De rédaction en corrections

Si on trouve de nombreux livres et articles traitant de la rédaction de la thèse, on trouve moins de choses sur la période des corrections. C’est pourtant une étape obligée du parcours de thèse pour celles et ceux qui vont jusque-là.

Qu’entends-je par corrections ?

Visualisez. Au cours des dernières années, vous êtes allée de découvertes en déconfitures, de manuscrits en liasses de papier, de piles d’articles en rayonnages entiers de livres. Vous avez dévoré sources et bibliographie jusqu’à plus soif, parfois jusqu’à la nausée. Est ensuite venu le temps de mettre de l’ordre dans tout ce fatras, partant d’un plan de thèse minutieusement calibré ou tout juste griffonné sur un bout de papier et vogue la galère ! Pendant de longs mois voire années vous avez noirci, noirci, noirci des pages et des pages. Épuisée, harassée, vous avez envoyé le paquet à la personne qui vous guide dans ce chemin de croix vers le saint graal. Et là vous vous dites : VACANCES ! Pas tant que ça. La machine continue de tourner, tourner, tourner, car les dernières pages se sont écrites à très grande vitesse, tant et si bien que vous n’avez pas réalisé que vous approchiez de la fin de cette première étape. Et la rédaction étant une drogue, vous subissez une période de sevrage. Vous ne savez pas quoi faire de vos journées, votre cerveau réclame encore de cette substance que vous lui procuriez chaque jour et à la fois vous avez accumulé tellement de fatigue que vous pourriez vous endormir pour un sommeil de mille ans. Bref, c’est dur. Et quelques semaines ou mois plus tard, voici revenir le paquet, agrémenté de suggestions, remarques, propositions, injonctions, faites votre choix : c’est ça que j’entends par corrections.

Comment ça se passe ?

Arrivé à ce stade de l’aventure, vous vous dites que ça va se faire tranquillement. Je vous spoile : pas du tout ! En tout cas pas pour moi. Clairement, j’ai l’impression de réécrire une thèse. Voilà, rien que ça. Et ça me fait horreur. Parce que l’intervalle a été trop court pour avoir pu digérer le premier jet. Et puis, cumul des handicaps et du contexte familial et professionnel, mes premiers chapitres ont été écrits il y a un certain temps, et forcément j’ai progressé en matière d’écriture (“encore heureux!” entends-je dans le fond de la salle, certes, mais ça fait du bien de le dire). Toujours est-il que ça créé un décalage avec les derniers chapitres, et j’ai la sensation de reprendre un mauvais devoir de licence (nul mépris dans le propos, mais vous conviendrez qu’à cet âge ce sont encore des bébés-historiennes et toutes n’apprennent pas au même rythme, ni avec la même aisance. Et autant corriger le travail de quelqu’un pour lui permettre de s’améliorer est quelque chose que j’aime faire, autant là, concernant mon propre travail, je cherche la motivation).

Globalement il y a assez peu de coquilles à corriger (“encore heureux!” entends-je encore dans le fond de la salle. Oui ben essayez d’écrire un texte dans un français correct après une semaine de dépouillement d’archives médiévales ou modernes et on en rediscute ensuite #lesvraissachent). Pour ce premier groupe de chapitres donc ancien, assez souvent des détails manquants, genre pas assez précise sur l’auteur ou le type de sources, un problème un peu moins présent dans les chapitres écrits plus récemment. Mon principal problème réside dans la formulation et se décline en deux aspects. Le premier est un classique : à force d’écrire, on est tellement dans notre pensée qu’on pense que ce qu’on écrit a du sens alors qu’en fait ça n’en a que pour nous. Ou pas d’ailleurs. C’est souvent corrélé à un problème de phrases trop longues. Donc de la reformulation. Le second problème se rapproche du premier mais relève plutôt de l’explicitation : à force de fréquenter ces braves gens du Moyen Âge, cet univers m’est devenu tellement familier que j’oublie d’énoncer certains questionnements et certains points qui me sont aussi évidents que le temps qu’il fait. Je dois dire que cet aspect des corrections est difficile. Il faut reprendre chaque paragraphe, réfléchir et s’assurer que j’ai bien tout dit, penser à quelqu’un à qui je ne pensais pas à ce moment-là de la rédaction : la personne qui va me lire. Ce n’est qu’après avoir écrit ces chapitres que j’ai commencé à lire billets de blog, articles et livres sur la méthodologie de l’écriture. Avec le recul de la première phase d’écriture, je mesure combien on devrait mettre ces livres et articles dans les mains des jeunes doctorantes dès le début de la rédaction.

Remettre la main à la pâte

Il faut ensuite tout relire pour s’assurer de la cohérence de l’ensemble. C’est ce qui me pose le plus de difficultés en ce moment. Je n’y arrive pas, tout simplement. Est-ce dû au trouble attentionnel ? À la lassitude ? À la frustration de ne pas pouvoir travailler pour l’instant sur ces pistes que j’avais consignées dans un dossier à part pour l’après-thèse ? Sans doute un peu des trois. Alors comment y remédier ? Vous qui me lisez, n’hésitez pas à me souffler quelques idées si vous en avez #help.

Le même problème se posait à moi dernièrement concernant la lecture des ouvrages et articles scientifiques. Car même si ma bibliographie est déjà bien étoffée (“encore heu…” Silence où je fais évacuer la salle ! #unpeudhumournenuitpas), il reste encore des choses pas encore lues, des choses auxquelles on avait pas pensé en écrivant, et puis les nouveautés. Sur ce point j’ai trouvé comment remédier au problème. Je me suis tout simplement remise à lire … autre chose que de l’histoire et de la littérature scientifique. C’est un tort que j’ai eu en entrant en licence. Toute à ma joie de ne faire que de l’histoire de mes journées, je me suis enfermée dans les livres d’historiens et de d’historiennes, sans plus me soucier d’imaginaire, alors que c’est pourtant une passion d’enfance, comme pour beaucoup de gens. Oh j’ai lu les Harry Potter au fur et à mesure de leur sortie. Et des ouvrages liés à l’éducation après la naissance de mon fils, et à l’autisme ces dernières années. Mais plus de romans ou de littérature légère. J’ai quelque peu recommencé il y a deux ans. Mais c’était timide et ponctuel. Depuis juillet, je m’astreins à acheter et emprunter, et lire tout cela un peu chaque jour. Et ça fait un bien fou, une véritable bouffée d’oxygène, un vrai plaisir retrouvé. Qui m’a permis de recommencer à lire de l’histoire sans trop de difficultés. J’ai aussi pris le parti de ne plus faire de fiches de lecture. Je le regretterai peut-être plus tard, mais au besoin je mets un post-it et une petite annotation. Je vais ainsi plus vite et la pile descend rapidement. C’est agréable de voir grandir la pile des livres à ranger alors qu’ils ont parfois dormi longtemps sur l’étagère des choses à lire, très motivant à continuer.

Reste donc la réécriture. Meilleure Amie, qui a soutenu il y a maintenant un petit moment, m’a conseillé d’imprimer et de travailler sur papier. Pas très écologique, mais elle a sans doute raison. En tout cas ça vaut la peine d’essayer au moins pour ce dernier chapitre. Un conseil aussi que j’ai envie de donner à celles et ceux dans le même cas que moi : verbalisez vos difficultés. Que ce soit auprès de votre entourage, qu’il ait fait une thèse ou pas, et aussi dans un billet comme celui-ci, que vous le rendiez public ou pas. C’est salutaire.

En illustration : Image par congerdesign de Pixabay


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search