Vis ma vie de thésarde-prof du secondaire

Cela fait deux bons mois que j’ai réenfilé mes baskets – ou mes escarpins, comme on voudra – de prof du secondaire en parallèle de la thèse. Et de ces deux mois ressortent quelques réflexions sur le déroulement des choses et sur comment gérer au mieux les deux. Je pense que ça peut se résumer en quatre syllabes : c’est compliqué. Pourtant, après deux mois je reste convaincue que conjuguer les deux est possible, mais cela nécessite plusieurs conditions indispensables. Je précise d’entrée qu’il ne s’agit là que d’une réaction à chaud, sur laquelle je reviendrai au fil de l’année.

La première chose qui me vient (et l’ordre dans lequel j’énonce tout ceci n’a rien à voir avec l’importance de ladite chose) concerne la préparation des cours et la gestion du temps. Il faut être clair, si on veut fournir des cours de qualité, ça prend du temps. Cette année, je dois monter des cours tout neufs puisque n’étant pas en collège ces dernières années. Ce qui implique un temps dédié considérable, et même si des collègues et amis ont eu la gentillesse de me prêter leurs premiers chapitres pour me laisser un peu de marge, en dépit de la qualité de leur travail, je préfère quand même monter mes propres séances, ajustées sur mesure à ma façon de faire. Ce qui ne veut pas dire que je ne m’inspire pas de ce que je peux trouver sur le net par exemple, car je le redis, on a des collègues qui fournissent un travail vraiment extraordinaire. Et certains amis m’ont dispensé des conseils fort précieux, et je les en remercie. Je suis en charge de trois niveaux, et ça ajoute une difficulté supplémentaire : autant je rentabilise le temps passé à préparer un chapitre de 5e puisqu’il profite à mes trois classes, autant le temps passé pour les 3e me donne la sensation d’un panier percé puisque je n’ai qu’une seule classe de ce niveau. J’ajoute le programme, car si chacun sait que j’aime la médiévale (ainsi que l’antique et la moderne), je n’aime la contempo que pour son versant économique et social. Et la politique ça n’est pas ma tasse de thé, toutes périodes confondues ceci dit. Bref, je peine avec les 3e.

Cela m’a donc amenée à travailler non stop sans la moindre journée de repos durant tout le mois de septembre, sans même m’en rendre compte d’ailleurs. C’est mon mari qui m’en a fait la remarque début octobre, j’ai eu la sensation de découvrir un truc visiblement évident et d’être la seule à ne pas être au courant, une curieuse sensation au passage… Là pour le coup, c’est ma tendance à m’investir à fond dans ce que je fais qui a pris le dessus, sans que je m’en aperçoive, totalement absorbée par tout ce qu’il y a à faire. Et de ce fait, je profite du moindre temps mort pour corriger quelques copies, ce qui me permet d’écouler des paquets sans trop les voir passer. En la matière, les premières années de thèse m’ont permis de développer une compétence importante : celle de pouvoir travailler n’importe où dans n’importe quelles conditions, y compris dans le bruit. Aussi mes deux heures de train quotidiennes sont-elles mises à profit, toujours pour les copies. De même, je m’applique à faire certaines choses en classe : la saisie du cahier de textes ou des notes quand les élèves copient leur trace écrite par exemple. Mine de rien, cinq minutes plus cinq minutes, plus cinq autres… on gagne facilement une heure ou deux comme ça sur la semaine. Autre conséquence de la thèse ou de l’un de ses à-côté : j’ai désormais une capacité à travailler beaucoup et vite, et là je dis merci le paquet de 200 copies de première année à corriger en 48 heures, mes paquets de 5e me paraissent bien légers… De même, j’essaye de ne pas procrastiner, le mal thésard par excellence. Mes copies restent donc rarement plus d’une semaine sans être corrigées et rendues. Ca implique une cadence du tonnerre, mais ça évite le sentiment de débordement qui décourage, et le moral c’est important.

Donc organiser son temps. Il faut être honnête, sur la première période, j’ai lu deux articles pour la thèse et c’est à peu près tout. Là ça va mieux, j’ai pris le rythme, je peux consacrer au moins une journée pleine par semaine à la thèse, j’espère passer à deux en janvier. Les vacances de Toussaint ont été actives : j’ai organisé ma première journée d’études, écrit et donné deux conférences et préparé la troisième que je donne samedi. J’ai même trouvé le temps d’écrire quelques pages d’un chapitre. J’ai refait un planning de travail aussi, pour me fixer des objectifs clairs et atteignables (ou pas, on verra!). En tout cas une feuille de route pour y voir plus clair.

La deuxième condition, c’est d’être dans une bonne équipe, pas fermée au supérieur. Je suis dans un collège où je connaissais du monde avant mon affectation, donc pas de surprise, la majorité savait d’où je venais. J’ai bien senti quelques tensions au départ, et je le comprends fort bien, on a tous rencontré des gens qui se croyaient formidables au prétexte qu’ils ont donné un TD en fac. Pas moi. Ca a certes été une expérience que j’ai apprécié, mais je ne pense pas avoir inventé l’eau tiède pour autant. Bref de l’humilité, ça aide. Plusieurs sont même venus me questionner sur ma thèse, de quoi ça parle, comment je travaille, si j’ai fait des conférences, des articles, comment ça marche le supérieur aujourd’hui. Bref, super valorisant, et là encore il faut savoir être critique et éviter le cliché stupide du « la fac c’est formidable, le secondaire c’est tout pourri ».

La troisième condition, et c’est peut-être la plus importante, et qui se passe entre soi et soi-même : accepter la situation et la regarder comme quelque chose de positif. Je lis souvent des gens déçus de ne plus être dans le supérieur, on sent des regrets, presque de l’aigreur dans leurs discours et c’est dommage. Oui enseigner à un gosse de 4e c’est pas forcément ce qu’il y a de plus stimulant scientifiquement parlant, quoique… Mais les mômes sont super gentils, pleins de bonne volonté. Et franchement, quand mes 3e m’ont accueillie lundi à 8 heures dans la cour avec un « vous nous avez manqué Madame! », eh bien oui j’ai kiffé, ils sont choupinous. Et cette spontanéité, cet enthousiasme, c’est hyper motivant, un trésor dont je profite pleinement.


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. LAURENT Anne dit :

    Merci pour se retour de votre expérience. Je suis moi-même en 3ème année de thèse et j’ai enseigné dans le secondaire la 1ère année, cela c’est très mal passé pour moi. J’ai été jugée « pédante d’oser prétendre faire une thèse », ou encore « tu vas vite déchanter avec la fac, c’est un autre monde » et j’en passe. Cela fait 12 ans que je suis en étude à la fac (oui j’aime apprendre :p) je sais très bien ce qu’est le monde de la fac, et je ne pense pas avoir un soucis de « chevilles qui enflent » vu que comme vous le dites si bien ce n’est pas parce qu’on a fait 2 conférences, et quelques cours à la fac qu’on a inventé l’eau tiède. En revanche le contact avec les élève était bon, j’ai eu des classes générales et des classes professionnelles. L’an passé je suis allée enseigner dans un CFA (Compagnons du Devoir), contact avec les formateurs impeccable, des élèves extrêmement curieux, en revanche les enseignants me voyaient « trop jeune », ou encore « avec ses diplômes elle va nous piquer nos heures »….loin de moi cette idée…résultat c’est à moi qu’on a piqué des heures.
    Le soucis doit venir de moi…et je ne m’en rends surement pas compte.
    Au moins maintenant j’ai un peu plus de temps pour la thèse. Je regrette tout de même, j’aime beaucoup enseigner et peu importe le niveau pour moi, chaque niveau que j’ai eu (du CFA à la fac) a été très enrichissant pour moi, surtout le contact avec les élèves.
    Je trouve dommage de devoir cacher ses diplômes et ses formations pour ne pas avoir de soucis.

  2. Adèle dit :

    Merci pour ce retour d’expérience ! Je suis cette année dans le secondaire pour la première fois… J’ai 3 niveaux au lycée, 7 classes à gérer, 2h30 de route par jour. Je suis admirative quand je lis ton post car je n’ai pas du tout réussi à ouvrir une seule fois mon fichier de rédaction de thèse depuis la rentrée 🙁 Jusqu’aux vacances d’automne, j’ai travaillé tous les jours sur mes cours car je n’avais pas d’avance (comme toi, j’ai eu quelques chapitres de la part de mes collègues, mais c’est dur de faire un cours sans le préparer du tout). J’étais tellement sur les rotules que j’ai vraiment pris du temps pour me reposer pendant les vacances et j’ai également avancé sur mes cours (car j’ai récupéré plein de copies à la rentrée !). Bref, je ne vois pas pour l’instant comment dégager du temps pour ma thèse, à moins que mes « journées » du samedi, (plutôt demi-journées !) faites pour me reposer, passent à la trappe. Le secondaire me plaît énormément – heureusement ! – mais c’est le néant total côté recherche et je te souhaite de pouvoir continuer sur ta lancée (pour ma part, je suis mal barrée ou alors je renonce à dormir ou simplement à vivre !). Bon courage !

  3. Mathilde Thouron dit :

    Rajoutons aussi que le secondaire peut être stimulant car dans cette exercice de dé-construction du savoir. Il y survient aussi des idées pour la thèse. Donnant actuellement des cours à la fac et étant passée dans le secondaire avant, la spontanéité manque cruellement dans le supérieur. Des deux bords existe des apports.
    De mon côté je retournerai dans le secondaire avec plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search