PAP, PPS, EBE : comment gérer les troubles des apprentissages ?

En ce dimanche matin, je lis sur le réseau de l’oiseau bleu un fil qui me défrise et explique combien l’école court à sa perte en accueillant les élèves muni·es d’un PAP ou Plan d’Accompagnement Personnalisé. Je vous livre ici quelques “outils”, quelques billes pour guider au mieux celles et ceux qui se sentiraient perdu·es face à l’accueil de ces élèves aux besoins éducatifs particuliers (EBE).

Que dit la loi ?

Avant d’aller dans le concret, il me semble opportun de rappeler le cadre légal. La loi du 11 février 2005 nous dit :

Pour satisfaire aux obligations qui lui incombent en application des articles L. 111-1 et L. 111-2, le service public de l’éducation assure une formation scolaire, professionnelle ou supérieure aux enfants, aux adolescents et aux adultes présentant un handicap ou un trouble de la santé invalidant. Dans ses domaines de compétence, l’État met en place les moyens financiers et humains nécessaires à la scolarisation en milieu ordinaire des enfants, adolescents ou adultes handicapés.
« Tout enfant, tout adolescent présentant un handicap ou un trouble invalidant de la santé est inscrit dans l’école ou dans l’un des établissements mentionnés à l’article L. 351-1, le plus proche de son domicile, qui constitue son établissement de référence.

Article 19

Dans la pratique ça veut dire qu’on doit accueillir tout enfant, peu importe ses difficultés. Comment ? En mettant en place les aménagements ad hoc. Concrètement, pour les troubles des apprentissages, on va mettre en place un PAP (pour les élèves pour lesquel·les on a repéré des difficultés voire à qui on a fait passer un certain nombre de tests médicaux et paramédicaux) ou un PPS (Projet personnalisé de scolarisation pour les élèves muni·es d’une notification MDPH aka pour lesquel·les l’institution a reconnu un handicap de façon formelle). Dans les deux cas, c’est une obligation légale et pas une faveur à laquelle consentirait un·e enseignant·e, ça fait partie du job.

J’en vois dans le fond qui râlent “oui mais on est pas formé·es”. Il est vrai qu’on ne reçoit pas suffisamment de formation sur le sujet, on est bien d’accord. Maintenant qu’on a chouiné on fait quoi ? On fait remonter ses besoins en formation après des instances compétentes (l’un de mes mantras c’est “si tu demandes rien tu es sûre de ne pas avoir”) et on se bouge. Après tout, quand on doit enseigner un chapitre sur lequel on a pas eu de cours en fac, que fait-on ? On se forme nous-même ! Eh bien là c’est pareil.

Les troubles des apprentissages au quotidien

Alors vous allez me dire “oui mais tu abuses, avec les classes surchargées on a pas le temps de se former”. Mes classes étant à 35, je souscris entièrement à la thématique des classes surchargées. D’où ce billet pour vous donner quelques idées que j’ai glanées au fur et à mesure, et j’en profite pour démonter les mauvaises excuses de ce fil qui me hérisse le poil.

La première idée est qu’un PAP ou un PPS impliquerait de s’occuper individuellement de ces élèves. Pas du tout ma brave dame : je laisse de côté la question des AESH qui est une autre problématique et qui mériterait un billet dédié. En tout cas le PAP/PPS ne veut pas dire passer une heure à côté de Jean-Kévin ou de Lilou, jamais. Juste, en passant dans les rangs, tu t’assures que le suivi du cours est ok comme tu le fais pour n’importe quel·le élève, ton job quoi. Zéro temps de travail supplémentaire.

Deuxième point : le trip du tiers temps. Plusieurs possibilités : soit ton évaluation comporte plusieurs exercices et tu en fais sauter une partie (quid des compétences, vas-tu me dire : c’est simple Madame Michu, tu évalues sur l’éval suivante), soit c’est un exercice unique genre réponse problématisée et tu adaptes en fonction du contexte : tu fais rédiger l’intro et une partie, tu t’arranges avec la/e collègue du cours suivant pour que l’élève puisse arriver en retard et finir son devoir peinard·e (et si tu es en bons termes avec ton/ta prof-doc ce·tte collègue accueillera sans doute bien volontiers l’élève pour la durée complète du devoir, même si je rappelle que le CDI n’est pas une annexe de la salle de perm). Dans tous les cas tu t’adaptes, “avec quelques efforts” ça doit être faisable #oups. Zéro temps de travail supplémentaire.

Continuons : quand et comment reformuler le cours pour l’élève qui le demande ? Ben pendant ton cours comme tu le fais pour les autres élèves qui ne pigent pas forcément sans qu’il y ait de trouble des apprentissages, et pour le “comment”, si tu ne sais pas comment faire, c’est qu’il faut que tu t’informes sur ce qu’est la pédagogie #oups. Zéro temps de travail supplémentaire.

Comment fournir le cours “sur clé USB” ? Cette collègue nous dit que ses notes de cours sont manuscrites. Sérieusement ? Qui bosse encore comme ça aujourd’hui ? J’ai un bon paquet d’établissements au compteur et personne parmi les collègues rencontré·es ne travaille comme ça, même parmi les plus réac. Autant dire que je pense qu’il n’est pas utile d’aller plus loin sur ce point. Zéro temps de travail supplémentaire.

Point suivant qui va avec le précédent : comment donner le cours photocopié alors que tu as construit ta trace écrite pendant le cours avec la classe ? C’est simple Sherlock : tu prends un cahier et tu vas en faire une photocop à la récré ou au pire, si tu es en bons termes avec la vie scolaire, l’élève peut aller le faire directement. Au max cinq minutes de temps de travail supplémentaire, le temps de virer Jean-Claude du copieur en salle des profs.

J’en viens maintenant aux considérations personnelles citées dans ce fil. Cette collègue nous parle de “difficultés légères”, really ? Une dysgraphie ça n’est pas avoir la flemme d’écrire, c’est une douleur qui irradie de ton poignet jusque dans l’omoplate, rien de léger. Et c’est transposable à tous les troubles dys. Ca génère une fatigue folle. Alors quand je lis “qui pourraient être surmontées avec qqs effort et un peu de bonne volonté” j’ai envie d’hurler. Comme je l’ai twitté, tu demanderais à un·e paraplégique de faire quelques efforts et de manifester un peu de bonne volonté et de monter ces trois marches ? Non ? Eh bien ton élève dys c’est pareil. Je lis aussi qu’on ne demande pas aux élèves avec PAP de la rigueur. Seriously? Chérie j’ai le même niveau d’exigence pour chaque élève, le PAP/PPS c’est juste une paire de lunettes qui les place tous/tes sur la même ligne de départ. Je lis aussi “des notes qui ne reflètent pas leur niveau”, là je n’en peux plus de me tenir les côtes tellement je ris : dernièrement en formation on a travaillé sur cette question de la notation. Le formateur nous a donné la même copie à corriger, barème fourni : cinq points d’écart entre deux profs ! Alors très franchement la valeur de ta note ne dépend pas du PAP/PPS. Ce fil se termine sur les aménagements qui ne sont pas appliqués au bac : à la fin, tu es vraiment prof ? Parce que vois-tu la mise en place des aménagements aux examens c’est une obligation légale, et à titre personnel, je camperais devant le bureau du chef de centre si mon gamin ne bénéficiait pas des aménagements auquel il a droit. En clair tout ce fil pue le validisme et je rappelle que la discrimination au handicap est punie par la loi.

Tout ceci étant dit, quelques autres conseils :

  • pour les docs que tu distribues, choisis systématiquement une police sans empattement, ça ne demande pas de temps supplémentaire mais c’est un confort pour les dyslexiques/dysorthographiques. Zéro temps de travail supplémentaire.
  • pour bon nombre de dys un texte à trous c’est top : prends ta trace écrite et remplace les mots les plus importants par un trait, ça les soulage de la copie non essentielle tout en leur permettant de rester actif/ve en classe. Et pour ton sujet de devoir, tu n’as plus qu’à copier-coller si tu leur demandes de réciter une partie du cours (fais pas genre, on leur donne souvent une question de cours). Tu peux aussi imprimer ta trace écrite et la donner, à charge pour elles/eux de surligner les passages les plus essentiels pendant que tu dictes. Là encore, au pire ça te prend dix minutes de travail sur un chapitre (et scoop ça bénéficie aussi aux élèves non dys mais juste en difficulté parce que non héritier/ères, tu sais, ce truc qu’on appelle la différenciation).
  • les cartes : testé et approuvé pour un de mes élèves dysgraphique/dysortho/dyslexique (et équipé d’un ordi de base puisque PPS) : pas de coloriage mais une simple croix ou un ✅ sur le bon pays, après tout je n’évalue pas leur capacité à devenir artiste-peintre non ? Zéro temps de travail supplémentaire. Au pire deux minutes si on te demande un agrandissement en A3.
  • l’orthographe : c’est simple, tu reportes tes deux points sur un autre exercice et tu ne corriges pas les coquilles. Zéro temps de travail supplémentaire.

Bref, vous l’aurez compris, faut arrêter avec le trip de l’inclusion qui demande trois tonnes de boulot supplémentaire. Ce qui me bouffe du temps c’est les 35 copies par classe au lieu de 30, parce que sur mes six classes ça fait l’équivalent d’une classe en plus à corriger pour le même salaire. Et cette idée de “ouin on me demande de m’adapter”, mais chérie, tous les jours, à chaque instant on demande aux personnes en situation de handicap de s’adapter à votre monde de valides et guess what : pour nous c’est dur, toi tu as juste la flemme.

Image par clemtheriez de Pixabay


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Emmanuelle Picard dit :

    Merci pour ce super billet plein de conseils précieux et de bon sens. Si seulement cela pouvait faire réfléchir certain-es.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search