Premières réflexions autour de la formation INSPE – partie 1

Me voilà donc professeure-stagiaire, ou un statut approchant (cf. le billet qui suit ce billet et que je n’ai pas encore écrit #enretard), avec obligation de suivre la formation INSPE dédiée, puisqu’en poste à mi-temps.

Est-ce une bonne idée d’écrire un ou des billets sur la formation INSPE ?

Jeudi, j’ai tweeté ceci :

Sans surprise les réponses ont été de deux types : une très nette majorité, critique à l’égard des formations de l’INSPE, avec des réactions allant des positions scandalisées face à l’indigence de certains propos jusqu’à de l’humour, et une minorité m’indiquant – certain·es avec bienveillance, d’autres de la condescendance – qu’on a toujours à apprendre. Il ressort de la cinquantaine de réponses que la formation des jeunes enseignant·es est un sujet sensible. C’est ce qui m’invite à mener ma propre enquête, me faire mon propre avis, et à partager ce que j’entends, ce que je vois. Une âme bien intentionnée m’a mise en garde sur le sujet : si ça passe mal auprès des personnes compétentes, ça peut avoir un impact négatif sur ma titularisation. J’en suis pleinement consciente. C’est pourquoi je clarifie ici ma position : l’idée n’est pas de railler les formations ou d’en faire une promotion aveugle. Mais plutôt de réfléchir à ce que les formations m’apportent, ce qu’elles ne m’apportent pas, ce que j’aimerais y voir, ce qui me paraît utile, ce qui est raccord avec ce que j’ai déjà expérimenté et ce que je vais expérimenter dans les prochains mois. Car en tant que professeure, et plus encore comme professeure d’histoire-géographie, le regard critique sur le monde qui m’entoure est le fondement de mon travail et de la formation universitaire que j’ai reçue. Vous ne trouverez donc pas ici de discours partisan, de courbettes, ou de noms de formateur/trices. Mais davantage du contenu, des hypothèses, des questionnements en cours et pourquoi pas, des échanges, que ce soit avec d’autres stagiaires ou des collègues plus chevronné·es. Cette posture réflexive est depuis longtemps au cœur de mes pratiques professionnelles, de façon plus ou moins formalisée, et je pense en toute bonne foi être dans les clous vis-à-vis du cadre réglementaire qui régit le travail de toute fonctionnaire. Naturellement, si une conversation avec un·e membre de la hiérarchie venait à m’expliquer en quoi ma démarche contrevient à mes obligations professionnelles, je me plierai bien volontiers à ce que cette personne m’indiquera. En tout état de cause, inutile de chercher dans mes billets une opposition systématique ou gratuite à ce qui vient “du dessus”, ça n’est pas l’idée de ma démarche #desopasdeso.

L’accueil des stagiaires par la hiérarchie

Le programme prévoyait une rencontre avec M. le Recteur jeudi matin, par visio pour les stagiaires à mi-temps, finalement reportée à une date indéterminée à ce jour. Cette annulation a suscité une remarque chez l’un de mes tous jeunes condisciples hier après-midi, qui a expliqué que cet accueil par la plus haute autorité de l’académie avait été décalé “sans qu’on sache pourquoi”. J’ai écrit “tous jeunes” : nullement condescendance, simplement la remarque, sans grande surprise en fait, que la plupart des stagiaires sort du Master MEEF et n’a qu’une maigre expérience du métier et a donc un peu moins de 25 ans. J’ai donc dix ans d’écart avec le groupe, un atout et un inconvénient, on y reviendra. En tout état de cause, je n’ai pu m’empêcher de penser que sa remarque n’est pas ok avec l’attitude à avoir vis-à-vis de la hiérarchie : si l’allocution du Recteur a été reportée, c’est qu’il n’est pas disponible, et la ou les raisons ne nous regardent pas et nous n’avons pas à la/les connaître. Cela n’est pas propre à l’EN ou à la fonction publique en fait, dans quel métier demande-t-on des comptes à un·e chef·fe quant aux motifs de son absence ? Je crois la remarque de ce collègue sans malice et je suis convaincue qu’il apprendra vite et sans difficulté à se repositionner sur ce genre d’aspect. Quant à moi, j’ai pu mesurer qu’il s’agit pour moi d’un point acquis, même si je ne suis pas à l’abri d’une bourde spontanée #autismebonjour.

L’accueil des stagiaires a donc eu lieu hier matin, par les IPR d’histoire-géographie. Chacun d’entre eux a pris la parole à tour de rôle, pour aborder des sujets variés tels que la posture de l’enseignant, la pédagogie, les droits et devoirs des fonctionnaires, les modalités de titularisation. Je ne vous copie-colle pas ici les notes que j’ai prises, car ça couvre trois pages (Word of course, puisque je ne suis plus en mesure depuis longtemps d’écrire à la main aussi longtemps #dysgraphiebonjour), et je ne peux pas relayer dans ce billet l’ensemble des thèmes et propos abordés. Car ces deux heures ont été très denses. Je ne sais pas si mes jeunes collègues ont pris la mesure de l’importance des discours des IPR, peut-être certains propos leur auront paru abstraits en raison de leur expérience réduite du terrain. Peut-être leur reviendront-ils en mémoire dans quelques temps, lorsque certaines phrases entreront en résonance avec une situation vécue. Avec l’expérience qui est la mienne, ces discours font sens et m’ont souvent rappelé des choses expérimentées.

Qu’est-ce que ça m’a apporté ?

Je suis dans les murs de l’EN depuis suffisamment longtemps pour savoir sur bien des points comment fonctionne la maison. En tant que contractuelle je n’ai pas été accueillie d’une quelconque façon : pour mon premier remplacement en 2011 #lavieillesse, mon recrutement s’est fait par téléphone, après l’envoi d’un CV et d’une courte lettre de motivation, pas de question, pas de contact avec un·e IPR, juste la gestionnaire qui m’appelle et qui me demande si je suis ok pour faire un remplacement dans le collège Machin. Aucun contact avec la hiérarchie, aucune formation, je me suis donc présentée directement au chef d’établissement et vogue la galère ! À mon retour dans le second degré en 2017, changement de programme : entretien avec l’une des IPR d’histoire-géographie, d’une durée limitée, qui a surtout porté sur les grandes lignes du bassin d’affectation (zone sinistrée socialement et économiquement) et l’impact d’un temps plein sur la bonne marche de la thèse. J’avais par ailleurs déjà un poste assuré pour l’année, que je savais vacant, sans TZR affecté·e selon la gestionnaire en charge des affectations, dans un coin où personne ne veut aller #leboutdumonde et mon nom avait déjà été glissé au chef. Donc dans ce cas une forme d’accueil par la hiérarchie tout de même. Ainsi, pour avoir vécu le saut dans le grand bain sans filet et sans personne pour “ouvrir la porte”, je ne sais que trop combien ça peut compter une rencontre avec l’un des échelons au-dessus avant de commencer. Et finalement, même pour moi qui suis une “vieille” prof, j’ai apprécié de bénéficier d’un peu de temps de ces personnes très occupées (et je le dis sans aucune ironie, je vous vois venir #noussachons). Ils ont d’ailleurs présenté la palette de leurs attributions, qui laisse entrevoir leur quotidien.

Au-delà de cet accueil, le contenu de leurs propos m’a paru important, c’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai pris tant de notes. Ils ont clairement exprimé leur position sur le fait qu’il n’y a pas de pédagogie officielle, que c’est normal de se tromper (un mantra que j’avais affiché dans ma salle à Fourmies d’ailleurs, au grand soulagement des élèves), que tout le monde foire des séances même après vingt ans de métier et qu’ils attendent de nous d’expérimenter des choses. Et plus encore de nous interroger sur pourquoi ça fonctionne ou pas et comment on mesure ce qui fonctionne ou pas. Ces recommandations rejoignent totalement ma façon d’être et d’exercer mon métier, c’est donc un grand soulagement et un grand réconfort de savoir que mes interlocuteurs privilégiés sont sur cette ligne de conduite, car de cette façon ils s’inscrivent en position de personne-ressource. Je vais donc précieusement garder ces notes et les relire de temps à autres en période de doute intense – qui ne va pas manquer d’arriver #syndromedelimposteur.

J’ai particulièrement apprécié leur discours lucide sur notre mission et l’institution qui nous accueille. Ils sont certes les relais des consignes ministérielles, forcément orientées en fonction du bord politique du Ministre, ce qui n’exclut pas d’être au clair sur les enjeux, notamment sociaux de l’École. Je songe par exemple à une étude canadienne (référence à venir quand je l’aurai récupérée), convoquée par l’IPR, qui met en évidence trois facteurs déterminants pour faire progresser les élèves : la famille (70 %), l’établissement et sa gouvernance (20 %) et l’effet de maître (10 %). L’impact de l’enseignant·e est certes limité, mais compte tout de même. Ont été évoqués l’ennui, l’un des fléaux de l’école française, le désintérêt des élèves pour certaines matières, l’image parfois lourde du métier qui est relayée dans les médias et l’opinion publique #teamfeignasse. On est donc bien loin de l’image angélique du métier au cœur des discours de certains membres de la hiérarchie rapportés ça et là dans la presse ou par des collègues. Leur discours a toutefois été équilibré, puisqu’ils ont évoqué les joies, la satisfaction que l’on peut tirer du métier sur bien des aspects. Tout ceci me laisse à penser que mes IPR peuvent être de véritables soutiens dans des périodes de moins bien.

J’ai aussi apprécié la large recommandation à adopter une démarche réflexive vis-à-vis des valeurs de la République, comment les faire partager, comment continuer à se former, les discours parfois aigris en salle des professeurs, l’usage du numérique. Certaines suggestions m’ouvrent des chantiers de réflexion sur lesquels je ne m’étais pas penchée jusque-là. Est-ce que j’aurai le temps de m’en soucier cette année ? Je ne sais pas, mais en tout cas c’est là quelque part.

In fine, ces deux heures passées en leur compagnie m’ont apporté beaucoup. Pas tant en termes de contenu, que je connais, que je partage, mais davantage parce que ça a boosté ma confiance en moi pour assurer mes premières heures. Je suis cette année en lycée, une demande de ma part qui a été exaucée (voir le billet que je n’ai pas encore écrit), avec la charge de bébés 2nd. Bébés parce que ce sont des 3e avec deux mois de plus : ces élèves ont donc franchi une étape, mais sont encore en construction et démarrent un nouveau cycle, parfois dans des locaux nouveaux, et dans une communauté où ils et elles ne sont pas les plus ancien·nes. Autant de règles de vie, de sociabilité, de méthodes de travail qu’il leur faut acquérir. J’avais donc un peu d’appréhension, en dépit de mon expérience, avec plusieurs classes de 3e au compteur. Avec leur discours, je me sens assurée dans mes ballerines, toute appréhension s’est envolée. Et ça c’est précieux.

Image par Paul Brennan de Pixabay


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search