Une collègue a été assassinée ce matin

Une collègue a été assassinée ce matin. Par un élève. Dans sa classe. Sur son lieu de travail. Dans l’exercice de ses fonctions.

En découvrant l’information en me réveillant (oui, j’ai dormi tard, et donc ? #fatiguebonjour ), j’ai eu un haut-le-coeur. Ça ne devrait pas arriver. Jamais. Peu importe la raison. Dans n’importe quel métier en fait.

A-t-elle compris ce qui lui arrivait ? Avait-elle déjà envisagé cette éventualité ? Nous ne le saurons jamais.

Que sais-je de cette collègue au moment où j’écris ? Son âge, 54 ans, sa discipline, l’espagnol, et son établissement, un lycée privé catholique de Saint-Jean-de-Luz. Son nom, son prénom ? Aucune idée, je ne l’ai pas trouvé dans les articles lus, alors que j’ai celui de son assassin. Ça dit des choses de la façon dont la situation est traitée.

Que va-t-il se passer ? Une minute de silence, demain, dans les établissements scolaires. Enfin, ceux ouverts, puisque deux zones sont en vacances. Et ensuite ? Pour l’instant rien. Parce qu’à ma connaissance, depuis le lâche assassinat de Samuel Paty aucun protocole, ceux dont la maison est pourtant friande, n’a été élaboré. Ou alors peut-être suis-je une très mauvaise fonctionnaire et n’en ai pas connaissance, allez savoir.

Qui a-t-on entendu depuis que ça s’est produit ? L’ensemble de la sphère politique : Ministres, Président, élu·es de tous bords, et aussi éditorialistes et chroniqueurs à la noix. Pour dire quoi ? Des choses qui nous insultent bien souvent. Aurait-on pu prévoir ? Faut-il rétablir l’autorité professorale ? Sérieusement ? L’autorité des profs est là, en tout cas on fait ce qu’il faut. Tout ne dépend pas de nous. Quand j’entends en réunion parents-profs un parent me dire que bon le bac français ne sert à rien, le problème ne vient pas des profs. Quand je lis des collègues relater sur l’oiseau bleu qu’un conseil de discipline leur a été refusé pour un élève venu au collège avec un couteau, ou pire (ou mieux, à ce niveau allez savoir) que la cheffe d’établissement en a ri, le problème ne vient pas des profs. Quand je lis que “les écoles doivent être des enceintes préservées des tensions et folies de notre société”, je constate qu’on peut avoir été un temps dans l’enseignement et n’avoir toujours pas compris que l’école est un baromètre de la société. Le problème vient-il des profs ? Sur l’une des chaînes de la télé-poubelle, la question, scandaleuse, a été posée de la responsabilité de la collègue dans ce qui lui est arrivé. À quel moment les gens se disent-ils : “bah oui si vous êtes poignardée sur votre lieu de travail c’est que vous l’avez peut-être un peu cherché non ?” ?

Depuis tout à l’heure je dois dire que je peine à travailler (#spoileralert oui une prof en “vacances” ça travaille, c’est fou ?!). Suis-je “triste” (sic) ? Non. En colère sans doute. Choquée, sûrement. Craintive ? Non. Résignée ? Absolument. Ca ne devrait pas. Et pourtant.

Il y a quelques mois, après la tentative d’assassinat d’une autre collègue à Caen, plusieurs élèves m’ont demandé si je craignais qu’une telle chose m’arrive. Un nombre effrayant de collègues relate depuis de nombreuses années la quantité croissante d’agressions qui émanent de parents et d’élèves. Donc en l’état je sais que ce qui s’est produit ce matin peut arriver, même de la part d’un·e élève avec qui je ne suis pas en conflit. Comment on fait pour venir travailler dans ces conditions ?, m’ont demandé les élèves. Honnêtement je ne sais pas. C’est dans un coin de ma tête, j’essaye de faire en sorte que ça ne soit pas au centre de mon esprit. Que puis-je faire d’autre ? Rien, car le problème ne vient pas des profs, et la solution ne dépend pas de nous. C’est ce que j’ai répondu à l’enfant tout à l’heure, qui me demandait si j’étais susceptible de vivre le même sort. Car la violence que subissent les profs ne nous concerne pas que dans notre classe, elle touche aussi notre entourage. En l’état, mes pensées vont à la famille de cette collègue, sans doute en couple, sans doute mère, sans doute tante, sans doute amie.



Citer ce billet
Stéphanie Pirez-Huart (2023, 22 février). Une collègue a été assassinée ce matin. Médié V@l. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v5w6

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search