Surmonter l’avalanche de publications à lire

Avec les sources, la bibliographie constitue LE grand chantier du quotidien de toute doctorante. En dépit des années qui se sont écoulées depuis ma première inscription en thèse, je dois dire que je me sens toujours un peu perdue. Oh j’ai ritualisé ma veille, le problème n’est pas à ce niveau. C’est plutôt comment prioriser ce qui est archi-urgent-indispensable de ce qui participe de ma curiosité personnelle, du point de détail, de l’érudition. Avec un trouble des fonctions exécutives, pas simple de s’organiser et de faire des choix.

Alors, comment m’y suis-je prise ? En début de thèse, j’étais dans une phase boulimique. Je lisais à tout va, sans ordre spécifique. Certaines semaines, je fonctionnais par thème, au gré du type de sources dépouillées à ce moment-là, pour d’autres je suivais tout bêtement l’ordre de la pile. À cette période je privilégiais surtout les articles. Deux raisons à cela. D’une part cela permet de remplir plus vite le fichier de bibliographie que je tenais – et que je tiens toujours – avec les références lues, propres, bien présentées, prêtes à être copiées-collées en note de bas de page. La course au chiffre en somme. D’autre part mon rythme de lecture : en 2013 je suis maman d’un petit bonhomme de pas tout à fait deux ans, autant dire que je sors d’une phase où la lecture consiste surtout en des magazines pour jeunes parents et des ouvrages du même genre. Bref, rien de très compliqué intellectuellement. Et je sors aussi d’une année comme professeure-documentaliste, sans franchement de cours à préparer*, et paradoxalement – ou pas d’ailleurs – la “dame du CDI” n’a pas vraiment le temps de lire. J’avais bien préparé le CAPES cette année-là, mais hormis les manuels dédiés, je n’avais pas trop lu de littérature scientifique. J’ai alors constaté combien le cerveau se rouille vite, par rapport à ce que je pouvais ingurgiter en master.

Il a donc fallu remettre le pied à l’étrier, et ce fut assez long à mon goût. Toujours est-il que je lisais, presque tous les jours, et ce jusqu’à plus soif, parfois une dizaine d’articles par jour [ne reproduisez pas ça chez vous]. Je me suis ensuite attaquée aux livres, lisant parfois en entier ou partiellement, faisant mon marché au gré des besoins de la thèse, des communications et des articles. Tant et si bien que je fis une overdose de lectures. Je finis par avoir la biblio en horreur. J’ai donc levé le pied. En parallèle j’ai ponctuellement lu des choses divertissantes, et le second degré a aussi modifié mon rapport à la lecture, tout comme mon fils, au gré de mes besoins en connaissances sur des sujets divers de puériculture et d’éducation, ou de son envie d’apprendre à lire et de lire avec moi. Ce fut ensuite plus facile de revenir à de la littérature scientifique. Au bout du compte, j’ai un peu le vertige en regardant le fichier de biblio et le nombre de références au compteur.

À quelques semaines/mois de rendre la thèse et de soutenir, où en suis-je ? Ces derniers mois je me suis surtout attelée à descendre la pile, ou plutôt l’étagère de livres, j’ai quasiment délaissé les articles. Mon organisation du travail actuelle, et ça dure maintenant depuis novembre, prévoit un temps de lecture quotidien, d’environ 30 pages à chaque fois. J’ai ainsi vidé une bonne partie de toutes ces monographies dont je repoussais la lecture régulièrement, effrayée par la taille parfois imposante de certaines d’entre elles. Aujourd’hui je lis beaucoup plus vite et plus efficacement. Je commence à mieux gérer la question de la synthétisation de ce que j’ai besoin de retenir, et je sélectionne mieux. Cela va de pair avec le fait que le premier jet de la thèse est écrit, je cible mieux les points de comparaison dont j’ai besoin. C’est un élément que je n’avais pas forcément clairement en début de thèse, et c’est quelque part logique puisque je n’étais pas certaine de ce que j’allais trouver dans les sources.

En l’état j’ai sélectionné 20 livres, qui attendent leur tour parfois depuis plusieurs années, que je compte descendre d’ici l’envoi de la thèse à l’impression. Se pose la question des articles. Je continue à éplucher les revues à mesure de la parution des nouveaux numéros et je lis – ou plutôt j’expédie les articles que je sélectionne. Mais se pose la question de la pile bien trop haute d’articles imprimés qu’il reste. Qu’en faire ? La doctorante que j’étais il y a quelques années se serait dit qu’il faudrait peut-être faire quelques nuits blanches pour apurer tout cela. La doctorante que je suis aujourd’hui se dit que de toute façon il me manquera toujours une référence et que ma directrice n’a pas pointé de gros manques (au besoin on comble à mesure des corrections). Donc la pile restera en l’état pour l’instant.

Je reste néanmoins prise de vertige face à la nécessité de sélectionner. J’y arrive de mieux en mieux pour ce qui relève de la recherche, parce que j’ai désormais une base large dans laquelle piocher pour écrire des articles. Mais je peine face à certains champs que je veux approfondir, comme la question des femmes en ville et donc #horrescoreferens du genre, que je n’ai qu’effleurée jusque-là. Que choisir ? Que privilégier ? Le même problème se pose à moi dans mes lectures plus personnelles. Ces derniers mois je lis essentiellement des livres féministes et des romans. Pour les romans ça va, mais pour les questions féministes, j’ai l’impression d’une avalanche. De la même façon il faudrait que je me plonge dans ce qui traite de l’adolescence, mais je ne sais pas trop par où commencer. Ajoutons à cela le secondaire en septembre, pour lequel j’aimerais me mettre à jour sur certaines thématiques, là encore sans arriver à déterminer ce que je dois privilégier. Alors dites-moi, comment faites-vous, les mères chercheuses en poste dans le second degré, pour vous y retrouver et arriver à nager dans cet océan de littérature ?

*Ce qui n’est pas le cas de bien des profs-docs aujourd’hui, du moins pour celles et ceux qui prennent en main l’EMI et l’EMC. Mais le contexte dans lequel j’occupais ce poste faisait que ça n’était pas inclus dans le service.

Image par StockSnap de Pixabay


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search