Une année de recherches au temps du covid

Dans quelques jours, cela fera un an que le covid est entré dans nos vies et a bouleversé notre quotidien. Dans ce billet, je réfléchis à ce que ça a changé dans mes pratiques de recherches.

Le premier changement auquel je pense est mon rapport aux livres. Si j’excepte l’intermède de septembre-octobre, il ne m’est plus possible d’aller fouiner librement dans les rayons de ma BU. C’est problématique à plus d’un titre. Depuis mon entrée à l’université, c’est le moyen le plus efficace d’apprendre des titres. J’ai besoin de voir les livres alignés, de fureter, de lire des noms d’auteur/trices, de les sortir plus ou moins par hasard. J’emmagasine beaucoup par ce biais. C’est aussi une activité très reposante au regard de mon autisme, je me sens bien au milieu des livres depuis toujours, comme un havre de paix. C’est aussi un moyen de découvrir des articles que je ne connais pas, des chapitres potentiellement utiles, en feuilletant, parce que les tables des matières ne sont pas forcément en ligne, ou alors en consultant les index de lieux qui m’indiquent que ce livre parle de Valenciennes ou du Hainaut et peut me servir. Alors bien sûr, je sais que je peux compter sur l’équipe des bibliothécaires pour préparer rapidement et avec soin les listes que je leur envoie, mais ça n’est pas tout à fait pareil : je ressens un appauvrissement de mes découvertes bibliographiques, je me sens moins maîtresse de ma culture scientifique, moins solide dans les fondements de mon sujet de recherches. De même, je n’ai pas rencontré ma bibliothécaire-PEB depuis… je ne me rappelle plus quand. On échange toujours par mail, comme à l’accoutumée, pour les commandes de références dont j’ai besoin. Mais cette personne est bien plus qu’une administrative : c’est quelqu’un qui a un sens humain très développé, et depuis des années elle me remonte le moral quand ça ne va pas et se réjouit avec moi des bonnes nouvelles.

Ce qui a changé, c’est mon rapport à la communauté historienne sur les réseaux sociaux. Il y a eu et il y a toujours des échanges via la #Biblisolidaire. Ca a permis d’avancer un peu, voire beaucoup quand les bibliothèques étaient fermées. J’ai aussi vu davantage d’entraide sur de la transcription, de la traduction ou de la gestion/prise en main de logiciels. Et puis il y a les séminaires en ligne. J’en ai suivi plusieurs au cours des douze derniers mois, j’en projette d’autres. À chaque fois, ce sont des séances auxquelles je n’aurai pas pu assister en conditions normales. Car trop loin, pas le temps, et pas le budget pour payer le train voire l’hôtel. J’ai ainsi pu découvrir des projets de recherches en cours, plus ou moins aboutis, de chercheur/ses confirmé·es ou en début de carrière. Et très souvent des sujets donc j’ignorais tout, parce que bien éloignés de mes propres préoccupations. J’en suis restée la plupart du temps à du Moyen Âge. Ce que ces séances m’ont apporté en termes d’ouverture d’esprit m’incite à davantage rechercher des séminaires qui concernent d’autres périodes, voire d’autres disciplines. Et je crois qu’il serait bon qu’un dispositif soit mis en place pour pérenniser cette participation à distance, une fois que la situation sera revenue à la normale, si tant est que cela arrive un jour. Car outre le bénéfice pour le public, je crois que cette ouverture est bénéfique à plus d’un titre. Pour les personnes qui organisent ces séances, c’est valorisant de voir la salle – même virtuelle – plus remplie qu’en présentiel, c’est signe de l’intérêt porté. Pour la personne qui présente son travail, c’est également une plus-value : on touche plus de monde, cela suscite potentiellement plus de questions et donc ça enrichit davantage la recherche présentée. On m’objectera que l’inconvénient du distanciel c’est l’absence de discussions informelles autour d’un café. Certes. Je crois que l’impact auprès du grand public est également à prendre en compte : une séance de séminaire n’est certes pas de la vulgarisation, mais cela n’exclut pas pour autant l’intérêt suscité chez des non spécialistes qui pourraient y trouver leur compte. Il y a là un levier de lien entre l’université et la société civile à exploiter. Cela pose plusieurs questions à résoudre : comment faire la publicité de l’évènement ? Quid des droits d’inscription habituellement demandés aux auditeur/trices libres ? Quid des capacités d’accueil virtuelles des plateformes ? Quid de la modération de ces séances ?

Il ressort de tout ceci des paradoxes : moins de contacts en présentiel et pourtant les lieux de rencontre scientifique se sont multipliés, j’écoute, j’échange avec plus de gens. Je me sens moins assurée dans ma maîtrise des savoirs bibliographiques et à la fois j’élargis mon champ d’horizon. La recherche se fait désormais dans des espaces dont les dimensions ont changé, avec dans le même temps un étiolement et un enrichissement des savoirs et un renouvellement des pratiques. Il faut maintenant réfléchir à construire la suite, pour un monde dont on ne sait pas encore à quoi il ressemblera.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.