Prof, stagiaire et autiste : quid de la fatigue ?

Être prof c’est fatiguant. Être stagiaire c’est fatiguant. Être autiste (dans un monde de neurotypiques), c’est fatiguant. Alors comment on fait quand on cumule les trois ? Dans ce billet pas de formule magique, juste un état des lieux et une amorce de réflexion.

Je n’ai jamais enseigné l’histoire-géo en lycée, je dois donc monter tous mes cours. Ces derniers sont répartis sur trois jours, les deux autres jours ouvrables étant dédiés à la formation suivie par les stagiaires.

Pour avoir été bouche-trou pour l’académie de Lille, j’ai eu tout le loisir d’expérimenter les inconvénients des affectations loin de chez soi (coucou le poste, à l’année certes, mais à une heure de voiture de chez moi aka deux heures par jour quand ça roule bien et je ne vous parle pas du temps de trajet en train). Pour cette rentrée, dans la mesure où mon affectation m’amenait à changer d’académie, on a cherché un logement en fonction de mon lycée d’affectation (où je suis censée être titularisée, j’y reviendrai dans un autre billet). Comme annoncé sur mon réseau social favori, le rectorat m’a envoyée dans un lycée de Thionville. Le hic : because la proximité avec le Luxembourg, le foncier est horriblement cher, donc impossible de me loger dans le centre-ville sauf à vivre dans un trou à rats. Et l’expérience du confinement m’a amenée à penser qu’il pourrait être pas mal d’avoir un minimum d’espace. Et j’ai finalement trouvé un super appartement calme, entouré de verdure, grand, pour moins cher qu’en centre-ville, le tout à tout pile 20 minutes du lycée (si on excepte les bouchons du matin, of course). Autant dire que ça me va. Et finalement, même quand je commence à 8h, je ne pars de chez moi que 15-20 minutes plus tôt qu’en temps de circulation fluide pour éviter les embouteillages et avoir le temps d’installer mes petites affaires avant la sonnerie. C’est donc franchement raisonnable.

Au lycée j’ai eu la chance de voir l’intégralité de mes besoins en aménagements satisfaits. Parce que #funfact #oupas même si c’est tamponné par la médecin du rectorat (oui oui, cette personne existe bien), c’est toujours conditionné à la compatibilité avec le fonctionnement du service et il faut que ça soit “raisonnable” si on s’en tient à ce qu’on peut lire du côté du défenseur des droits. Autant dire que rien n’est acquis sur le principe. Je sais donc que j’ai de la chance d’avoir été accueillie comme je l’ai été. En clair j’ai une salle attitrée, partagée avec d’autres collègues because les murs craquent comme partout, mais au moins je ne déménage jamais et ça c’était essentiel. Autre mesure, j’enseigne maximum cinq heures par jour : en collège j’ai fait une année (en REP) à 7h de cours le vendredi et j’étais une loque durant tout le week-end. Et cerise sur le gâteau, je n’ai pas quatre heures de trous entre deux cours comme je l’ai déjà vécu par le passé. C’est donc un contexte hyper favorable pour moi. La préparation des cours me prend pas mal de temps, de même que la correction des copies #syndromedelimposteurebonjour j’y reviendrai dans un billet dédié, mais je travaille à rendre mon temps de travail plus efficient.

En principe j’ai besoin d’une coupure dans la semaine. Avec la médecin du rectorat, nous avions demandé idéalement le mercredi, mais c’était sans compter sur les formations INSPE. Le mercredi et le jeudi sont réservés aux différentes formations. Dans la mesure où je n’ai pas de master Meef et donc pas de formation officielle en didactique, l’académie a préféré jouer la sécurité et me faire suivre la même formation que les stagiaires issu·es du concours externe, d’où mon service d’enseignement à mi-temps. J’ai déjà évoqué la formation dans un autre billet (et d’autres à venir), disons simplement ici que je n’ai donc pas de coupure dans la semaine au sens où j’en aurais besoin. Mais, le directeur de la formation et l’équipe d’inspection étant des personnes bien intentionnées, j’ai eu la bonne surprise de découvrir dans mon contrat de formation une clause tenant compte de la fatigabilité qui découle de l’autisme. Je suis d’une part dispensée d’une partie de la formation au titre des acquis de l’expérience et de mes formations antérieures (j’y reviendrai dans un autre billet) et d’autre part autorisée à m’absenter de moi-même si je l’estime nécessaire. Je dois dire que j’en ai été soulagée car la majeure partie de la formation se déroule à Nancy, soit à une heure de chez moi et j’appréhendais de devoir faire autant de route chaque semaine. Comment fais-je en pratique ? Déjà je donne la priorité aux formations du jeudi : c’est sur cette journée que se déroulent les formations en didactique et en connaissance du système éducatif et je pense mes besoins plus importants sur ces aspects (et c’est d’ailleurs ce qui justifie ma formule de stage). Pour les formations du mercredi, parfois je peux les suivre à distance, parfois je récupère les cours auprès de collègues, tout dépend. Il m’arrive aussi de mettre à profit ce temps pour effectuer des lectures complémentaires, soit pour la partie scientifique de préparation des cours, soit pour lire en matière de didactique ou de pédagogie de l’adolescent·e : je réinvestis ici l’habitude acquise en doctorat de m’auto-former au gré de mes besoins #competencetransversale.

Et à la maison me direz-vous ? J’essaye de m’astreindre à certaines règles de vie, là encore en tirant profit des expériences passées : je coupe mes mails à 19h au plus tard et j’essaye de garder une journée pleine sans travailler le week-end (c’est pas toujours gagné). Le gros point positif c’est que je suis seule la semaine, si on excepte mes chats : donc quand je rentre mon appart est calme ET rangé, tel que je l’ai laissé, si vous voyez à qui je songe. Pas d’obligation non plus de me caler sur l’enfant ou le mari au niveau des horaires de repas, je vis en fonction de moi, et ça c’est très reposant. Dernièrement j’ai reçu un diagnostic d’apnée du sommeil, et donc mise en place d’un traitement adapté qui commence à faire effet, mon sommeil est donc plus réparateur : parce que gérer la fatigue ce n’est pas seulement gérer l’activité, c’est aussi se soucier du repos. J’ai aussi ritualisé le temps que je m’adonne à l’un de mes intérêts spécifiques : la lecture. Pas de télé, donc du temps à gogo (et plus encore depuis que ma tablette a rendu l’âme en novembre), je lis donc au minimum trente minutes tous les soirs, bien souvent beaucoup plus. C’est bon pour mon stress, c’est bon pour mon sommeil, et ça programme un temps de loisirs, qu’on a toujours trop tendance à considérer comme secondaire. Les résultats en chiffres, voici le relevé de mes lectures en 2021 enregistrées sur Babelio :

L’idée n’est pas de faire une course à qui lit le plus, mais davantage de mesurer que je prends soin de moi, puisque chez moi ça passe notamment par là.

Tout ceci s’ajoute à ce que je mets en place habituellement : c’est exemple mon casque antibruit, mes lunettes de soleil, et ma CMI stationnement qui me permet de me garer très facilement près du lycée. Il y a sans doute des choses à ajuster, mais dans l’ensemble je suis satisfaite ; preuve en est : je n’ai pas eu besoin d’arrêt maladie sur la première période, et uniquement trois jours sur la deuxième. Pourvu que ça dure.

Image de couverture par Oldiefan de Pixabay.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search