Réflexion sur le temps de travail de doctorant·e en poste dans le secondaire

J’ai écrit un billet il y a quelques temps sur comment résoudre l’équation “avancer sa thèse tout en étant dans le secondaire”, en précisant à l’époque que je reviendrais sans doute sur le sujet. Ce thème m’est revenu en tête hier, et mon point de vue sur le sujet a quelque peu évolué. Je reste convaincue qu’on peut enseigner tout en avançant sa thèse, et ce d’autant plus que j’ai des exemples de personnes qui y arrivent. Aujourd’hui, c’est toutefois un avis pessimiste que je rends, sans doute lié à la fatigue accumulée sur la dernière période, et à l’absence de soleil aussi.

Edit : après relecture de ce billet, je réalise qu’il peut peut-être paraître à tendance Caliméro, mais je tiens à vous assurer que ça n’est pas son objectif.

Depuis le fameux billet d’il y a un peu plus de trois mois, qu’ai-je fait pour la thèse? J’ai donné une conférence grand public en novembre (avec beaucoup de retours positifs, j’ai aimé, et je recommencerai bien volontiers, on m’a même demandé quand je comptais sortir un ouvrage sur Valenciennes au Moyen Age! #paspeufiere), rendu un article début février (en retard, une première!) et envoyé un chapitre à ma directrice (sur les vacances de Noël). Ca me paraît franchement maigre. L’ennui, c’est que le secondaire s’est un peu surimposé : une visite d’inspection inopinée en novembre (avec un très bon retour de l’inspectrice #çamotive), le brevet blanc à corriger, les 200 copies en retard laissées dans ma salle avant les vacances de Noël, la grippe et la gastro qui se sont lâchement attaquées à moi en janvier, les préparations de cours à avancer. Et comme il faut bien faire cours quand on est devant les Schtroumpfs, la thèse est vite passée au second plan. 

Mon mari m’a pointé hier soir #insomniebonjour une donnée que je n’avais pas encore prise en compte : le temps quantifié passé au collège. Je ne donne pas cours le mardi, mais les autres jours, j’ouvre et je ferme quasiment tout le temps le collège. Ca me laisse de nombreux trous le lundi par exemple, durant lesquels j’ai pris l’habitude de m’avancer dans les photocopies, ce qui m’épargne le stress du matin à devoir courir à la photocopieuse avant qu’elle ne soit prise d’assaut par les collègues et ce évidemment avant la sonnerie de 8h. C’est aussi souvent ce jour-là que je règle les questions de vie scolaire, et quand on est en REP, il y a souvent bien de la paperasse à remplir et à donner. Sur l’une de mes heures de trou, j’accueille aussi souvent des élèves qui préfèrent venir faire leurs devoirs dans ma classe plutôt qu’en permanence, entre le froid et le bruit, ils ont choisi le froid et le calme de ma salle. Bref, vous ne me trouverez que rarement dans l’un des fauteuils de la salle des profs. Au cumulé, je passe 30h30 au collège. Rien que ce nombre laisse songeur sur les discours de ces gens qui voudraient imposer les 35h en établissement pour les enseignant·es du secondaire, et je suis certaine de ne pas être un cas isolé…

L’autre point souligné par mon mari #finobservateur et que j’avais sous-estimé, c’est le temps que je passe dans les transports. Trois heures par jour si je prends le train (la majorité des cas), un peu moins de deux heures si je prends la voiture (plus rarement). Le train a de gros avantages : moins de fatigue, puisque ça ne nécessite pas mon attention pour faire le trajet, moins cher, surtout quand le Rectorat se sera décidé à enclencher les remboursements ad hoc, et ça me permet de travailler. Sur le papier, ça semble top. Dans la pratique, en fait je n’ai pas trois heures de dispo pour de la correction de copies (activité de prédilection dans les transports cette année), puisque je ne passe pas les trois heures dans le train : un quart d’heure entre mon domicile et la gare à pied, un quart d’heure entre la gare et le collège, toujours à pied. Le trajet en train est coupé en deux pour cause de correspondance, et ladite correspondance n’est pas toujours là quand je descends du premier train. Bref, ça laisse environ 45 minutes le matin, tout en sachant que la seconde partie du trajet se fait sur le qui-vive pour ne pas rater l’arrêt qui me concerne, car évidemment il faut scruter les panneaux extérieurs pour repérer où on est en l’absence de signalisation lumineuse en dépit de l’obscurité #vismavisdevoyageurSNCF. Le soir… j’ai du mal à travailler. Forcément, en étant levée depuis 5h du matin et devant les élèves depuis 8h sonnantes, forcément, à 18 heures je ne suis plus franchement au top de ma forme, et j’évite de corriger quand je suis trop fatiguée, car je suis moins conciliante, et ça ne serait pas juste pour mes élèves. Ce temps de trajet quotidien est donc un peu rentabilisé, mais pas tant que ça, et j’ignore comment faire autrement pour l’instant. Toujours est-il que j’y passe trois heures par jour, multiplié par quatre, donc 12 heures. Si on les ajoute au temps passé en établissement, on est donc à plus de 40 heures #payetonRTT.

Il me faut ensuite caser quelque part la préparation des cours, avec trois niveaux en charge et zéro réserve. Le plus souvent, mes mardis y passent, et mes week-ends aussi. J’ai finalement pris le rythme, puisque cette fois-ci, je suis en vacances avec juste un paquet de copies non corrigé puisque récupéré une heure avant la sortie, et quasiment trois semaines de cours prêts pour chaque niveau. La rentrée devrait être donc plus souple, ce qui est une très bonne nouvelle. Mais de fait, les plus de 40h plus les préparations de cours m’ont conduite à délaisser la thèse, impossible de faire autrement (Note : j’ai volontairement exclu de ce billet les questions relatives à la scolarisation de mon fils et à ma santé, sans quoi je risque d’être bien trop longue pour ce billet déjà conséquent). Je vais donc être contrainte de demander une 6e année, car je ne peux pas sérieusement rédiger “le reste” d’ici cet été, sachant que l’année n’est pas finie.

Je m’interroge beaucoup pour l’année prochaine : que faire? Demander un poste d’ATER? Non, ça demande trop de paperasses et trop de postes ne sont publiés que pour coller avec la loi, on sait tous comment se passent les attributions. Et j’ai regardé ce matin la courte liste sur Galaxie et la recension sur l’AJCH, c’est à pleurer. Sans compter que les cours à donner ne colleront peut-être pas avec ce que j’ai en stock, ça implique donc des cours à écrire… et donc du temps à y consacrer. Poursuivre dans le secondaire? J’hésite franchement. En un sens mes cours seront prêts pour des 5e, 4e et 3e, il ne me resterait donc que quelques chapitres à reprendre à la marge et les copies à corriger. Mais il y a plusieurs inconnues à cette option : quid de la fatigue du vécu des cours? Va-t-on me placer sur un poste à l’année (la zone dans laquelle j’officie n’en manque pas, mais mon mari n’ayant pas encore son affectation pour septembre, on ne sait pas encore dans quel bassin de l’académie on va atterrir)? A quelle distance de chez moi? Sur combien d’établissements? J’ai déjà vécu une année sur deux postes, je ne referais plus jamais ça. Le salaire proposé par le rectorat vaut-il toute cette fatigue et ces efforts? Sans compter le mépris qu’on peut parfois nous jeter à la figure, parce que non-titulaire et parce que l’expérience acquise dans le supérieur ne compte pas.

J’hésite aussi car je m’interroge sur l’après-thèse. Je ne serai jamais recrutée dans le supérieur, c’est évident, et après tout ce que j’ai pu apprendre à ce sujet ces dernières années, je ne suis même plus sûre d’en vouloir. J’aime la recherche et les parchemins, mais je n’aime pas la recherche telle qu’elle est décrite par certain·es titulaires, parfois déconnecté·es de la réalité de ce monde. J’aime ce que je fais cette année avec mes élèves, mais je ne suis pas sûre de pouvoir encore encaisser le rythme, les choix politiques que je ne cautionne pas, la violence pendant encore beaucoup d’années. Bref, je commence à réfléchir au monde qui existe en dehors de l’enseignement. Le monde de l’édition m’a toujours intriguée, et depuis quelques temps je scrute l’univers mystérieux de l’entreprise de manière plus large. Au moins pour l’année prochaine, je me dis – peut-être naïvement – qu’un emploi à 35 heures sans tâches à rapporter à la maison serait peut-être le meilleur choix pour – enfin – finir ma thèse. #àsuivre


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Dia dit :

    On sent un tout petit bout de découragement à travers ces lignes. Mais bon! Un peu d’optimisme pointe quand même le bout du nez; et c’est justement sur cet optimisme que je vais axer mes propos car je suis exactement dans le même cas: professeur dans un lycée, doctorante et mère de 3 adorables garçons. Et pourtant j’y crois. Et c’est justement parce que je crois pouvoir y parvenir que je me suis engagée, après moult hésitations et doutes il faut le dire. Je suis même tellement optimiste que je prévois de tout boucler en 3 ans🤔. Courage et fonçons! C’est juste une question d’organisation.

    • Stéphanie Pirez-Huart dit :

      Effectivement, un peu de découragement. Quelque part ça doit être normal, je suis engagée dans cette thèse depuis 2013, ça commence à faire un bout. Oui, l’organisation c’est primordial, le tout est de ne pas lâcher le gouvernail du navire 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.