Formation INSPE : que retenir du cours de didactique ?

N’ayant pas fait de Master MEEF, je suis cette année à mi-temps pour me donner la possibilité de suivre la formation des stagiaires lauréat·es de l’externe. Dans ce billet, je vous parle de l’un des aspects de la formation, celui dans lequel on parle transposition didactique.

Par qui, dans quelles conditions et à quel rythme ?

Cette partie de la formation se déroule chaque jeudi ou presque, à Nancy. Quand j’ai su que je devrais me faire la route chaque semaine ou presque pour y aller, j’ai pris peur. Parce qu’en partant de chez moi, ça me fait une bonne heure de trajet aller… et autant pour le retour. Donc beaucoup de fatigue, surtout que la conduite n’est pas une passion chez moi. Néanmoins j’ai plaisir à aller dans ce “cours”. Pourquoi ? Parce que nous sommes en petit groupe, à peine une dizaine (c’est donc ok pour moi au regard de l’autisme), uniquement des stagiaires en histoire-géo, et qu’il y a une bonne ambiance. Ça tient aussi au formateur : un collègue expérimenté, en poste (précision importante au vu de ce qu’on entend souvent sur les formateurs INSPE), et qu’il a une posture qui est celle qu’à titre personnel j’attendais des personnes chargées de dispenser les formations, c’est-à-dire ouvert à la discussion et pas enfermé dans des schémas rigides (là encore, comme on peut le lire sur le net ou l’entendre en salle des profs). Je me suis d’autant plus sentie à l’aise dès le départ qu’il m’a immédiatement demandé quels étaient les aménagements donc j’avais besoin et qu’il valorise les expériences que chaque membre du groupe peut apporter aux autres. Les journées se font donc dans une ambiance absolument pas descendante et ça met clairement en confiance.

Qu’est-ce qu’il s’y dit ?

Autant l’expression “transposition didactique” peut paraître théorique si on ne connaît pas l’expression, autant la réalité est finalement très concrète. Le programme annuel aborde des points aussi variés que l’enseignement du fait religieux, l’étude de cas en géographie ou l’évaluation, donc toujours directement en phase avec notre quotidien en établissement. Par ailleurs, il y a toujours un temps dédié à l’exposé des difficultés ou situations délicates que chaque membre du groupe peut rencontrer en établissement. À chaque fois des explications/solutions sont proposées à la fois par le groupe et notre formateur : systématiquement il s’agit d’un panel de possibilités, à charge pour nous d’y faire notre marché au gré de ce qui nous correspond. On travaille donc sur du très concret : l’exemple de l’étude de cas en géographie visait à nous faire monter une EDC en groupe à partir d’extraits de manuels, l’idée étant de repartir avec une séance clé-en-main. Donc des échanges entre pairs, avec des suggestions de notre formateur, dans un temps investi qui n’est pas “perdu” (formule peu adroite j’en conviens, mais on est dimanche et là encore je renvoie à ce qu’on entend/lit souvent sur les formations INSPE) puisque directement utilisable en classe. Ponctuellement le formateur complète avec des éléments théoriques, au gré des besoins.

Qu’est-ce que j’en retire ?

Comme vous pouvez vous en douter, je suis la plus expérimentée du groupe, donc très concrètement je n’apprends rien ou presque, mais je crois les conseils dispensés utiles et précieux pour mes collègues qui débutent. Pour autant, comme je le disais plus haut, j’ai plaisir à assister à cette formation car l’ambiance est bonne, ça me permet de réactiver des situations déjà rencontrées et donc de réfléchir à mes pratiques, et je peux justement valoriser ce que j’ai vu et fait, aussi bien en parlant de ce que j’ai réussi que ce que j’ai tenté et qui a foiré. J’ai notamment pu donner des billes à mes condisciples en matière de handicap, d’une part parce que ce qui relève de l’inclusion est un sujet auquel je suis sensible, et d’autre part parce que plusieurs collègues accueillent des autistes dans leur classe et que je suis plus calée que mon formateur sur le sujet (ce qui n’est pas surprenant vu l’état des connaissances sur l’autisme dans le monde médical en France, alors forcément auprès du reste de la population… #planautismemonoeil). Je peux donc partager à la fois mes connaissances scientifiques sur le sujet (merci ma bibliothèque qui se remplit d’année en année sur le sujet), mon expérience en tant qu’élève autiste et aussi en tant que prof accueillant des autistes puisque le cas s’est présenté plusieurs fois par le passé. Et au-delà de l’autisme, comme tout prof, j’ai eu dans mes classes mon lot de dysgraphiques/dyslexiques/dysorthographiques/TDA/TDAH et j’en passe. Je vais donc dans cette formation avec plaisir, et j’ai même réussi à agrémenter le temps de trajet en me mettant – enfin – à l’écoute de podcasts pour me mettre à jour sur certains sujets (et non je n’écoute pas que de la médiévale, je n’en écoute d’ailleurs que très peu).

Alors, vous allez me dire, “tu abuses, tu nous vends la formation stagiaires comme étant du rêve alors que les témoignages pleuvent tous les ans sur l’indigence de la formation”. Bien évidemment, loin de moi l’idée de remettre en cause le vécu des un·es et des autres. Mais je crois aussi qu’il est important de dire quand il y a quelque chose de positif, même si cela ne concerne qu’une petite partie de la formation.

Image par Gerd Altmann de Pixabay


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.