Enseigner avec le jeu : comment ? Pourquoi ? Pour quoi ?

Les serious game font parler. Beaucoup. En bien, en mal. Une collègue m’ayant montré l’une de ses créations l’an dernier, j’avais monté un petit quelque chose, très grossier, que j’ai repris et amélioré cette année. Et j’ai doublé la mise en Première également. Dans ce billet je vous explique comment je m’y prends, pourquoi je le fais et ce que j’en tire comme enseignements.

À quoi ressemble mon serious game ?

En Seconde, je l’applique au H4, le chapitre sur l’humanisme. En Première, j’ai donc testé celui de ma collègue sur le H4, et récemment sur le H5, aka la construction de l’Allemagne et l’Italie (c’est sur cet exemple que je vais m’appuyer pour ce billet, car le H4 n’est pas mon œuvre, ça serait donc déplacé de ma part de présenter un travail qui n’est pas le mien). En Seconde c’est un thème qui m’ennuie profondément ; en Première, c’est en lisant les instructions officielles que je me suis décidée, car il faut dire que ça n’envoie pas du rêve, ni pour les élèves, ni pour moi. Non pas que ce soit dénué d’intérêt, mais la formulation est quelque peu aride.

L’idée c’est un peu l’aventure dont vous êtes le héros/héroïne. Concrètement les élèves explorent le thème du chapitre, à l’aide d’un parcours que j’ai élaboré et régulièrement doivent faire des choix. Ces choix reposent sur leur capacité de réflexion, et jusqu’ici j’ai toujours proposé un choix binaire. 

Je pars des instructions officielles et je jette sur le papier ce que je veux que les élèves abordent : notions, dates, personnages, lieux… Puis je cherche les documents qui vont me permettre de les faire travailler sur ces aspects : les manuels évidemment, mais pas seulement. J’aime mobiliser les vidéos que je butine sur Youtube, mais aussi des documents que je vais chercher ailleurs, comme les pages de l’EHNE ou celles de L’histoire par l’image. Jusqu’ici ça ressemble à un cours traditionnel.

Ensuite je réalise ma trame : les élèves incarnent un personnage, en l’occurrence Napoléon III, au lendemain du coup d’État du 2 décembre (je sais, il ne porte ce nom qu’à partir de 1852, mais on l’a vu dans le H3, j’avais lourdement insisté là-dessus et c’était plus simple pour le projet de le nommer directement NIII). Je regroupe les documents et objectifs par grands thèmes et les organise de façon à “raconter” une histoire : l’organisation des espaces italien et germanique avant 1851, les grandes étapes du conflit italo-autrichien, la construction de la Prusse face à l’Autriche… Ensuite je créé mon parcours dans Genially. Au début j’avais du mal à le prendre en main. Je le trouvais compliqué et pas forcément intuitif sur certains points. Fort heureusement j’ai mon SAV personnel à la maison qui m’éclaire lorsque j’en ai besoin #profdoc. À chaque page, un bouton, toujours le même #rituelsbonjour, leur indique ce qui est attendu. Pour mener l’activité, les élèves disposent d’un fichier à remplir, avec des cases pour chaque grand thème, tout bêtement “Que faut-il savoir de…” et le nom du thème. Basique certes, mais il faut bien commencer quelque part. Dans ce parcours, me souvenant d’une recommandation de l’IPR en mai dernier, j’ai joint une page avec les portraits des personnages majeurs, à charge pour elles/eux d’indiquer ce que ces gens font dans la vie.

À l’issue du parcours, un quizz sur Quiziniere ou Moodle pour m’assurer que les informations essentielles ont bien été prélevées et comprises.

Combien de temps tout cela me prend-il ? En tout je dirais une semaine, pour une activité à mener en classe en deux heures (j’ai des blocs de deux heures avec chaque classe, l’an dernier ça m’effrayait et finalement c’est très utile). Vous allez me dire, “mais c’est beaucoup trop, tu perds plein de temps”. C’est vrai que c’est long, je vous explique plus bas pourquoi ça ne me gêne pas.

Pourquoi ?

S’il m’arrive de faire du cours magistral et d’abuser – parfois trop – du cours dialogué, de façon générale je préfère quand les élèves sont acteur/trices du cours. Pourquoi ? Parce qu’ainsi on apprend mieux et plus, ça n’est plus à démontrer.

Par ailleurs j’aime tester des choses et diversifier mes pratiques. Je me souviens que l’an dernier en formation on nous disait que l’année de stage c’était l’année où tester des trucs parce qu’après on le fait moins. Je ne suis pas du tout d’accord. Même en ayant de l’expérience, une année de stage c’est long, l’évaluation est permanente, et même avec une tutrice fabuleuse comme la mienne, c’est loin d’être évident parce qu’il y a toujours la pression du “comment ma proposition va-t-elle être reçue ?”. Je teste beaucoup plus de choses cette année, je laisse davantage libre cours à ma créativité. Et ça c’est un élément essentiel pour moi, en particulier face à la montagne de copies, la fatigue et les contrariétés du quotidien.

J’en retire quoi ?

Deux heures pendant lesquelles je flemmarde en classe. Non, pas du tout. C’est moins éprouvant que deux heures traditionnelles c’est certain. Mais je ne passe pas deux heures assise à me la couler douce pour autant. Car il y a toujours des questions et j’aime circuler dans les rangs pour les écouter argumenter. Car lors des choix la mauvaise décision est sanctionnée d’une minute de pénalité. Pas par sadisme non, quoique je concède que c’est assez amusant de les voir rager d’avoir fait erreur. Mais justement, à chaque fois ça donne lieu à des discussions sur pourquoi telle décision est la meilleure : finalement elles/ils argumentent de la même façon que si je leur demandais d’écrire un paragraphe pour justifier telle hypothèse ou point de vue. Même compétence, mais sans l’enjeu de l’écrit et sans le côté académique, on met donc bien l’accent sur les arguments à mobiliser et leur valeur. C’est ce qui m’intéresse. Parfois les deux alternatives sont de mauvais choix : comme dans la vraie vie il n’y a pas forcément de décision heureuse. Et dans ces cas-là plus précisément j’explique le pourquoi du comment. Là encore on est en plein dans l’argumentation.

Autre point positif : elles/ils font le cours et sont donc totalement acteur/trices. L’appropriation est bien meilleure. 

Le côté ludique facilite l’entrée dans l’activité : alors vous allez me dire, un·e élève qui n’a pas envie de travailler ne le fera pas, jeu ou pas. C’est vrai, je l’ai encore constaté en Seconde. Tant pis, c’est le jeu justement. Pour les autres c’est une forme de respiration bienvenue, tous les retours sont positifs.

Le quizz : une note facile, j’ai rarement des échecs. Pour les élèves c’est motivant et rassurant face à certaines évaluations perçues comme difficiles ou ratées. Évidemment pour moi c’est un gros gain de temps puisqu’il ne me faut que quelques minutes pour reporter le score dans Pronote, et j’apprécie sans honte aucune.

Je reviens sur le temps que je consacre à monter cela : c’est long c’est vrai. Mais j’y trouve mon compte. Car j’aime les humanités numériques, on en a longuement parlé lors de ma soutenance, et elles ont leur place dans l’enseignement. Je suis désormais très à l’aise avec Genially.

Jusqu’ici je n’ai testé la démarche que pour des chapitres d’histoire, mais je compte bien m’aventurer à faire la même chose avec un chapitre de géographie.



Citer ce billet
Stéphanie Pirez-Huart (2023, 28 mars). Enseigner avec le jeu : comment ? Pourquoi ? Pour quoi ? Médié V@l. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v5w7

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search