Devenir professeure certifiée par une porte dérobée

Le confinement du printemps 2020 et les cours particuliers d’anglais et de maths que je donne à mon fils depuis septembre dernier m’ont fait réaliser combien être en classe me manque. Le contact avec les élèves, la réflexion autour des notions et compétences à leur faire acquérir, la créativité indispensable à la création de cours efficaces et attractifs, l’apprentissage à titre personnel sur de nouveaux sujets… J’ai eu envie de revenir dans les classes. Et selon plusieurs personnes qui me connaissent bien, je suis douée pour l’enseignement. Comme contractuelle c’était impensable : autant affectée sur un poste à l’année c’est jouable au regard de mon handicap, autant sur des remplacements plus ponctuels, j’ai testé et non merci plus jamais. Repasser le CAPES externe ? Ça demande une énergie folle, un temps que je n’ai pas, et l’autisme ne permet pas la mise en place d’aménagements ad hoc. Idem pour l’interne. Je suis donc passée par une voie peu connue, réservée à une élite #famousitude, celle des recrutements directs sous le statut de bénéficiaire d’obligation d’emploi.

Le recrutement BOE, quézaco ?

Pour un tas de raisons, dont l’impossibilité actuelle d’aménager les épreuves à un certain nombre de handicaps, on peut, sous conditions, être recrutée directement. Dans mon cas, c’est l’obtention de la RQTH (Reconnaissance de la Qualité de Travailleur en situation de Handicap) qui le permet : c’est un document délivré par la MDPH (Maison Départementale des Personnes en situation de Handicap) et qui atteste que j’ai bien un handicap. Comment on l’obtient ? Il y a un dossier monstre à remplir, à faire tamponner et signer par un médecin, avec un tas de pièces complémentaires et justificatives à joindre (carte d’identité, justificatif de domicile, certificat médical attestant du handicap, projet de vie…). Bref, que du bonheur, surtout quand on a un trouble des fonctions exécutives, aka des difficultés à s’organiser (souvent accrues lorsqu’il est question de paperasse). Fort heureusement pour moi, étant habituée depuis fort longtemps à gérer la paperasse domestique, j’ai acquis des réflexes qui me permettent de gérer sans trop de mal. J’ai déjà raconté sur Twitter mes déboires avec la MDPH du Nord, incarnation parfaite de la gabegie qui caractérise notre belle et si enviée administration au sens large, et j’ai déjà raconté à plusieurs reprises la difficulté d’obtenir un diagnostic quand on est autiste, et pire encore une femme autiste. Le parcours est donc très long, coûteux dans tous les sens du terme, et semé d’embûches pour obtenir le précieux sésame.

Ensuite ? Chaque administration française, comme toute entreprise, doit employer un quota de personnes en situation de handicap, sous peine d’amende. Certains ministères sont au taquet, genre les impôts, et ont déjà largement atteint le quota, ce qui ne les empêche pas de continuer à recruter des PMR (personnes à mobilité réduite), et c’est heureux car je doute que le quota actuel permette à toutes les PMR qui peuvent travailler de le faire effectivement. Les modalités de recrutement varient en fonction des ministères, je vais donc vous parler uniquement de celui qui nous intéresse dans le cas présent : la célèbre Éducation Nationale.

En pratique : comment ça marche ?

Là où les concours classiques CAPES et agrégation sont des concours nationaux, c’est-à-dire qui se déroulent le même jour, à la même heure, et avec des sujets uniques sur lesquels planchent les candidat·es, le recrutement BOE est déconcentré. Ce qui veut dire que chaque académie organise la chose selon un calendrier qui lui est propre et selon des modalités qui lui sont propres. De fait, s’est posée la question de la ou les académies dans lesquelles postuler. Cela fait plusieurs années que j’ai le projet de quitter le Nord si l’occasion se présente, pour un tas de raisons que je ne développerai pas ici. Par ailleurs, je me suis dit que si j’avais finalement été lauréate d’un concours traditionnel, j’aurais participé au mouvement inter et donc sur le principe possiblement affectée dans toutes les académies ou presque (le cas particulier de l’outre-mer…). J’ai donc décidé de candidater partout ou presque : je me suis tout de même restreinte à la France métropolitaine, j’ai exclu la Corse, ainsi que Paris, Créteil et Versailles, pour des raisons que je vous laisse imaginer. Dans cette logique, j’avais décidé que j’irais dans la première académie qui me donnerait un avis favorable à recrutement.

Il faut se rendre sur le site internet de chaque académie et chercher la page dédiée. Certaines académies affichent très clairement leur souhait de recruter, les pages se trouvent très facilement, les infos sont à jour, bref, c’est simple. Pour d’autres, il faut fouiller longtemps. Il faut ainsi prendre connaissance du calendrier de recrutement : grosso modo, les dossiers sont à envoyer entre octobre et février.

De quoi se compose le dossier ? Là encore chaque académie a ses modalités particulières, mais dans l’ensemble sont demandés un CV, une lettre de motivation, le document attestant notre admissibilité à ce type de procédure, une carte d’identité… et un dossier-type à télécharger, où on nous demande les classiques diplômes, parcours professionnel… Histoire de mettre toutes les chances de mon côté, j’ai joint mon rapport d’inspection, qui plaide en ma faveur. Après tout, il faut “se vendre”, autant utiliser toutes les billes dont je dispose. La plupart du temps on nous demande des premiers souhaits d’affectation géographique. En tout cas, ici encore il faut s’armer de patience et d’une bonne dose d’organisation.

Il “suffit” donc de remplir les dossiers et de les envoyer : certaines académies sont passées au tout numérique, tandis que pour d’autres il faut encore tout envoyer par la Poste, avec les frais que cela représente. En tenant compte des critères ci-dessus et des calendriers d’envois, j’ai finalement candidaté dans 17 académies. Je vous laisse imaginer le temps et la manutention que ça représente. Conseil à celles et ceux qui voudraient faire la même chose : montez un tableau de suivi du genre de celui que j’ai utilisé pour ne pas m’y perdre (photo ci-dessous). De même, notez bien le nom et les coordonnées de la/du correspondante-handicap de l’académie que vous visez, car c’est cette personne qui est votre interlocutrice privilégiée.

Ensuite ? Il faut attendre. Dans la plupart des académies, un comité de sélection, étudie les dossiers et sélectionne les heureux/ses élu·es qui vont être auditionné·es.

L’oral de recrutement

J’ai reçu la nouvelle d’un premier entretien pour l’académie de Nancy-Metz le … 24 décembre après-midi. Ça m’a mis un coup de stress, forcément, mais c’était un beau cadeau de Noël. Ça n’était que la nouvelle d’un entretien à venir, mais je savais que ça serait concluant dans une académie ou une autre, parce que j’ai l’expérience, de bons états de service, et que je suis motivée. Dans les semaines qui ont suivi j’ai reçu d’autres mails et courriers m’informant que j’étais retenue pour des entretiens dans d’autres académies. Je ne m’en cache pas, ça m’a fait énormément de bien au moral. Après tous les ennuis que j’ai enchaînés ces dernières années, me dire que mon dossier avait un intérêt pour ces personnes, oui c’est valorisant et je crois qu’il faut se saisir de tout le positif que la vie peut nous offrir. Il a donc fallu réserver un hôtel, regarder au trajet… et se soucier de l’enfant. Car mon entretien tombait un jeudi, en période scolaire, à la fin janvier. Je ne me sentais pas de faire la route seule, surtout avec la pression de l’enjeu, et mon mari craignait les conditions climatiques. Nous avons donc pris le parti d’expliquer la situation à l’enseignante de l’enfant (quelqu’un de formidable au passage, je lui ai dit et écrit à plusieurs reprises, quand c’est bien il faut le dire aussi), qui a aimablement fourni le travail réalisé en classe par mail, pour que l’enfant revienne en classe à jour.

La correspondante-handicap de l’académie de Nancy-Metz est quelqu’un d’extraordinaire, soucieuse de nous mettre dans de bonnes conditions d’entretien. Elle m’a donc demandé au préalable si j’avais besoin d’aménagements particuliers, car à ce stade elle ne connaissait pas la nature de mon handicap (note : sur le principe vous n’êtes pas tenus de donner l’info, je l’ai fait par la suite parce que je me sens à l’aise avec elle). Je n’avais besoin de rien de particulier, je me sentais d’assurer un entretien avec mes forces et mes faiblesses, et puis le jury sait pour quelle raison il est là, ses membres sont donc un minimum attentifs à nous mettre à l’aise. Ce qui fut le cas. L’entretien a eu lieu dans les locaux du rectorat, à Nancy, que je découvrais pour la première fois. La correspondante-handicap est venue me chercher à l’accueil pour me guider jusqu’à la salle, nommée “salle Samuel Paty” selon la pancarte dans le couloir, une information que je n’ai pas manquée et qui donne une indication sur la position de l’académie vis-à-vis de cette sordide affaire.

Le courrier de convocation à l’entretien précisait que ce dernier était d’une durée d’environ 30 minutes, dont 5 à 10 pour présenter mon parcours, suivi d’une série de questions visant à évaluer mes aptitudes vis-à-vis du poste convoité. J’avais donc soigneusement préparé et répété ma présentation (sans pour autant apprendre un texte par cœur car je voulais faire une prestation la plus fluide possible), réfléchi aux éléments de mon parcours que je voulais mettre en avant dans les échanges si l’occasion se présentait, et lu et relu attentivement les programmes. Bref, il est indispensable de se préparer et de ne pas arriver les mains dans les poches. J’avais également soigné ma tenue, car là encore, il me semblait impensable de venir en jogging et baskets pour caricaturer. Donc tout simplement une tenue propre, un maillot sobre, une jupe et une veste de tailleur comme j’ai l’habitude d’en mettre pour faire cours. Tout comme pour les oraux des concours traditionnels, je recommande chaudement de choisir une tenue (chaussures comprises) dans laquelle vous êtes à l’aise : vos vêtements doivent vous ressembler et ne doivent pas vous gêner pendant votre prestation.

Trois personnes m’attendaient et se sont levées à mon arrivée, auxquelles s’ajoutent la correspondante-handicap. Instinctivement j’ai reconnu chacun et chacune à sa tenue et sa façon de se mouvoir : l’IPR, la cheffe d’établissement et la DRH. Tous et toutes m’ont saluée et se sont présenté·es. Je précise que l’entretien se déroule assis : ce n’est pas une leçon comme on peut le faire à l’oral du CAPES ou de l’agrégation. Après ma présentation, les questions se sont enchaînées, et sont venues principalement de l’IPR et de la cheffe d’établissement. Tous et toutes disposaient d’une copie du dossier que j’avais adressé, éventuellement annoté par leurs soins. Ne négligez pas la lettre de motivation, elle est lue très attentivement, ainsi que le CV que vous envoyez et plusieurs questions étaient en lien avec ces deux documents.

Quelles questions au cours de cet entretien ? Pas de surprise me concernant, j’avais réfléchi à l’ensemble des thèmes qui ont été abordés. La première question est venue de la proviseure, qui m’a demandé pourquoi ne pas avoir repassé le CAPES, puisque j’avais été admissible en 2013. Elle s’est excusée de sa question, craignant de me mettre mal à l’aise, mais j’ai répondu bien volontiers car c’est une question très pertinente à mon sens. Tout simplement le handicap ayant pris le dessus dans certains aspects de mon quotidien, je ne me sentais pas de retenter pour une issue aléatoire en raison de l’impossibilité de compenser certains aspects de mon handicap. Je pense qu’il ne faut pas avoir honte de nos limites : il est globalement admis que les concours en l’état sont des systèmes de recrutement imparfaits, qui ne peuvent être accessibles à tout le monde, en particulier quand on a des particularités comme les miennes, et c’est ce qui justifie le recrutement BOE finalement. Si la question peut paraître abrupte, je la trouve toutefois importante car elle éclaire ma démarche de candidature, et je crois qu’il est important d’aborder l’impact éventuel du handicap dans l’exercice des missions qui nous seront confiées si l’entretien s’avère positif. Il est d’autant plus facile pour moi de répondre à ce genre de questions que je parle très librement de mon handicap : toutes les PMR n’ont pas l’envie et l’énergie de sensibiliser au handicap, ce qui est tout à fait légitime, en ce qui me concerne c’est un aspect de ma vie important, en particulier pour faciliter le quotidien des prochaines générations de filles et femmes autistes.

D’autres questions ont porté sur le fonctionnement des établissements, le rôle des différentes personnes qui interviennent dans la communauté éducative, la façon dont on conçoit notre mission d’enseignante… C’est le moment de montrer que vous savez comment fonctionne la maison E.N. et comment vous vous insérez là-dedans. J’ai parfois hésité sur certaines réponses : en fonction de comment votre interlocuteur/trice conçoit le métier, certaines réponses sont attendues et les “écoles” varient. J’ai fait le choix d’être authentique et de donner des réponses qui me ressemblent. Et il semble que l’honnêteté paye. J’ai donc parlé de comment je conçois l’éducation à l’altérité, de la nécessité de placer les élèves en situation de sécurité émotionnelle, préalable indispensable à des apprentissages efficaces… J’ai appuyé mes propos sur mes expériences, en relatant des anecdotes ou des situations auxquelles j’ai été confrontée et qui m’ont marquée. Nous avons abordé la diversité des élèves, comment l’appréhender, comment intégrer ces élèves différents au groupe-classe, ce qu’ils/elles peuvent apporter aux autres et ce que les autres peuvent leur apporter, les différentes modalités d’enseignement, l’articulation des enseignements avec la préparation aux examens, l’orientation et notamment la liaison avec l’enseignement post-bac… L’IPR a également abordé la question de mon doctorat, de la façon dont j’envisage de réinvestir mes compétences de chercheuse dans l’enseignement. Il a aussi abordé ce carnet de recherches, qu’il a parcouru (et que j’avais mentionné sur mon CV), et en particulier mes quelques billets réflexifs sur le métier d’enseignante (qui seront donc plus nombreux au cours des mois qui viennent). Le nom donné à cette salle m’avait suggéré que les questions de la laïcité et de la liberté d’expression seraient abordées, ce qui fut le cas. Je ne cache pas que j’ai eu peur de dire une bêtise, d’être mal comprise. Là encore, j’ai fait confiance à mon honnêteté, en ma connaissance des institutions et mon adhésion aux valeurs de la République. Ce qui m’a conduite par exemple à dire que oui, je pense qu’on peut discuter des valeurs de la République en classe, car je crois qu’il est plus efficace de persuader les élèves d’y adhérer plutôt que leur asséner un discours lourd, massif et descendant. Un débat biaisé finalement, car même si on peut laisser un élève énoncer un propos de prime abord en contradiction avec les valeurs de la République, in fine on sait qu’on va orienter notre argumentation de façon à l’amener vers la bonne rive du fleuve du vivre-ensemble. J’imagine que c’est une posture qui ne passerait pas avec tout le monde, mais j’ai estimé qu’il était préférable de présenter mes convictions profondes et mes pratiques plutôt que d’inventer un personnage, en sachant que la duperie ne fonctionnerait qu’un temps. Et puis en bonne autiste qui se respecte, je n’aime pas mentir et je ne peux pas mentir spontanément (ce qui peut être un problème dans certaines situations mais c’est un autre débat).

C’est ce dernier point qui m’a fait craindre de rater mon entretien, car je ne savais pas comment mon discours allait être reçu. Pour le reste je n’étais pas trop inquiète, j’ai déjà montré sur le terrain que j’étais capable, même si j’ai bien conscience d’avoir besoin de formation sur certains aspects. Mais dans l’ensemble l’entretien s’est bien passé, le jury a à cœur de nous aider à réussir notre prestation, j’en garde un excellent souvenir.

J’ai passé un entretien du même type pour une autre académie, en attendant d’avoir la réponse pour ce premier entretien, et j’en ai décliné d’autres une fois une réponse positive obtenue. Sur l’ensemble des dossiers envoyés, j’ai reçu pour la moitié une proposition d’entretien, pour les autres un courrier m’indiquant que l’académie concernée n’ouvrait pas de poste BOE dans ma discipline. J’ai reçu un avis favorable pour les deux entretiens passés, et là encore, c’est très valorisant.

Le recrutement BOE est-il un recrutement au rabais ?

Je me suis posé cette question pendant plusieurs mois. Je craignais qu’on me dise que c’était trop facile par rapport à celles et ceux qui passent par la case CAPES/Agrégation. Et puis j’ai fini par réaliser la quantité d’étapes qu’il m’a fallu franchir pour en arriver là : comme tout le monde j’ai validé mes diplômes, et sans aménagements en dépit de mon handicap présent depuis toujours, j’ai ensuite dû combattre le corps médical et son ignorance, me laissant comme d’autres, en situation d’errance médicale, puis il a fallu batailler avec la MDPH et enfin me plier à la constitution des dossiers de recrutement. Et au bout de ce parcours, démontrer ma capacité à endosser correctement la charge qui incombe à une enseignante du second degré. Si j’ai un temps douté de ma légitimité, ce n’est plus le cas aujourd’hui. J’ai moi-même expérimenté la préparation des concours classiques, jusqu’à échouer d’un cheveu de l’admission. Je sais donc qu’un recrutement BOE n’est pas une facilité, bien contraire. C’est justement une voie plus compliquée car il faut naviguer dans les arcanes administratives, et ça n’est pas donné à tout le monde. Par ailleurs, mes diplômes, mes expériences passées et mon inspection témoignent en ma faveur. Il y aura sans doute des gens pour me snober. Je n’ai certes pas été mise en concurrence avec d’autres, et donc pas de classement au sens où on le lit sur Publinet ; mais c’est peut-être une difficulté plus insidieuse, car j’étais en concurrence avec moi-même, mon syndrome de l’imposteur et les conséquences de mon handicap qui me freinent. Je n’ai donc pas un concours au rabais, je considère que je suis admise et classée première à un concours d’un type particulier, parce que j’appartiens à un groupe particulier.

La suite de cette aventure dans un prochain billet…

Image par Picography de Pixabay


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search