Premiers cours et organisation personnelle

Aujourd’hui j’ai donné mes premiers cours comme stagiaire. Dans ce billet je vous parle de comment j’ai vécu la journée et de comment je m’organise dans le travail… pour l’instant.

Rechausser mes ballerines de professeure

Mes derniers cours donnés datent de 2019, exception faite des leçons particulières pour l’enfant. Une éternité. En août j’ai été assaillie d’un tas de doutes : est-ce que je vais y arriver ? Est-ce que le lycée est fait pour moi ? Ai-je assez de maîtrise des deux disciplines pour gérer ? Et si je faisais fausse route en revenant dans l’enseignement ? La préparation des premières séances m’a pris une éternité. L’impression d’avoir tout oublié. Et la peur de mal faire. Absurde me direz-vous, j’ai déjà une expérience conséquente, j’ai été inspectée en 2017 et ça s’était très bien passé, j’ai progressé depuis, aucune raison de m’en faire. Oui mais bon, on ne se refait pas. Et puis la grosse différence avec l’avant c’est que dans le cas présent il y a un enjeu : la titularisation. Autant dire qu’il faut assurer sur tous les fronts (on reviendra sur ce sujet).

Si la pré-rentrée s’est passée à merveille, à quelques heures de la rencontre avec mes classes… j’ai vécu l’angoisse de la rentrée. Une nuit terrible. Alors que j’ai besoin de minimum 8h de sommeil pour être capable de mettre un pied devant l’autre, à 1h15 cette nuit je ne dormais pas encore, tandis que le réveil devait sonner à 6h45. C’est donc avec cinq grosses heures de sommeil dans les yeux que je me suis traînée au lycée. Cours à 9h, mais il fallait que j’arrive tôt pour régler la question épineuse de mon code de photocop #lesvraissachent et de comment on fait pour ouvrir une session sans identifiants #theBIGquestion. Car sans ordinateur je ne fais pas grand-chose. Ou du moins je suis beaucoup moins à l’aise, pour un tas de raisons (là encore on y reviendra).

3, 2, 1… “Bonjour à toutes et à tous, vous pouvez vous asseoir !”

À mon grand soulagement, mon gestionnaire a réglé la question de mon code de photocop sur le champ et une collègue m’a donné les codes d’une session test élève. J’ai donc eu tout le loisir de sortir les indispensables à ma journée et suis montée installer mes petites affaires. Comme tout le monde j’aime que tout soit installé quand j’accueille les petits grands n’enfants à la porte de ma salle. Car “privilège” du handicap, une salle attitrée (et sans doute partagée, mais ça n’est pas un problème sur le principe), c’est l’une des conditions sine qua non pour moi. Le déménagement d’un jour à l’autre j’ai testé et non merci plus jamais, pire encore d’une heure à l’autre. C’est juste impensable. Est arrivé le moment fatidique : la sonnerie de 9h.

Et la magie a opéré. Tout m’est revenu : où poser ma voix, penser à boire régulièrement, les regarder à tour de rôle, penser à solliciter celles et ceux qui s’efforcent d’être la/le plus transparent·e possible, donner des points de comparaison qui leur parlent, lire dans les corps si mon discours est intelligible… Comme si le temps s’était suspendu depuis la dernière fois. J’ai enchaîné les classes toute la journée, trois pour cinq heures de cours, les trois autres viendront prochainement.

Quel bilan pour cette journée ?

Déjà, j’ai passé une super journée. Les classes ne se ressemblent pas du tout, certaines se sont mises au travail tout de suite, pour d’autres je sens qu’il va falloir les secouer davantage. Ensuite, c’est fou comme on est tout de suite moins fatiguée quand il n’y a pas – ou très peu – de discipline à gérer ! Je me sens fatiguée, mais différemment de ce que j’ai vécu en collège : là c’est surtout le manque de sommeil de la nuit dernière qui pèse. Physiquement parlant c’est sans commune mesure, le lycée est beaucoup moins énergivore que le collège, et pourtant toutes mes classes sont à 35, là où en collège je n’avais que des classes d’environ 24 #REP/REP+bonjour. J’avais clairement prévu trop ambitieux pour ces premières heures en termes de contenus, mais ça n’est pas bien grave, ma priorité c’est de créer une relation de confiance et de mettre en place une dynamique de travail. Les classes ont travaillé et sont reparties avec du travail, certain·es élèves que j’ai senti moins assuré·es m’ont appelée pour que je réexplique les consignes, et ça c’est un signe très positif.

“Ah oui mais toi tu es très organisée”

M’a dit un formateur cette semaine. Avec un TDA et un trouble des fonctions exécutives il vaut mieux sinon c’est la foire. Alors comment j’organise mon travail cette année ? Au cours de mes divers remplacements j’ai testé plusieurs techniques de gestion : le cahier avec tableau bien propre qui ne dure que la première semaine, le cahier avec tout à la suite, les feuilles volantes… Depuis, la décompensation du diagnostic aidant, j’ai appris à faire autrement. Je reprends l’idée de gérer avec des feuilles Excel, puisque de toute façon je ne vis plus sans ordi, pour plusieurs raisons. J’ai donc créé un classeur, une feuille par classe, avec le déroulé prévisionnel de mes séances, les devoirs à donner, le travail réellement effectué en classe, les devoirs effectivement donnés et l’appareillage date-période-situation dans le programme. Combien de temps ça va durer ? Je ne sais pas. Mais j’ai bon espoir de m’y tenir, surtout que le tableau est continuellement ouvert pendant mon cours sur mon ordi portable, celui de la salle servant à mon diapo, et j’ai pu mesurer aujourd’hui combien ça me simplifie la vie et m’aide dans le déroulé de ma séance.

Nouveauté pour cette année si particulière, je vais tenir – ou du moins essayer – un journal de bord : avec qui ai-je échangé aujourd’hui, sur quel sujet, choses à voir avec qui la prochaine fois, puis un paragraphe concernant mes classes, avec des ébauches de réflexion sur le comportement des élèves face aux activités, des pistes de modification du cours pour l’an prochain ou des idées pour d’autres chapitres… Là encore, on verra combien de temps j’arriverai à écrire, mais je pense que ça peut avoir son utilité, et pas seulement parce que ça peut servir mes intérêts pour les enjeux de l’année #waitandsee

Image par Thanks for your Like • donations welcome de Pixabay


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search