Organisation et rapport au temps de travail et de repos en période de correction de la thèse

La route a été sinueuse, mais j’ai enfin terminé la première vague des corrections. Peut-être ai-je été longue au regard d’autres doctorant·es, mais l’important pour moi est d’avoir franchi cette étape.

Attention : ce billet est un peu plus long que ceux que j’écris d’habitude, et vu mon état de fatigue il est possible que je ne sois pas aussi cohérente que d’ordinaire. N’hésitez pas à me signaler si des choses ne sont pas claires.

Objectif : finir

Au fil des années, j’ai systématiquement ou presque, envoyé à ma directrice mes productions : propositions de communication, communications, articles, recensions, chapitres. L’an dernier, elle m’a dit qu’elle souhaitait que je lui remette la thèse complète pour pouvoir faire une lecture d’ensemble avant qu’on attaque les corrections. Car il est vrai que j’ai tendance à écrire dans le désordre, au gré de mon centre d’intérêt du moment. Chacun et chacune se souvient des évènements qui m’ont particulièrement secouée l’été dernier, et m’ont conduite à être placée sous antidépresseurs, traitement qui court toujours aujourd’hui (malfaisant·es on vous voit). J’ai alors fini comme je le pouvais la version 1 de la thèse. J’étais déjà satisfaite de moi, à pouvoir me dire “ça y est, ça vaut ce que ça vaut, mais j’ai quelque chose à présenter”. Ma directrice a donc lu et annoté chaque fichier. Nous avons ensuite travaillé par séances Skype, en reprenant les fichiers un par un, dans l’ordre. À chaque fois elle a explicité ce qui posait problème, m’a donné des conseils pour réagencer ou muscler mon argumentaire, suggéré des lectures pour affermir mon appareillage bibliographique. Nous avons travaillé à mon rythme, au gré de mon état de fatigue et de ma capacité à me remobiliser. Comme chaque année, la période hivernale a été plus dure. Et puis aux alentours de Noël, je me suis fixé l’objectif de boucler les corrections au début de l’été, soit un an après l’écriture de la V1. Initialement j’espérais toucher au but le 1er juin, date butoir que j’ai dû décaler pour cause de soucis de santé qui se sont ajoutés. Je m’étais donc dit : la limite est le 1er juillet.

Au cours des deux derniers mois, j’ai donc intensifié la cadence. Systématiquement, j’avais prévu un temps de repos le week-end, autant que possible deux jours complets sans travail, au moins le dimanche le plus souvent. Ce dernier mois, pour tenir les délais et rattraper le retard pris sur certains chapitres, j’ai supprimé les temps de pause hebdomadaire, donc du travail sept jours sur sept, à raison d’une dizaine d’heures par jour. Autant que possible, évitez cela. Car cela génère non pas une fatigue, mais un épuisement complet. Je ne regrette pas de l’avoir fait car l’objectif est atteint et je me sens soulagée de pouvoir profiter de vraies vacances.

Des outils pour s’organiser

Concrètement, comment organiser son temps de travail ? La question est sensible lorsqu’on vit avec un trouble de l’attention, qui se traduit chez moi, entre autres, par une certaine appétence à la procrastination. Il me faut donc quelque chose de très carré. Comme d’autres, j’ai un temps organisé mes tâches avec un bullet-journal. Que j’ai fini par abandonner car je passais mon temps à recopier des tâches non faites. Je suis ensuite passée à l’appli ToDo de Microsoft, que j’utilise toujours, en particulier pour les tâches régulières, comme arroser les plantes ou l’actualisation Pole-Emploi. Mais l’appli me gênait dans l’organisation du travail car elle fonctionne sous forme de listes et on ne peut pas visualiser les choses d’un coup d’œil, sous forme de tableau organisé par type de tâches par exemple. Je suis donc allée vers l’un de mes outils favoris, le très honni Excel. Mon fonctionnement est très simple, une feuille par semaine, avec la date du premier jour de la semaine comme nom de feuille. Et à l’intérieur de chaque feuille, deux tableaux, l’un avec le programme théorique et l’autre avec le programme effectif.

Ce programme théorique comprend toujours quatre parties : ce qui touche aux recensions en cours (lecture et écriture), le travail sur mes corrections de thèse, les lectures pour la thèse, et les rdv divers et variés comme le médical ou aller rechercher l’enfant à l’école. Ce programme je le monte le samedi ou au pire le dimanche. Je sais que certaines personnes montent leur planning de travail le lundi mais c’est une pratique que je déconseille, car elle implique qu’on ne commence pas à travailler dès le lundi matin. Et avec ma tendance à procrastiner #mercileTDA c’est une très mauvaise idée. En montant ce planning le week-end, je sais que dès le lundi matin je suis au charbon. Le tableau de gauche ne bouge pas, c’est ce qui est prévu. À long terme, il me permet de prendre conscience de ma progression sur plusieurs mois. Le tableau de droite se vide au fur et à mesure, je supprime les tâches quand elles sont faites. J’essaye de prévoir des journées raisonnables en termes de charge de travail, mais la capture d’écran ci-dessous vous montre que j’ai encore trop tendance à surestimer mes capacités. Ceci dit, ce fonctionnement me permet de percevoir les moments où j’ai une baisse de régime et de corriger le tir par la suite. J’ai pris l’habitude de ne me focaliser que sur ce qui est prévu sur la journée : ce qui veut dire que si j’ai tout bouclé à 14h, je suis libre le reste du temps. Avant, j’en aurais profité pour avancer la journée du lendemain ou ajouter des tâches supplémentaires. J’ai changé de stratégie et j’inclus plutôt des temps de repos, qui sont finalement tout aussi nécessaires que cette lecture supplémentaire. Que faire des tâches non effectuées en fin de semaine ? Tout simplement les reporter sur la semaine suivante.

Revoir l’ordre des priorités

Il y a un ordre de priorité dans ces quatre colonnes : la partie domestique on va dire, incompressible, mais réduite le plus possible, puis les corrections de thèse, puis les lectures pour la thèse, et ensuite ce qui touche aux recensions (j’ai des projets d’articles sous le coude mais je garde ça pour la fin de l’été). Globalement je fonctionne bien avec ce système, car il m’a permis de rendre trois recensions depuis mars et j’en ai une quatrième qui est presque achevée.

J’ai dit stop aux communications. D’une part parce que le distanciel ne me convient que moyennement en termes d’échanges avec le public (même si je suis beaucoup de formations et colloques/séminaires en ligne et apprécie le distanciel #paradoxe), d’autre part parce que la priorité est à la fin de la thèse. Donc il faut faire des choix. Et puis je me dis que mon CV est déjà bien rempli en communications en tous genres.

J’essaye de me faire violence sur les lectures également. J’ai trié les articles pour ne garder que ceux vraiment indispensables : les auteurs incontournables, les articles qui traitent de thèmes jamais abordés par d’autres, et priorité à ceux qui parlent d’une ville de ma région pour faciliter les comparaisons avec mon cas d’étude. Idem pour les livres. Dans les deux cas j’ai modifié mes habitudes de lecture : je ne prends presque plus de notes papier. Je le faisais systématiquement en début de thèse et ça m’a beaucoup aidée à assimiler des infos. Mais là je dois penser efficacité et rentabilité pour la thèse. Donc j’utilise des mini post-it, placés sur la ligne où se trouve une info intéressante, et quand j’ai terminé la lecture de l’ouvrage, je fais une saisie du tout dans Zotero et j’insère l’ensemble dans mes chapitres de thèse. On m’objectera peut-être que c’est du saupoudrage. Je ne le vois pas comme cela, dans la mesure où je ne me contente pas de mettre une note de bas de page pour caser la référence : je reprends mon texte pour expliciter ce que dit l’auteur/autrice et comment ça confirme/infirme ce que je constate pour mon objet d’étude. J’insère donc des pièces supplémentaires du puzzle et l’ensemble donne une dimension plus profonde à ma réflexion.

Les mains dans le cambouis : comment corriger ?

J’en viens aux corrections proprement dites. Comment procéder ? Encore une fois je livre ici ma façon de faire, elle peut convenir à certaines personnes mais pas à d’autres. La première étape est de découper la charge de travail selon le temps imparti : j’évalue le nombre de jours de travail disponibles avant la visio suivante avec ma directrice. Je dois donc faire entrer les corrections dans ce délai. Par exemple nous avons fait une séance de travail le 12 mars et avons fixé la suivante au 26 mars. En comptant les différents rdv prévus et des jours de repos, je disposais de 10 journées de travail. Les corrections devaient porter sur deux chapitres, pour un total de 78 pages à retravailler, avec des corrections plus longues ou plus rapides pour certains passages. Je devais également prévoir de reprendre un corpus de cartes pour l’adapter à des normes plus consensuelles. J’ai donc découpé les chapitres en un certain nombre de pages, qui tient compte de la charge de travail à fournir : pour certains jours, juste quelques pages qui demandent beaucoup de travail, pour d’autres plusieurs dizaines car les reprises sont plus légères. Et j’insère ensuite le tout dans mon tableau Excel. Ainsi, pour chaque jour de travail, je sais précisément ce que je dois faire. Je dispose de mon fichier de texte et j’affiche en parallèle celui que ma directrice a annoté. Avant, je travaillais directement dans le fichier qu’elle me renvoyait : grosse erreur. Car d’une part je ne suis pas à l’abri d’une suppression involontaire de sa part, et d’autre part cela me bloque si je veux compléter le chapitre avec de la biblio avant d’avoir eu son retour par exemple. Donc deux fichiers à l’écran, et mon cahier de notes.

Dans ce cahier, je prends des notes au fur et à mesure de mes entretiens avec ma directrice. Il y a tout ce qu’on se dit en visio, et j’ajoute parfois des choses en marge qui me tiltent à mesure que je l’écoute ou que je reprends mon texte. Chaque jour, je stabilote ce qui est fait. Au-delà du côté ludique (je recommande chaudement d’acquérir la collection complète pour varier les plaisirs), c’est très satisfaisant de tourner les pages et de constater qu’il y a de la couleur partout et qu’à mesure… il ne reste rien à stabiloter, signe qu’on a terminé avec ce chapitre.

Taper aux portes pour demander de l’aide

On a donc fait le tour pensez-vous ? Pas du tout. Car il me faut parler maintenant de deux éléments essentiels : l’aide que peuvent vous apporter d’autres personnes et la gestion du domestique.

Même quand on est autiste, la thèse est loin d’être un modèle de “Me, myself and I”. En début de thèse, j’étais assez isolée, et peinée en lisant les pages de remerciements qui égrènent quantité de gens qui ont apporté leur aide. Je ressentais une forme de compétition et de honte à la fois. Maintenant que j’arrive au bout, je crains d’être trop longue tant j’ai des dettes pour untel qui m’a signalé telle référence utile, ou unetelle qui a pris du temps pour m’expliquer comment venir à bout de ce satané QGIS. Twitter a été sans conteste d’une aide plus que précieuse. Jeune doctorante, j’ai entendu dire – dans la bouche de quelqu’un qui ne pratique pas – que les réseaux sociaux ne débouchaient sur rien de concret. J’étais déjà sceptique à l’époque, j’ai très envie de rire aujourd’hui en repensant à cette scène. Twitter m’a apporté plein de choses : encouragements, réconfort, détente, et quantité de ressources utiles. C’est un travail de longue haleine que de s’y faire connaître et d’interagir avec les gens. Mais cela vaut le coup, humainement parlant parce qu’on découvre bien des choses, et aussi scientifiquement car lorsqu’on en a besoin il suffit de poster une demande d’aide pour que la solidarité de la recherche se mette en route. Et vu l’état de l’ESR, je suis heureuse de lire cette solidarité, à laquelle je participe à la hauteur de mes modestes moyens. Outre tout cela, j’ai dernièrement rejoint un groupe de travail par visio, de jeunes femmes motivées et motivantes. On programme des sessions quand on en ressent le besoin et on fonctionne en pomodoro. Ca casse l’isolement lié au covid et là encore on découvre tellement de choses : tel sujet de recherches, tel logiciel, tel bouquin… J’encourage vivement les jeunes doctorant·es à monter des groupes de ce genre, et à dépasser les frontières de leur labo voire de leur pays. L’enrichissement collectif est à portée de clic.

J’en viens à la sphère domestique. Par où commencer ? Un couple sur deux se sépare au cours de la thèse ou juste après. Cela veut dire que commencer une thèse doit être un choix de couple et que le/la conjoint·e fait pleinement partie du processus de la thèse. Comment ? Mon mari m’a accompagnée pour faire des salves de photos aux archives, mitraillant des séries entières que j’ai travaillées ensuite à la maison, un gain de temps fou. Il est professeur-documentaliste, donc opérationnel sur de la recherche biblio ; il a donc spontanément, sans que je lui demande quoi que ce soit, fouiné pour me trouver des choses utiles. Il a lu mes communications et articles, a assisté à certaines communications. De plus en plus, parce que je suis une féministe convaincue et que j’insiste beaucoup sur le partage des tâches (et non l’aide… la sémantique c’est important), il a pris en charge certaines choses du quotidien (je n’ai pas lavé une assiette depuis… plusieurs années je crois). Dernièrement, avec l’intensification du rythme de travail, il a encore plus qu’avant veillé à ce que je mange régulièrement et prenne une douche chaque jour (ça vous donne une idée de mon état de fatigue). Avec l’épuisement et le TDA, j’avais du mal à me mettre à mon bureau. Il a donc installé une chaise à côté de mon fauteuil : cette “pression” a suffit à me mettre en route, et lorsqu’il était au lycée, nous avons lancé des sessions Skype. Il m’a parfois apporté son aide pour reformuler certains passages pas clairs, car dans mon esprit d’autiste c’est parfois limpide, mais ça ne l’est pas toujours dans un esprit neurotypique. Il a enfin endossé le rôle de “grand méchant” le week-end dernier : samedi et dimanche, par deux fois chaque jour je me suis posée “juste cinq minutes” dans le lit pour me reposer… et je me suis endormie. Il m’a alors secouée pour que je me remette au travail. Ca ne doit pas être simple de devoir m’imposer de retourner à la tâche alors que mon corps réclame un arrêt, mais il a eu raison, car je me sens soulagée d’être au bout de cette première vague de corrections.

Et maintenant ?

J’ai trois semaines et demi de vacances devant moi (très important le “et demi” !). Ensuite il faudra faire une relecture complète à tête reposée et renvoyer le tout à ma directrice pour une 2e lecture. Il y aura sans doute encore quelques ajustements à faire mais j’ai bon espoir qu’il n’y en ait que peu. Dans le même temps il faudra déménager et commencer à préparer les cours. Et arrivera la rentrée et la paperasse d’organisation de la soutenance. Je touche au but. Enfin.

Paradoxalement j’ai la pression pour ces trois semaines et demi de vacances. Car les dernières années ont été tellement intenses que j’ai peur de “rater mes vacances” et de ne pas en profiter assez. J’ai envie de dormir, lire ma pile de lectures-plaisir, jouer avec ma tablette, passer du temps avec mon fils et mon mari, voir ma meilleure amie et ses deux princesses, câliner mes chats, respirer l’air marin, prendre le soleil sur la plage (dans un bikini indécent #ofcourse), écumer les librairies, aller palper des vieilles pierres, m’émerveiller de nouveaux paysages… Tout cela m’amène à penser qu’il y a un gros travail à faire au sein des laboratoires et des écoles doctorales pour veiller à des temps de repos corrects pour chacun et chacune, tout comme un accompagnement médical décent. Les universités sont-elles prêtes à investir en ce sens ? Je ne peux qu’inviter les titulaires à s’emparer du sujet et à agir.

Image par Free-Photos de Pixabay


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search