Comment construire des cours attractifs ?

Si pour certain·es “c’était mieux avant”, l’enseignante d’aujourd’hui fait cours pour … la génération actuelle. Cette phrase est d’une banalité sans nom mais il me semble parfois utile de le rappeler. Susciter l’intérêt des élèves est incontournable. Mais comment ?

Ces temps-ci je vais en observation chez des collègues d’histoire-géo mais aussi d’autres disciplines, l’idée étant surtout de discuter de nos pratiques, et éventuellement de piocher de bonnes idées en matière d’activités. L’une des questions de cette semaine qui revient dans les conversations, c’est justement comment faire en sorte que nos cours soient attractifs, qu’ils donnent envie de s’y plonger. Je vous spoile tout de suite, je n’ai pas de formule magique à proposer, juste un léger aperçu de mes pratiques.

Mon année à Fourmies en REP m’a énormément sensibilisée à la question de l’inclusion et des troubles des apprentissages. Au-delà de la motivation intrinsèque des élèves, il y a donc la problématique de faire entrer dans les apprentissages des élèves porteurs de troubles qui les freinent, soit parce que physiquement c’est compliqué (j’inclus les troubles cognitifs dedans), soit (et les éléments ne sont pas exclusifs l’un de l’autre) parce qu’il y a un problème de confiance en soi. Pour de nombreux élèves, j’ai constaté que passer par des canaux non traditionnels peut être un élément déclencheur : pour tel élève ça a été une activité en salle informatique, pour telle autre le travail à partir d’un clip vidéo à la mode #EMIbonjour. Rien d’exceptionnel en soi, et pourtant je suis toujours surprise de voir des collègues faire preuve de réticence à l’idée de sortir des documents classiques textes-graphiques-cartes. Ça m’amène à m’interroger sur le sens que je donne à ma(mes) matière(s) : je passe de la culture générale, des éléments qui forgent la fameuse cohésion nationale (pitié ne me taxez pas d’adhésion aux mous du bulbe, on peut aimer son pays sans virer stupide), mais je leur fournis surtout des clés pour viser l’autonomie. Dans cette perspective est-ce que c’est moins légitime de travailler sur un clip de Soprano plutôt que sur le texte de telle géographe ? Je ne crois pas. Et même si je suis désormais en lycée, et plus encore au milieu d’un public favorisé économiquement, je constate les mêmes besoins méthodologiques et culturels. C’est l’une des réflexions à laquelle j’aboutis au terme des premiers mois de cette année : lorsque j’ai su que j’étais affectée à Thionville, donc à proximité du Luxembourg, et plus encore lorsque je me suis informée de la composition sociale de la ville et du lycée, je m’attendais à des élèves avec un bagage scolaire, intellectuel plus conséquent que celui auquel j’étais habituée dans l’Avesnois, majoritairement pauvre. Grossière erreur me direz-vous, exceptionnellement je vous autorise à vous moquer de ma naïveté. Car finalement pour ces élèves, l’aisance financière dont ils/elles bénéficient à la maison (#notalleleves ceci dit, j’ai aussi des pauvres dans la salle, elles/ils se cachent mais l’expérience aidant on les repère vite en dépit de leurs efforts pour le dissimuler), y compris lorsque les parents sont séparé·es, ne se double pas forcément d’un capital culturel (et ici “forcément” est à entendre comme “en large majorité”). Ici je pars de moins loin que dans mes précédents établissements, par exemple au niveau de la maîtrise de la langue, mais il y a tout de même du travail. J’ai donc dû réévaluer ma ligne de départ lorsque je crée un cours, et je suis toujours en voie d’ajustement, même si ça me semble plus simple aujourd’hui qu’il y a quelques mois. L’une des grosses différences réside dans le soutien dont les élèves disposent à la maison : pour certain·es c’est l’aide fournie par l’un des parents pour les devoirs, pour d’autres ce sont des cours particuliers carrément. En dépit de ce réajustement de la ligne de départ, je maintiens ma ligne d’arrivée : une maman me disait qu’elle trouve que je note sec, je me crois juste (si tant est qu’une notation puisse être juste #spoileralert non), je me pense surtout exigeante, comme bien des collègues finalement, ni plus ni moins. Donc, pour ce public différent et proche à la fois de ce que j’ai connu dans le Nord, je reviens à mes réflexions sur l’attractivité des cours. Je réutilise alors des techniques que j’ai éprouvées, qui ont fait leurs preuves, même si ça ne marche pas à tous les coups, et je teste de nouvelles choses, à la faveur de l’équipement informatique dont tous et toutes disposent puisqu’outre l’équipement familial, la Région fournit un ordinateur portable aux élèves à l’entrée de la Seconde. Ce qui me conduit à me renouveler puisque les possibilités sont d’autant multipliées.

Combien de temps ça prend tout ça ? C’est l’un des enjeux du métier : en l’état, nous consacrons le temps que nous avons choisi à nos préparations de cours. Ce qui veut dire qu’on peut tout à fait se dire “la flemme, je ferai tout à partir du manuel sans rien retoucher”, ce qui est encore le plus rapide, mais on peut aussi se dire “j’ai envie de monter un truc plus recherché parce que le chapitre me parle/j’aime bien cette classe/je m’ennuie” (non je déconne pour la dernière proposition hein). Auquel cas la valeur qu’on va accorder au temps n’est pas la même. On peut trouver pénible de passer quatre heures de préparation sur un chapitre qui ne nous dit rien, comme on peut passer trois jours d’enfer sur notre thème de prédilection. Et je crois que l’un des éléments essentiels pour rendre un cours attractif, et c’est un constat partagé par l’une de mes collègues, c’est d’y prendre du plaisir : si on aime ce qu’on fait, nos élèves vont le sentir et accrocheront plus facilement (même si ça ne veut pas dire que tout est gagné, on est bien d’accord). Un cours est d’autant plus attractif qu’il l’est pour l’élève que pour la personne qui le met en œuvre. Je dois dire que c’est un aspect qui me peine quand je lis les collègues sur les réseaux sociaux : on se plaint régulièrement, de la météo, des élèves, du Ministère, des copies, des parents, à tort ou à raison mais la question n’est pas là, mais je lis peu de collègues parler du plaisir qu’ils prennent dans le métier, ou en tout cas je n’en lis pas assez. Et je le regrette. Car ça dit des choses sur la souffrance au travail, bien réelle, soyons clair, mon but n’est pas de la nier, mais j’ai la sensation que tout le positif a disparu. Même l’appétence pour la discipline, le plaisir de lire un livre d’histoire (ou de géo, si si !) je ne le vois que peu passer. Alors vous allez me dire, on a pas le temps. Le tas de copies qui me fait de l’œil vous donne raison. Je suis encore suffisamment jeune dans le métier, en dépit de mon CV fourni, pour avoir encore envie de batailler et continuer à m’instruire. Rendez-vous dans dix ans pour voir comment ce billet aura vieilli.

Image de couverture par ivabalk de Pixabay



Citer ce billet
Stéphanie Pirez-Huart (2022, 11 janvier). Comment construire des cours attractifs ? Médié V@l. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v5w5

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search