Les émotions de la recherche

Dimanche je donnais une conférence pour le Cercle Archéologique et Historique de Valenciennes. C’était ma première conférence longue, j’ai parlé seule plus d’une heure, puisqu’habituellement en colloque ou en journée d’études on est malheureusement limité·es. Là donc j’avais le temps. Outre ce confort (quoique relatif car il faut savoir tenir la distance, et là je dis merci l’enseignement!), cette présentation avait une saveur particulière pour moi.

Le CAHV, c’est l’une de ces sociétés savantes dont sont dotées bien des villes, grandes et petites. On y trouve de tout : des chercheur·es à la retraite, des enseignant·es du secondaire, encore en activité ou pas, des érudit·es, des amateur·rices. Mais surtout des passionné·es d’histoire, et davantage d’histoire régionale et locale. C’est un public particulier : ils/elles n’ont pas forcément tou·tes un bagage universitaire, et encore moins en histoire, donc pas forcément la méthode ou les connaissances, d’autres se sont formé·es seul·es, parfois tard. Bref c’est un public très hétérogène. De ce fait, l’exercice d’une présentation devant elles/eux c’est comme un numéro d’équilibriste : il faut fournir un travail aussi sérieux que pour un colloque bon chic bon genre tout en tenant un discours compréhensible. Faire simple sans être simpliste. Car si ce public nécessite de revoir les bases scientifiques sur lesquelles on s’appuie habituellement dans les parloirs académiques, il n’en demeure pas moins exigeant, à raison d’ailleurs.

Et c’est justement là toute la difficulté de se confronter à un auditoire comme celui-là. Une fois passée l’appréhension de poser une question, si l’orateur montre une volonté de partager son savoir, les questions fusent. Dans tous les sens, sur des domaines parfois éloignés, amenant l’exposant à passer rapidement d’un thème à un autre, ce qui induit un effort de mobilisation intellectuel conséquent. Pas facile quand on vient de parler pendant près d’une heure trente.

Toutefois, cet exercice me semble très profitable. En premier lieu la vulgarisation me semble indispensable. Pour contrecarrer les accaparements d’amateurs du roman national et de l’histoire au rabais. Parce que j’ai eu la chance d’être financée par de l’argent public pendant quatre ans, et qu’il me paraît donc normal que la société bénéficie de ce retour sur investissement. Mais aussi pour moi-même, car cela me permet de mesurer le chemin que j’ai parcouru depuis mon inscription en thèse. Désormais je suis capable de répondre au débotté sur des choses très éloignées les unes des autres, et c’est très rassurant quant à ma maîtrise de mon sujet et de mes sources. Voilà qui met à mal mon syndrome de l’imposteur, et vu combien c’est répandu chez les doctorants, c’est une très bonne chose.

J’ai dit saveur particulière en début de billet, également pour une autre raison. Emotion car l’histoire de Valenciennes au Moyen Age n’a finalement que peu été explorée en dépit de la richesse de ses archives, et le dernier travail de recherche d’envergure pour la période médiévale est celui d’Hélène Servant, publié à la fin des années 1990, vingt ans déjà. Par ailleurs, au fil des décennies, cet auditoire a accueilli des orateurs dont les travaux font toujours autorité dans l’histoire de la région pour le Moyen Age, je pense notamment à Gérard Sivéry, à Jean-Marie Cauchies et aussi à Henri Platelle, dont l’ouvrage qu’il a dirigé dans les années 1980 occupe une place sur les étagères de ma bibliothèque personnelle depuis mes 15 ans. Bien évidemment, à cette époque, j’ignorais qu’un jour j’apporterai moi aussi ma petite pierre à la construction de l’histoire de la ville. Et en entrant en thèse, je n’avais pas réalisé que mon travail viendrait combler des lacunes si grandes et s’inscrirait aux côtés de celui de ces chercheurs que j’ai tant admiré ces dix dernières années. C’est en voyant les articles paraître et les pages de la thèse s’accumuler que je commence à prendre conscience. C’est très satisfaisant et effrayant à la fois. Satisfaisant car les heures de travail accumulées au fil des années commencent à se concrétiser. Effrayant car mon syndrome de l’imposteur revient au galop : mon travail est-il suffisamment précis? Exhaustif? Contextualisé? Même si j’apprends à dompter mon besoin de perfectionnisme, il est toujours là, caché quelque part, attendant le moment opportun pour sortir de son trou.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.