Retrouver le goût de la lecture

L’une des nombreuses activités du/de la doctorant·e c’est la lecture. Plus précisément, recenser les ouvrages et articles utiles à la recherche et lire tous ces titres. Au début, ça ressemble à ça :

Puis, dans la vraie vie, ça s’apparente vite à la photo célèbre du bureau du non moins célèbre Jacques Le Goff.

Bref, une avalanche de titres, chacun d’entre eux amenant son nouveau lot de références #sisyphe. Au début on lit avec enthousiasme, faisant défiler les pages sans les compter. Et on remplit son fichier de références lues/sa base Zotero/tout autre format, comme on voudra. Personnellement je travaille avec un fichier Word et un fichier Excel (je sais, je ne travaille pas avec Zotero, c’est mal toussa toussa, mais en dépit d’une formation foireuse et de tâtonnements en autonomie à la maison, il ne me plaît pas). Pour chaque référence lue, je remplis une fiche de lecture avec différentes infos (référence complète, idées principales, citations, références à consulter…). Puis j’ajoute ladite référence à mon fichier word qui récapitule tout ce que j’ai lu, et je complète le fichier excel dans lequel je mets ladite référence avec quelques mots-clés. Ce système, couplé à l’indexation de mes fichiers (merci les évolutions technologiques!) suffit à faire mon bonheur en matière de gestion de ma biblio.

De temps en temps je fais le point. En fin de première année, le compteur affichait 188 références lues et assimilées, 268 en fin de 2e année, 433 en fin de 3e année et un bon 600 aujourd’hui. Des “scores” rassurants puisqu’une biblio est indispensable pour faire des comparaisons, conceptualiser et contextualiser son objet de recherches. J’avais abordé la question de la biblio restante à descendre avec ma DR (une liste affreusement effrayante, l’histoire urbaine médiévale ayant eu son heure de gloire… et un rythme de publications effrénées dans les années 1980 ), qui m’avait chaudement conseillée d’élaguer et de ne lire pour la suite qu’en fonction de mes besoins, tout en intégrant tout de même les nouveautés, point fondamental sous peine de critiques de mon jury lors de la soutenance.

 

Bref, le tas de connaissances en matière d’historiographie a bien grossi. Sauf qu’à un moment, overdose de littérature scientifique. Et il est vrai que depuis l’été dernier je peine à ouvrir un livre d’histoire (un vrai hein! Pas un de ces torchons signés LD ou SB…). Et il y a quinze jours, la lumière s’est faite dans ma tête : depuis mon entrée en master, et je dirais même à la fac, je n’ai quasiment lu que des livres d’histoire et des ouvrages relatifs à l’éducation lors de la naissance de mon fils, bref que des choses “sérieuses”, sans la créativité et le vagabondage d’esprit qu’offrent les fictions. Seule exception au tableau, les derniers Harry Potter, dont je suis une fan inconditionnelle, et la trilogie des 50 nuances #ouietalors.

En quinze ans (oui, le bac, ça commence à dater), c’est peu finalement. Surtout que les fictions c’était quand même un de mes loisirs favoris à l’adolescence, depuis toute petite en fait. J’avais donc tout simplement besoin d’air. Ajoutez à cela que j’avais lu il y a quelques temps un article qui pointait le manque d’intérêt des profs du secondaire pour la littérature qui intéresse leurs élèves. Me voici donc  il y a deux semaines, dans les rayons de la Fnac, direction la littérature jeunesse/ados/jeunes adultes. Pas question de prendre des mangas, c’est un format qui ne m’attire pas. Il me fallait du roman. Et en une semaine j’ai descendu un bon millier de pages, ce qui m’a conduite à un réapprovisionnement il y a quelques jours, avec beaucoup de bonheur.

Alors que choisir ? J’ai lu 13 reasons why, l’histoire d’une ado qui, avant de se suicider, a expédié des k7 audio #jevousparleduntemps à ceux qu’elle estime responsables de son geste. Triste, mais bien écrit, et captivant. J’ai lu ensuite les trois premiers tomes de La Sélection, un genre de Bachelor qui se déroule après la 4e Guerre Mondiale #optimismebonjour et qui a débouché sur une monarchie fondée sur un système de castes. Patriarcal en apparence mais une bonne dose de féminisme dans le comportement de l’héroïne. Et puis j’aime les histoires de paillettes et de princesses #ouietalors. Je les ai littéralement dévorés, et dès que les microbes m’auront lâchée, je file acheter les deux tomes restant. Prochainement également, je m’attaque à un classique de la littérature nunucherie à souhaits, Jane Austen, et un autre roman jeunesse, The Memory Book, une ado atteinte d’une maladie neurodégénérative qui s’écrit à elle-même pour ne pas oublier… Bref on est très éloigné du Moyen Age et de l’urbain, mais c’est un vrai soulagement, et c’est avec enthousiasme que j’ai vu arriver le petit dernier de ma collection d’ouvrages d’histoire urbaine : La ville est à nous ! Aménagement urbain et mobilisations sociales depuis le Moyen Age. Non parce que quand même, il faut bien qu’elle s’écrive cette thèse.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.