Une journée dans mes escarpins de maman-thésarde-prof du secondaire

En début de thèse, j’ai fouillé le net à la recherche de témoignages de mamans en thèse, d’une part pour me rassurer sur le quotidien, et d’autre part pour glaner quelques trucs et astuces pour me simplifier la vie. Et j’ai été déçue, il n’y a pas grand-chose. En tout cas à l’époque. Et pourtant, en allant en colloque ou en université d’été (si si, on peut le faire! Même avec un enfant en bas âge!), je me suis rendue compte que des femmes qui mènent de front une vie de famille et une thèse ça existe, même qu’on peut aussi conjuguer ça avec une charge d’enseignement! C’est juste qu’en général la question du quotidien est un thème qu’on estime pas assez important pour le mettre par écrit, ou pas le temps pour le faire, et pourtant… Je vous propose donc dans ce billet de m’accompagner pour une journée et de voir comment ça se passe.

Nous sommes jeudi 15 mars 2018, le réveil sonne à 6h30. Au programme pour l’heure qui vient : petit-déj, passage à la salle de bain, réveil de l’enfant, petit-déj de l’enfant, habillage de l’enfant (à presque 6 ans et demi il gère seul, mais la ponctualité et l’efficacité le matin sont de vagues idées, il faut donc être derrière lui pour que ça avance), chargement de la voiture avec sacs, chaussures de rechange (je ne conduis jamais avec des talons #détailfutile) et musique.

A 7h35, on est partis. Vingt grosses minutes de route. Sur le trajet, l’enfant en profite pour me raconter sa vie et finir un biscuit. Je lui rappelle qu’aujourd’hui il va à son premier cours de piscine avec l’école, et qu’il doit faire bien attention à ne pas oublier son sac en plus de son cartable et qu’il doit veiller à bien s’habiller complètement en fin de séance (ne riez pas, un enfant avec un TDA a besoin qu’on lui rappelle des choses élémentaires comme mettre DEUX chaussettes et un slip). Je repasse mentalement le contenu de mon sac de cours pour m’assurer que je n’ai rien oublié. 7h55 je jette l’enfant à la garderie, un bisou et à tout à l’heure! Puis 45 minutes de trajet pour me rendre au collège. J’en profite pour visualiser ma journée : le jeudi je donne trois heures de cours, aujourd’hui je prends une classe en plus pour combler une absence d’une collègue. En arrivant à Avesnes, je me dis que le paysage fait très ville hors du temps et que je serai bien curieuse de comparer un plan de la ville au Moyen Age avec celui d’aujourd’hui. Ca me fait penser que j’aimerais bien finir ma sous-partie de chapitre sur la bourgeoisie au XIVe siècle ce week-end. Et qu’il faudrait réserver la pension pour les chats cet été (je ne pars pas en vacances avec mes félins, un mari et un enfant c’est bien assez. Et elles y sont super bien, il n’y a qu’à voir leur tour de taille qui enfle en deux semaines…). Je peste contre un tracteur et une voiture sans permis sur la route de Sains-du-Nord, et j’arrive finalement au collège à 8h45.

J’ai un quart d’heure devant moi pour passer en salle des profs vérifier mon casier et préparer ma salle. J’ai la chance d’avoir ma salle, petite, en cours de rénovation, partagée le lundi, mais le reste du temps, quand j’arrive, je pose mes affaires pour la journée sans avoir à remballer le tout, et c’est un confort que j’apprécie. Je lance le vidéo-proj #outilindispensable, mon pc, j’ouvre Pronote, l’ENT, ma boîte mail et le diapo dont j’ai besoin pour mes 5e. J’ouvre aussi Twitter pour la consultation quotidienne de mes comptes favoris, dont celui de @RMBLF. Je prépare les copies à rendre aujourd’hui, je vérifie la liste des devoirs à rendre du jour. Ca sonne, je profite de l’interclasses pour aller voir la collègue d’à côté pour régler une histoire de salle. Puis j’accueille ma classe de 5e du jour. Une de mes petites est en panique, des soucis à la maison, ses devoirs ne sont pas faits. Je la console, c’est pas grave, de toute façon c’est un devoir avec rendu facultatif (un truc que j’ai mis en place il y a quelques temps : ils/elles préparent les activités à la maison et me rendent leur travail s’ils/elles l’estiment assez bon, je le compte en bonus dans la moyenne. Certain·es ont fait de nets progrès par ce biais, leurs moyennes remontent, ils/elles se sentent plus en confiance et travaillent davantage et mieux sans s’en rendre compte). Je sermonne une élève sur l’obligation d’assiduité, elle part au ski en famille la semaine prochaine. Je profite de la récré de 10h pour vérifier ce que je dois faire durant l’heure suivante avec mes 4e, aujourd’hui j’accueille un nouvel élève. Une terreur paraît-il, mais bon, ça ne serait pas le premier, c’est une bonne classe, et puis on m’avait pointé des gosses comme étant des terreurs en début d’année et finalement chez moi ça roule. Et de toute façon, je considère toujours qu’ils/elles commencent chez moi avec une ardoise vierge. Je repasse en salle des profs et il est déjà l’heure d’aller les chercher. L’heure se passe finalement bien, un conflit entre élèves à étouffer, toujours les mêmes, il faudra que je pense à en toucher deux mots à la PP pour la prochaine heure de vie de classe. Je remplis le cahier de textes sur Pronote. Pas de classe en charge de 11 à 12, j’en profite pour avancer un paquet de copies, et je mets à jour mon #bulletjournal. Je passe voir ma CPE pour caler de nouvelles heures de remplacements courts puis cantine à 12h sonnantes, avant l’arrivée des élèves.

12h45, je retourne dans ma salle. J’échange des MP avec mon mari, je checke mon Twitter, et je continue les copies. Je consulte les prochaines sorties en médiévale sur Amazon, rien de neuf annoncé aujourd’hui. Rien de neuf sur le CAIRN. J’ajoute sur mon journal qu’il faudrait que je programme de nouvelles publications sur la page Facebook que j’anime sur Valenciennes au Moyen Age. Je fais le tri dans l’unique et minuscule armoire de ma salle, j’y stocke mes photocop et mes copies, je pose sur mon bureau les stocks restants des derniers chapitres dont je n’ai plus besoin, le tout sera soigneusement rangé dans des pochettes à la maison. Reprise des classes à 13h30 jusqu’à 15h20. La dernière heure est difficile, c’est une classe sympa, mais agitée, certain·es élèves n’ont toujours pas acquis le réflexe de lever la main et d’attendre que je leur donne la parole, et ils/elles ont une certaine tendance à crier quand ils s’expriment. Et une forte propension à s’insulter entre eux. La classe précédente était plus calme, à l’exception de quelques loustics qu’il faut régulièrement recadrer. Je me dis qu’il faudra que je songe à replacer l’armoire que les ouvriers ont déplacée pendant les vacances (j’ai désormais une salle isolée du froid et un mur repeint et exempt de moisissures).

15h20, fin des cours pour aujourd’hui. Papotages de fin d’heure puis je remballe mes affaires et je sprinte jusqu’à ma voiture. De nouveau 45 minutes de trajet pour récupérer l’enfant à l’école. Habituellement je le reprends à 15h30 quand je ne fais pas d’heure sup, là il aura donc fait une heure de garderie, je m’attends à ce qu’il soit fatigué. Sur la route je repasse mes quatre heures de cours. Je suis globalement satisfaite d’eux/elles, les classes ont bien participé et sans rechigner. En plus il fait beau. Au fait il faudrait que je fasse un mail à ma directrice, elle va finir par s’inquiéter. Et un à la psy pour la facture du test psychométrique que l’enfant a passé pendant les vacances. Je songe à l’été prochain : vacances certes, mais aussi déménagement, plus ou moins loin en fonction de la mutation de mon mari. Toute une logistique à prévoir. Je reprends l’enfant, reste encore 20 minutes de voiture. Tout en goûtant il me raconte sa journée, gros conflit avec une petite fille de sa classe pour la seconde fois de la semaine, il veut que je vienne à l’école pour la disputer… Cet enfant a un humour d’enfer. On passe l’inscrire pour la chasse à l’œuf et enfin on rentre. On se pose dans le fauteuil pour un gros câlin, je checke mes mails pendant qu’il fait ses devoirs à côté de moi. Il a pas mal progressé en lecture, mais je n’aime toujours pas cette méthode globale. Quand il a terminé, je m’installe sur mon lit avec pc et copies. J’échange quelques tweets sur la taille de la biblio de thèse, d’ailleurs ça serait bien que je lise les articles que j’ai sortis lundi.

17h30, j’attaque mes copies, en priorité celles dont les élèves auront besoin demain pour avancer le cours. Je réalise que mes 5e se sont passé les devoirs pendant les vacances, sauf que mes classes sont en décalé, des élèves ont fait ce que je n’ai pas encore donné (sans les documents ad hoc) et pas fait ce que j’avais donné, ça va être comique demain tiens… Et soudain horreur, je réalise que j’ai oublié le DM de ma 5e la plus avancée dans l’armoire au collège (Note : c’est le lendemain que je tilterai que non en fait il me restait encore une séance avec eux à faire avant de corriger ce DM. Toi aussi, mets toi la pression gratuitement #sponsoriséeparxanax). Trop tard pour ouvrir mon chapitre de thèse en cours. Je fais le point sur le contenu de mes cours de demain. Mon mari rentre, il est passé chercher le drive qu’il a fait plus tôt dans la journée, il a même pensé à me prendre du chocolat blanc #gourmandise. J’ai de la chance, cette année je n’ai que peu à fréquenter les magasins pour les courses et il gère également la question des repas. (pas la peine de s’emballer, il a AUSSI des défauts. Si si. Même si en lisant ces lignes, il va sourire et protester #nonmého)

On discute et je fais du rangement pendant qu’il prépare le repas. On prévoit d’aller à Valenciennes samedi, les chaussures que j’ai repérées sont en promo (et j’aime les chaussures. Les robes et les sacs à main aussi #clichémaisjelevisbien). Puis ledit repas, préparation de mes affaires pour le lendemain. L’enfant traîne, fâcherie, je sors ma grosse voix de prof pas contente et il se décide à monter se coucher. Et moi aussi. Il est 21h, le réveil sonne à 5h15 demain pour une nouvelle journée de folie avec 7 heures de cours.

Voilà les gens, une journée dans mon quotidien, à quelques détails près. Evidemment ce timing varie d’une journée à l’autre, et le jeudi est la plupart du temps le seul jour ouvré de la semaine où je suis en charge de l’enfant cette année. Mais ce récit est représentatif de la charge physique et émotionnelle que représente le cumul des trois casquettes qui sont les miennes. Faisable, mais il faut vraiment en avoir envie et savoir pourquoi on le fait. Et faire en sorte que ça soit le plus court possible. Et après presque cinq ans, j’ai hâte que ça se termine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.