Remerciements

Je n’étais pas destinée à écrire une thèse. Parce qu’issue d’une longue lignée de travailleur·ses pauvres, parce que femme, parce qu’autiste. Et pourtant, elle est là. À la fois malgré et parce que tout cela.

L’étape des remerciements est, à mon sens, le passage le plus important d’une thèse. Il est celui que tous les lecteurs et toutes les lectrices d’une thèse lisent, en général bien avant d’aller consulter la table des matières ou l’introduction. Car c’est ici qu’on peut entrapercevoir les coulisses de la thèse, quelques instants de vie qui ont contribué à l’élaboration de la prose désormais livrée au regard extérieur. Dans ces loges de la recherche, on croise une quantité de personnes aux profils bien hétérogènes, de la/du chercheur/se la/le plus confirmé·e au simple lambda qui apporte le soutien moral ; l’un·e comme l’autre, en dépit de leur rôle inégal dans le monde scientifique, sont indispensables à celle ou celui qui compose. C’est pourquoi j’ai beaucoup de plaisir à écrire ces quelques lignes et à remercier celles et ceux qui m’ont accompagnée au cours de ces années de doctorat.

En premier lieu, je tiens à dire ma plus profonde gratitude à Corinne Beck, ma directrice de recherches. Elle est arrivée à Valenciennes au moment de mon entrée en master, et j’ai vite compris que travailler sous sa direction impliquait exigence et rigueur intellectuelle, mais aussi bienveillance et curiosité… bien souvent au-delà de ce que les sources peuvent donner.

Je remercie également Yves Junot, Gilles Lecuppre, Christelle Loubet, Emmanuelle Santinelli et Tim Soens d’avoir accepté de discuter de mon travail dans le cadre du jury.

Une thèse en histoire ne peut se concevoir sans sources et ce travail de recherche m’a conduite dans bien des centres d’archives, à la rencontre de bien des professionnel·les des sources écrites. Parmi elles et eux, j’aimerais dire ma reconnaissance à Guillaume Brockaert, archiviste municipal de Valenciennes, qui m’a accompagnée pendant toutes ces années avec toujours beaucoup d’intérêt pour mon travail ainsi qu’à Marie-Pierre Dion pour l’accès aux manuscrits de la Bibliothèque Municipale. Je leur joins les personnes des différents centres d’archives fréquentés, aussi bien en France (Cambrai, Douai, Lille, Maubeuge) qu’en Belgique (Mons et Bruxelles). Dans cette aventure, j’ai choisi de joindre le vestige matériel au texte, et j’ai reçu l’appui du personnel du Service Archéologique de Valenciennes, et en particulier d’Arnaud Tixador, qu’ils soient tous remerciés de leur aide et conseils.

Comment ne pas évoquer le professionnalisme du personnel des bibliothèques ? Au premier chef il me faut citer Michèle Lebrun, qui ne se départ jamais de son sourire et de son enthousiasme face à une recherche en construction. Mener un doctorat en histoire médiévale dans une université relativement jeune implique de devoir recourir très fréquemment au Prêt entre Bibliothèques si l’on veut accéder à une littérature de qualité et manquante de nos étagères, faute de budget, mais aussi faute d’ancienneté dans le paysage … À ce titre, j’ai une pensée toute particulière pour Robert et Lucie Fossier qui ont choisi Valenciennes comme terre d’accueil de la bibliothèque de ce grand historien. J’ai puisé dans ce legs des trésors d’une valeur inestimable et dont la disponibilité constante a constitué un grain de temps important.

Au cours de ces années, j’ai reçu les encouragements et les suggestions de membres de la communauté universitaire, soit au cours de discussions de vive voix, soit par mail lorsque je me suis résolue à les solliciter ; aussi à ce titre j’ai plaisir à remercier Philippe Guignet, Jean-Marie Cauchies, Sandrine Lavaud, Thierry Dutour, Judith Rainhorn.

Il me faut maintenant citer le Cercle Archéologique et Historique de Valenciennes et son arrondissement ainsi que le Comité de Sauvegarde du Patrimoine Valenciennois. Leurs sollicitations m’ont permis d’aller à la rencontre du grand-public et de rendre aux Valenciennois·es un peu de leur histoire : ce lien entre recherche académique et diffusion auprès des non-universitaires m’a enrichie plus que je ne saurais le dire.

Au xxie siècle, faire une thèse c’est participer à une communauté virtuelle grâce à laquelle on est quotidiennement au contact d’autres chercheurs et chercheuses. La mienne est bâtie essentiellement autour de Twitter, je ne peux ici tous et toutes les citer mais j’aimerais dire un merci sincère à Caroline Muller, Véronique Beaulande, Émilien Ruiz, Jean-Dominique Delle Luche, Thomas Areal, Guillaume Pollack, Laura Tatoueix, Catherine Kikuchi, Lise Saussus, Kévin Troch, Sébastien Fray, Claire Placial, Emmanuel Melin, Mickaël Wilmart, Pauline Ferrier‑Viaud, Stéphanie Chapuis-Despres, Élodie Pinel, Tania Lévy, Akhésa Moummi, @lombregrise, @_Mme_E, @mahaut_h, @kler_h, Damien Petermann, Fadi El Hage… Je leur suis redevable de bien d’encouragements, de suggestions de lectures, de documents d’archives et aussi de fous rires.

En parallèle de ces années d’archives, j’ai été amenée à enseigner dans plusieurs lieux où j’ai pu présenter mes travaux de recherches, aussi bien à l’Université de Valenciennes que dans les collèges du Valenciennois et du Val de Sambre. En particulier j’ai une pensée émue pour mes élèves de 5e du collège Léo Lagrange de Fourmies, qui ont manifesté un intérêt soutenu pour mon travail, et ce même après avoir quitté ma classe.

À mi-chemin entre le monde universitaire et la vie privée, il y a aussi celle que je vois à la fois comme ma petite sœur et la béquille indispensable toujours prête à m’aider lorsque je bataille avec QGIS. Au fil des années, nous avons beaucoup appris l’une de l’autre, et c’est un vrai bonheur de t’avoir dans ma vie, Marie, merci d’être là !

La thèse est parfois nocturne et mes deux tigresses de salon se sont toujours relayées, assises sur un coin de mon bureau, pour me regarder m’agiter devant mon écran, parfois baillant, parfois ronronnant, peu importe l’heure, mais toujours présentes. Les animaux ont une histoire, Cléa et Nougatine sont aussi un pan de cette thèse.

Enfin, j’aimerais dire merci et pardon à mes deux piliers de vie. Mon loulou, bien qu’enfant unique, tu as grandi avec la thèse comme une sœur avec laquelle il t’a fallu partager ta maman. Merci de n’avoir jamais cessé de tambouriner à la porte de mon bureau, quitte à t’endormir devant elle à de nombreuses reprises.

Il me reste à souligner le rôle essentiel de mon mari, pour lequel les mots me manquent. Comment souligner dans sa juste dimension l’aide apportée pour la recherche bibliographique, les séances photo aux archives, le montage de posters ou plus prosaïquement la confection de plateaux-repas ?

Image par Myriam-Fotos de Pixabay


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search