Hommage à Samuel Paty : que s’est-il passé dans ma classe ?

La semaine dernière, un mail du Ministère nous invitait à rendre hommage à Samuel Paty, sauvagement assassiné il y a un an pour avoir rempli une mission de service public. Dans un premier temps j’étais quelque peu chagrinée de recevoir cette demande seulement une semaine avant le jour dit, car cela ne laissait que peu de temps pour préparer la chose. Le mail s’accompagnait d’un renvoi à une page Eduscol qui contient des ressources mobilisables.

Restait qu’avec la préparation des cours, les corrections de copies et le bouclage de la thèse, ça me paraissait impossible. Et puis je me suis rappelée que le mail contenait cette phrase : “Les écoles et établissements pourront notamment organiser un temps de recueillement en mémoire de Samuel Paty, et consacrer une heure de cours du vendredi 15 octobre 2021 à un temps d’échanges, dont le contenu sera laissé au choix des équipes en fonction de leur situation respective”. Ce qui laisse déjà une grande marge de liberté. Par ailleurs, dès cet été, j’avais programmé en EMC avec chaque classe de Seconde un bloc de séances consacrées à la laïcité et la liberté d’expression, durant lesquelles j’envisageais de revenir sur ce triste évènement. Je n’étais donc pas forcément dans l’optique de proposer quelque chose de formel à la date anniversaire, mais plutôt à un autre moment de l’année, à l’écart des interventions politiques et peut-être trop marquées par l’émotion. Enfin, un mail de ma cheffe d’établissement nous demandait simplement de faire respecter une minute de silence après la récréation du matin, libre à nous ensuite de gérer notre temps comme nous le souhaitions.

J’avais donc, pour cette heure, choisi de faire avec ma classe la très courte évaluation prévue, puis de leur dire que nous allions observer une minute de silence, en leur expliquant qu’il s’agissait de rendre hommage à ce collègue brutalement disparu. En dépit des horreurs que traverse notre société depuis que j’ai endossé mes baskets de profe, c’était la première fois que je vivais une minute de silence depuis le regard de l’enseignante. Comme tout le monde j’en ai vécu enfant, mais il s’agissait ici d’une nouvelle première fois. Plusieurs questions m’ont assaillie : quels mots choisir pour introduire la minute de silence ? Faut-il la faire durer réellement une minute (car nous avons tous et toutes déjà expérimenté une “minute de silence” de quelques secondes) ? Faut-il projeter une image, et le cas échéant laquelle ? Où me placer dans la classe pour ce temps ? Que faire des rires nerveux ? La question la plus épineuse était pour moi la dernière : lorsque j’étais enfant, les évènements graves me touchaient tellement que je me sentais très mal à l’aise lorsque le moment était venu de faire silence et je n’arrivais pas à contrôler ce rire de soupape. Et si la situation se produisait en tant qu’adulte ? Et si un·e de mes élèves était dans le même cas ? Comme toujours je m’inquiétais pour rien.

Je n’ai finalement pas préparé de texte, préférant parler à mes élèves avec l’éthique professionnelle qui est la mienne et surtout avec mes émotions. Je leur ai présenté dans quel contexte le Ministère nous avait demandé d’organiser cet hommage, comment je le concevais, et ai exposé la demande de notre proviseure. Mes élèves se sont parfaitement comporté·es et la minute de silence a bien duré une large minute, debout, moi finalement derrière mon bureau, à la place qui incarne celle qu’occupait Samuel Paty. Une fois le chrono écoulé, j’ai remercié mes élèves et les ai invité·es à se rasseoir. Je me suis ensuite assise sur la table qui jouxte mon bureau, chose que je fais souvent lorsque je vais m’adresser au groupe pour un temps d’échange libre, une sorte de rituel qui les renseigne sur ce que nous allons faire et qui me permet d’avoir une bonne vue d’ensemble de la classe puisqu’ainsi je suis plus haute que debout sur mes pieds. Je leur ai ensuite proposé d’échanger sur les évènements de l’an dernier et de répondre à leurs questions. Après un instant d’hésitation, les questions ont fusé de toutes part. Et alors que j’envisageais de n’y consacrer qu’un temps court puisque c’était inclus dans ma programmation annuelle, nous avons échangé toute l’heure, sans support, au débotté, me servant à la fois de mon savoir et de mon humanité. Cette séance d’EMC sans support est typiquement le genre de séance que j’aime mener. Les élèves n’ont rien écrit au cours de cette heure, et d’aucuns argueront qu’elles/ils n’en ont rien retenu. Je crois au contraire que ce type d’échange est bien plus porteur qu’une séance descendante fondée sur des textes de lois et philosophiques. Et finalement nous avons parlé liberté (le thème du programme d’EMC en Seconde), sous bien des formes, à travers des sujets très variés et, au-delà de leurs questions, les échanges entre élèves qui ont jailli manifestaient clairement les réflexions qui les animaient durant cet échange.

Pour autant, plusieurs questions m’ont déstabilisée, parce qu’inattendues et parce que touchant à la sphère personnelle. L’un de mes élèves m’a demandé pourquoi on faisait une minute de silence pour lui et pas pour les autres (en faisant référence à la collègue agressée et filmée dernièrement). Je crois sa question sans malice et même pertinente ; je lui ai expliqué que je comprenais son interrogation parce qu’effectivement, ces dernières années au sens large, de nombreux/ses collègues ont essuyé insultes, menaces, agressions en tous genres de la part d’élèves ou de personnes extérieures. Et que malheureusement si nous devions faire une minute de silence à chaque fois nous passerions nos vies dans le silence, ce à quoi il a acquiescé. J’ai ajouté qu’hier en formation nous avions discuté avec des collègues d’autres établissements de ce que nous allions mettre en œuvre, des consignes reçues de la part de nos équipes de direction… Et alors j’ai exposé à la classe qu’il me semblait important de discuter de tout cela dans ce cas précis car, au-delà de la commande hiérarchique à laquelle tout·e fonctionnaire doit répondre, l’assassinat d’un professeur d’histoire-géographie dans l’exercice de ses fonctions c’est une atteinte à la laïcité, à la liberté d’expression et aussi une atteinte à leurs libertés. J’ai mis en évidence le fait que l’un des objectifs des terroristes n’est pas seulement d’imposer leur vision d’une religion, mais in fine de régenter la vie de tout le monde, jusqu’aux vêtements qu’elles et ils portaient aujourd’hui. Et que combattre le terrorisme n’est pas seulement une affaire de croyances mais aussi de liberté de vivre comme bon nous semble. Les élèves ont alors soulevé la question des représentations qui sont associées aux libertés et les échanges qui ont suivi se sont déplacés sur d’autres thèmes que la religion, bien que toujours centrés sur la liberté d’expression ; ce fut un moment très riche, aussi bien pour les élèves que pour moi.

L’autre question qui m’a interpelée concerne mon vécu et mes émotions. L’une de mes élèves m’a demandé si j’avais peur de venir faire cours. Dans ces circonstances comme dans d’autres, il me semble bien plus pertinent de jouer la carte de l’honnêteté. J’ai donc expliqué que la recrudescence des violences à l’encontre du corps enseignant faisait que oui, bien sûr que j’ai conscience qu’il existe une possibilité pour que je sois assassinée à la sortie du lycée. A donc suivie fort logiquement la question “pourquoi continuer alors ?”. Au risque de passer pour une Bisounours je leur ai fait part de mon attachement aux valeurs de la République et de mon espoir de voir le monde de demain plus en paix et beau qu’il ne l’est aujourd’hui et que pour y parvenir le meilleur moyen était d’œuvrer auprès des jeunes générations. Et c’est finalement l’un des éléments qui est ressorti de l’échange avec les collègues hier : le meilleur hommage que nous puissions rendre à Samuel Paty c’est de continuer à faire notre métier du mieux possible.

Une élève m’a également questionnée sur mes pratiques, en me demandant si en classe je m’interdisais certains sujets ou certains supports, comme le font parfois certain·es collègues. J’ai alors parlé de nos bagages respectifs, de nos trajectoires de vie qui font que nous nous sentons plus ou moins à l’aise avec certains sujets. Je ne jette pas la pierre aux collègues qui ne se sentent pas capables d’enseigner avec des caricatures, que ce soit celles de Charlie Hebdo ou d’autres, ou qui craignent d’aborder certains sujets, car la peur est un sentiment humain et c’est tout à fait respectable. Je leur souhaite simplement d’arriver un jour à suffisamment de sérénité, non pas pour oublier leur peur, mais pour s’en affranchir. À titre personnel je ne m’interdis aucun thème ni aucun support, car je me sens suffisamment outillée pour le faire ; mais ça n’est pas forcément le cas de tout le monde, ce qui ne fait pas de ces collègues des professionnel·les moins légitimes ou capables, bien au contraire. Car il faut une grande force et une humilité pour reconnaître ses faiblesses et ses manques. Et ce sont des qualités essentielles à tout·e enseignant·e.

Image par Gerd Altmann de Pixabay


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search