Réflexions autour du remplacement

Avec ce qui m’est arrivé je n’ai pas repris le travail il y a dix jours. Pas assez d’énergie – mine de rien, ça vous vide autant qu’un accouchement traditionnel à ce stade -, pas le moral. Alors la ZR rattachée à mon lycée a été nommée pour me remplacer.

C’est la première fois que je me retrouve dans ce contexte. En tant que bouche-trou contractuelle, j’ai souvent été amenée à remplacer des collègues titulaires. Je sais donc ce que ça fait que d’arriver dans un établissement où il faut tout découvrir très vite : où se trouve la salle, l’emploi du temps, quel est le manuel en usage, l’organisation de la vie sco. Et la fatidique question : où en sont les élèves ?

Internet aidant, il est devenu coutumier de faire un mail à la personne remplacée pour glaner des infos. Parfois sans succès. Il faut alors bricoler, improviser. Faire de la garderie quoi. Et enfiler les baskets d’un·e autre parce qu’un fonctionnement de classe est déjà en place.

Cette fois c’est moi qui ai reçu ce mail. La législation dit qu’en arrêt de travail on ne doit pas travailler. Je connais peu de profs qui ne travaillent pas pendant leurs arrêts en fait. Soit parce qu’on fait un peu de copies, on lit, on essaye de rattraper le retard dans les prep. Je suis devenue raisonnable et je m’y tiens. Mais se pose la question de ce mail, car rien que lire nos mails c’est du travail. Faire un bilan de où on en est, surtout après deux semaines de vacances et donc une première semaine d’arrêt, je ne sais pas vous mais ça n’est pas franchement clair dans ma tête. Il faut donc rouvrir le journal de bord. “Oui m’enfin les remplaçant·es pourraient ouvrir le cahier de textes, c’est là pour ça !”. C’est vrai. Enfin sur le papier. Parce qu’il faut encore pouvoir y accéder, ce qui n’a jamais été le cas quand la remplaçante c’était moi. Et puis en fonction de ce qu’on y met ça n’est pas forcément suffisant comme info. Et il peut être utile de se concerter pour savoir quoi faire. Pour que ça se passe au mieux, pour les élèves, pour la personne qui comble l’absence, et pour préparer le retour au travail de la personne titulaire du poste.

On se retrouve donc entre deux chaises. Et donc pour avoir expérimenté la position de joker, j’ai décidé de prendre sur moi et de répondre au mieux à cette collègue. Ça n’a pas été facile. Si physiquement ça va, moralement celles qui sont passées par là ont une idée claire de là où j’en suis. Ceci dit, près de 48h après avoir écrit ce mail je me dis que j’ai eu raison de prendre sur moi, ça m’a fait du bien sur certains points.

Dans ce mail (finalement on en a échangé plusieurs parce que je suis toujours en mode Dory et quand on est en position de joker on ne pense pas forcément à tout du premier coup et c’est parfaitement normal), j’ai indiqué classe par classe où on en est, ce que j’aimerais que la collègue fasse, tout en précisant qu’évidemment c’est une demande et que même remplaçante elle reste décisionnaire de ce qu’elle fait avec les classes. Car j’estime que même si on est là pour une durée déterminée, la règle du “mon cours, mes règles” s’applique, et je le respecte autant maintenant que c’est moi qui suis remplacée. Et même si j’ai pleinement confiance en ses compétences pédagogiques, tout aussi naturellement j’ai fourni mon support de cours, parce que là encore je sais ce que c’est que d’être appelée en cours d’année sur de niveaux très variés et ça me paraît tellement aberrant et chronophage de devoir tout monter, surtout dans l’urgence (#spoileralert pour les gens pas du métier : nous n’avons pas d’elfes de maison qui gèrent les prep et les copies, et tout le monde ne délègue pas la correction à son épouse #ahem #oups). Là encore c’est du vécu, les collègues que j’ai remplacé·es ne m’ont jamais fourni leurs supports et… c’est trash.

Un autre aspect m’est apparu : quid de la relation avec les élèves ? Quand on arrive, il faut apprendre un max de noms pour cadrer rapidement la classe, c’est ce qu’on fait tous/toutes en début d’année mais lorsqu’on est là pour l’année, on a “le temps”. Et au fil des semaines et des mois on noue une relation de confiance, du moins on essaye, et on accumule des infos, sur les fragilités personnelles de telle élève, sur les difficultés d’apprentissage de tel autre. Je fais partie de ces profs qui proposent une oreille attentive et sans jugement aux élèves, je le fais d’autant plus volontiers que j’estime que c’est essentiel : nous sommes les adultes avec lesquel·les les élèves, qui sont toujours des enfants, même à 17 ans, passent le plus de temps dans la journée, souvent plus qu’avec leurs parents, parce que notre société, et en particulier le monde du travail, fonctionne ainsi. C’est ma manière de prendre soin de la société de demain. D’aucuns vous diront que je traumatise des générations d’élèves, les très nombreux mails reçus cette année lorsque je suis absente et plus encore ces dernières semaines me prouvent le contraire. Mais passons. Toujours est-il que bien des élèves se confient à moi. Sur leurs problèmes personnels, leurs soucis de santé, leurs angoisses. En fonction de la gravité des infos naturellement je remonte aux CPE, PP ou direction, mais tout ne le nécessite pas. Au-delà du soulagement qu’on peut apporter aux élèves, ces infos sont précieuses dans le métier, car elles vont modeler la façon dont je vais aborder un·e élève pour la/le remobiliser dans une activité.

Qu’en est-il lorsqu’on arrive en cours d’année ? On doit composer sans ces soupapes, et c’est assez inconfortable. Ça peut conduire à adopter la mauvaise approche, ça m’est arrivé, et c’est en glanant des infos personnelles auprès de la CPE que j’ai changé mon fusil d’épaule et rectifié la situation avec une petite de 6e dans ce collège défavorisé. Alors je me suis demandé : que lui donner comme infos ? Pour presque chaque élève je suis en capacité de donner des infos, mais j’ai la charge de six classes, soit environ 200 élèves, et je ne peux pas non plus la noyer sous les infos. J’ai donc sélectionné quelques élèves : j’ai indiqué celles et ceux qui bénéficient d’aménagements et leur nature, et pour quelques élèves particulièrement fragiles sur le plan personnel, j’ai indiqué une fragilité et donné des recommandations, sans entrer dans les détails sur le fond de la situation. Car si j’ai l’obligation statutaire et morale de relayer les infos graves auprès des personnes indiquées, je crois aussi que pour certains aspects il faut savoir préserver la vie privée des élèves, en particulier lorsqu’ils s’agit d’élèves de lycée comme c’est le cas ici. Car ce sont encore des enfants, mais plus tout à fait des enfants non plus. Et même si je sais beaucoup de choses sur bien d’entre elles/eux, j’ai aussi conscience que je ne sais pas tout et que certain·es préfèrent se confier à d’autres et c’est bien normal. Auquel cas je compose sans ces infos. Cela fait de l’enseignement un métier d’équilibriste, qu’on exerce au mieux. J’espère avoir fait au mieux pour tout le monde, on verra.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Stéphanie Pirez-Huart (11 mai 2023). Réflexions autour du remplacement. Médié V@l. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/v5w8


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search