est pas joyeux. Car ce cours, j’y pensais depuis 2014, c’est-à-dire avant le Bataclan, avant Charlie, avant le Thalys, avant qu’une blonde peroxydée n’arrive en tête au premier tour d’une élection régionale. C’est un élément que l’on évoque pas assez. Le FN est un groupe majoritaire dans le Nord. Honteusement majoritaire, malgré l’image du Nord accueillant. Car ces gens utilisent trop souvent l’Histoire, l’instrumentalisent, la faussent, défaisant sans vergogne le travail de plusieurs générations de chercheurs minutieux. Et il me semble indispensable que chaque enseignant fournisse des clés de compréhension du monde et des usages qui en sont fait.

Et puisque les idées extrémistes sont bien implantées dans la région, le cadre de cette dernière me paraissait tout indiqué. L’objectif était de passer par le biais de l’histoire régionale pour démonter ces discours incitant au rejet d’autrui, en montrant combien notre région est bâtie sur des mélanges, sur des rencontres, sur des compromis, et sur des conflits aussi, et que l’unité, politique, religieuse, économique, sociale qu’on nous vend régulièrement… c’est du vent.

Le défi était donc de taille : faire passer une trame chronologique dont ils ignorent tout la plupart du temps (je me souviens d’ailleurs d’une collègue historienne au CV bien comme il faut m’avouer franchement n’avoir jamais rien compris à l’historique des principautés nordistes) tout en mettant l’accent sur des concepts sensibles et très répandus (territoire, identité, nation pour n’en citer que trois). Tout en me disant que bon nombre d’entre eux voulaient devenir enseignants à leur tour, qu’une meilleure compréhension de ces mots pourrait éventuellement les aider lors des concours et devant les classes, et que peut-être le relais serait passé.

Ce cours, dispensé en Licence 3 au premier semestre 2016, a été riche en enseignements. D’une part, parce que j’espère avoir réussi à faire passer des choses. D’autre part, parce que j’ai beaucoup appris. Sur mes recherches, qui ont été éprouvées en partie devant les étudiants, et dont les questions m’ont aiguillée et confortée sur certains points. Sur notre monde, via les lectures que j’ai faites et les échanges avec mes étudiants. Et aussi sur ma façon d’enseigner, que j’ai tenté de renouveler tant sur le fond que sur la forme. Ca a été parfois difficile : la chronologie est compliquée, et comme chaque année il faut composer avec l’hétérogénéité des connaissances et compétences des étudiants pour les amener tous au bout du chemin.  Malgré cela, ce cours, j’espère pouvoir le donner à nouveau, soit « chez moi », soit dans une autre université qui voudra bien me faire une place. #petiteannonce

Car certes, dispenser un cours n’apporte rien aux victimes, leurs proches ou leurs soignants, mais il peut contribuer à changer l’avenir, et s’inscrire dans les pas d’Henri Pirenne qui répondait à Marc Bloch qu’un historien aime la vie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.