Réunion parents-professeur : quel intérêt ?

Mardi a eu lieu la première réunion parents-professeur de l’année, l’occasion de réfléchir à son intérêt et comment la mettre en œuvre.

Une dénomination excluante

Le premier élément qui me vient réside dans l’intitulé : depuis que j’ai eu dans ma classe des enfants qui ne vivent pas chez leurs parents ou dont les parents n’ont plus l’autorité parentale, je suis revenue sur certaines pratiques de dénomination. Je ne parle plus de parents mais de responsables légaux, ce qui permet d’inclure tous/tes mes élèves dans mon propos. De même, lorsque je reçois un·e adulte, je demande systématiquement quel est son lien avec l’élève, pour éviter une bourde. J’ai bien remarqué que ma question surprend certains parents, mais ça me semble important de ménager les élèves concerné·es, et c’est aussi une façon de sensibiliser les familles traditionnelles à la diversité des situations qui peuvent se présenter. L’expression “réunion parents-professeur” me gêne donc car elle exclut les cas où l’enfant n’est pas sous la responsabilité de ses parents.

Le deuxième élément réside dans la composition de cette rencontre : elle induit l’idée d’un échange entre adultes, sans que l’enfant objet de la discussion soit nécessairement présent·e. Or, il me semble nécessaire de mettre en avant l’élève, sans qui cette rencontre n’aurait pas de sens. C’est aussi la raison pour laquelle j’ai une nette préférence pour la présence de l’élève lors de l’entretien, j’y reviendrai plus bas.

Je plaide donc pour un changement de dénomination. “Futilité !” me dira-t-on, il y a plus urgent à régler dans l’Éducation Nationale ; certainement. Mais les urgences n’excluent pas de se pencher sur les “petits” problèmes, qui ont parfois plus d’impact qu’il n’y paraît de prime abord. Et plus encore quand on sait le poids des mots dans les représentations sociales (cf. #LesMotsTuent par exemple)

2. Quelle organisation ?

Lors des remplacements courts que j’ai effectués ces dernières années, je n’avais pas participé à ces réunions, soit parce qu’elles tombaient hors de ma période d’affectation, soit parce que je ne voyais pas bien ce que j’aurais pu dire des élèves en les ayant vu·es deux fois. En revanche, en 2017-2018, affectée à l’année, j’ai reçu des responsables légaux. J’avais apprécié de recevoir un emploi du temps, sur lequel les responsables légaux étaient inscrit·es, ce qui permet d’éviter de terminer à une heure avancée dans la nuit. L’inconvénient est la brièveté du temps disponible, puisque je disposais de cinq minutes par rendez-vous.

Cette année, pas de grilles de créneaux. J’ai dans un premier temps été un peu effrayée, songeant alors à l’heure à laquelle je rentrais chez moi lorsque j’étais élève et que nous faisions le tour de tous/tes les professeur·es ou presque. Je m’étais donc fixé une heure limite pour quitter le lycée (que j’ai évidemment largement dépassée), et j’ai régulièrement veillé au temps, pour ne pas retenir trop longtemps les responsables légaux à qui je n’avais pas de problèmes particuliers à soumettre. Finalement, en trois heures de temps, j’ai reçu plus d’une vingtaine de responsables légaux, avec une répartition du temps variable en fonction de la teneur des échanges, et globalement je suis satisfaite de ma gestion du temps.

3. Qu’en retirer ?

De façon générale, comme je l’ai dit, je préfère que les élèves soit là. Car ça peut être l’occasion de dispenser des conseils qui sont profitables au premier chef… à l’élève concerné·e. Et j’aime commencer l’entretien en… demandant à l’élève ce qu’elle/il pense de son travail et son attitude en classe. La question les déstabilise bien souvent, mais je crois qu’il est important de partir de leurs ressentis, et la façon dont elles/ils se perçoivent est aussi un outil de travail pour moi. J’ai d’ailleurs eu la bonne surprise d’entendre l’une de mes élèves dire qu’elle était fière de son travail et de sa façon de gérer jusque-là, et à raison, ce qui m’a conduite à la féliciter, car trop souvent les jeunes filles se dévalorisent, le syndrome de l’imposteur frappe très tôt. Je n’ai jamais rencontré de cas où l’élève ment sur son travail ou son attitude, nous sommes toujours d’accord. Ce qui me permet justement de mettre en avant l’honnêteté de l’élève, à un âge où les relations avec les adultes peuvent se compliquer, c’est une façon de contribuer à une relation de confiance réciproque, d’autant plus importante quand on sait l’enjeu que revêt le parcours scolaire sur l’avenir et la pression qui pèse sur les épaules de nos jeunes.

Ensuite, cela me permet d’embrayer sur les difficultés éventuelles dont elles/ils font état, d’en prendre note pour intégrer leurs besoins dans mes cours et, le cas échéant, de proposer des outils de remédiation. C’est aussi pour moi l’une des occasions de prendre connaissance d’éléments plus personnels, parfois difficiles à énoncer devant d’autres camarades. Bien évidemment je ne vais pas vous relater ici le contenu des échanges, qui va rester entre elles/eux, moi et éventuellement d’autres membres de la communauté éducative du lycée si nécessaire. Néanmoins je suis satisfaite de certains échanges qui m’ont permis de faire le point sur les besoins en aménagements pour les élèves porteurs de handicaps ; pour une élève qui a priori n’est pas dans ce cas-là, je vais pouvoir davantage lui proposer des outils de remédiation face à ses difficultés scolaires, et ce d’autant plus qu’elle ne dispose pas de ressources dans la famille.

Étant maman depuis dix ans, j’ai aussi le regard du parent sur ces rencontres. Je sais combien c’est important d’entendre des retours positifs sur notre enfant, en particulier parce que nous vivons dans une société très dure pour les parents, et en particulier les mères, qui essuient énormément d’injonctions, sans recevoir beaucoup d’aide alors que ça serait parfois bienvenu (les mères représentent d’ailleurs les trois quarts des parents vus mardi, je le déplore, mais je ne sais pas non plus quelle est la situation professionnelle des papas lorsqu’il y a un papa et cela n’exclue pas qu’ils n’étaient pas chez un·e collègue pour gagner du temps et permettre à la famille de rentrer plus tôt, voire qu’ils ne seront pas plus présents la prochaine fois #optimisme). Ayant un enfant porteur de troubles des apprentissages, c’est aussi un soulagement de voir et d’entendre année après année des enseignant·es soucieux/ses de mettre en place les aménagements nécessaires à la bonne marche de son instruction, voire de récolter des conseils sur l’accompagnement que nous pouvons mettre en place à la maison, quand ce n’est pas moi qui dispense des recommandations. Mardi, plusieurs mamans m’ont remerciée de mon investissement pour leur enfant : en un sens, cela me touche, car l’opinion publique est rarement du côté des enseignant·es et du soutien est toujours bon à prendre ; d’un autre côté, les aménagements ne sont pas une faveur que j’octroie, c’est une part incontournable de mon travail, une obligation légale et morale, car, même si j’ai eu par le passé des collègues insensibles à ces questions, je ne me vois pas laisser un·e élève en souffrance.

Le dernier point de ma réflexion porte sur un cas rencontré en collège : une seule et unique fois dans ma carrière j’ai été amenée à dissimuler des choses à des parents pour protéger un élève de son père. Il s’agit d’un jeune homme de 4e, un peu agité, le genre petit rigolo mais pas méchant pour deux sous. Il ne posait pas de problème dans ma classe car j’avais réussi à le prendre en main et même s’il blaguait beaucoup il travaillait chez moi ; en revanche il était intenable chez d’autres collègues et j’étais intervenue à la demande d’une jeune collègue également contractuelle qui peinait à s’imposer pour qu’il se tienne tranquille. Elle officiait dans la salle en face de la mienne et j’avais profité de mon autorité sur ce jeune homme pour calmer le jeu et permettre à ma collègue de travailler dans de meilleures conditions, ce qui a fonctionné et je m’en réjouis pour elle #espritdequipe. En revanche, à la réunion parents-profs ça s’est gâté : j’étais visiblement la dernière que les parents venaient voir et j’ai très vite compris que le papa était un sanguin, prompt à avoir la main leste sur ses enfants, il avait déjà décidé de leur avenir professionnel et Madame n’avait voix au chapitre pour quoi que ce soit, en dépit de mes tentatives pour échanger avec elle. J’ai été une enfant battue (alors que j’étais une enfant modèle, même si rien ne justifie qu’on lève la main sur un enfant), j’ai évidemment été d’autant plus sensible à la soirée qui attendait mon élève au vu de ce que les collègues avaient pu dire et vu l’énervement du papa, ça n’augurait rien de bon. J’ai donc enjolivé la situation dans mon discours au papa, en expliquant que ses résultats étaient corrects (ce qui était le cas puisqu’il était à 12-13 de moyenne) et je lui ai dit qu’il ne posait pas particulièrement de problème de comportement chez moi (ce qui là encore n’était pas tout à fait inexact puisque j’arrivais à le canaliser). En partant, mon élève a murmuré un “merci”, qui m’a fait mal au cœur ; le lendemain en classe, nous en avons reparlé, il a confirmé mes soupçons concernant son père et je lui ai instamment demandé de veiller à modifier son comportement chez les collègues. Nous avons le devoir de communiquer avec les responsables légaux sur le parcours de l’enfant, mais nous avons aussi le devoir de protéger nos élèves, et j’estime avoir fait le bon choix. On m’a déjà questionnée que ce que je pensais de telle ou telle politique éducative : je suis toujours du côté de mes élèves, dans le cas que je viens de relater, ça a été ma posture, et je le referai sans hésiter si la situation l’exigeait, il est toujours temps ensuite ou avant de remédier au problème en interne, avec le reste de l’équipe pédagogique, la vie scolaire ou la direction. Car nous sommes d’abord une équipe au service de l’avenir de nos élèves. Discours Bisounours ? Peut-être, c’est en tout cas ma conviction.

Image par lxxxm379 de Pixabay


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search