C’est la rentrée !

Eh oui, c’est la rentrée! Depuis quelques jours, des nuées d’élèves ont envahi les écoles de France pour une nouvelle année scolaire. Et moi aussi. Car le rectorat a eu la gentillesse, en la personne de l’IPR qui m’a reçue, de me confier un service à temps complet dans un collège qui m’est familier puisque mon mari y a officié pendant cinq ans. Je rejoins donc la cohorte des doctorants qui dépouillent archives et rédigent thèse et articles en dispensant la science historique et géographique à nos chères têtes blondes.

Pas trop déçue de retourner dans le secondaire? Eh bien non. Je le dis fermement : non pas du tout et même contente. Déjà parce que j’ai un poste. Ca risque de faire rire les doctorants/docteurs titulaires d’un concours qui se prétendent précaires au prétexte qu’ils n’ont pas eu de poste dans le supérieur, mais tant pis. J’ai donc un emploi rémunéré, à temps plein et pour un an. Et quand je vois la courbe du chômage en France, je me dis que c’est bien mieux que pour bien d’autres personnes. Second point d’intérêt : j’ai une journée complète de libre, outre mes week-ends. En m’inscrivant sur les listes de contractuels, je m’étais préparée à un emploi du temps sur neuf demi-journées, donc je suis ravie. En revanche, cela induit évidemment de grosses journées : sept heures de cours à donner le vendredi, quatre heures le lundi, entre 8h et 17h30, soit quatre heures vides sans compter la pause méridienne. Qu’à cela ne tienne, c’est un temps que j’occupe utilement : j’en profite pour avancer mes photocopies, corriger mes copies qui restent donc au collège et alléger ainsi mon sac, fouiller le net pour compléter mes prochains cours et discuter avec les collègues. Car c’est un autre point que je souhaite souligner : l’équipe en place est top. Des gens joyeux, motivés, grosso modo de ma tranche d’âge, et surtout des gens que je connaissais au préalable, beaucoup d’amis dans le lot. Un univers accueillant, agréable, souriant, plein d’humour et attentif à intégrer les nouveaux venus. Et puis les élèves. Des enfants tantôt brillants et cultivés, tantôt traînant des lacunes, parfois en en ayant conscience. Et donc la nécessité de s’adapter, de colmater les brèches et de combler les vides dans leurs connaissances, parfois sur des basiques, comme les noms des continents. On propose donc des exercices pour y remédier, tout en insistant sur leurs capacités à « rattraper » les manques, car on sent très vite le manque de confiance en soi. Et les encouragements payent, en trois séances, l’une de mes 4e ne compte plus que trois élèves faisant des erreurs sur les noms des continents. Un résultat valorisant pour eux, et gratifiant pour l’enseignant qui se sent utile. Non pas qu’il soit indispensable de connaître ces noms pour vivre, mais voir le soulagement dans les yeux de ceux qui se savaient en échec sur ce point, échec finalement surmonté, c’est un sentiment très positif. Je relève aussi des élèves hésitants à participer à la première séance se lancer cette semaine, et tant pis si la réponse n’est pas celle attendue. Car j’ai posé dès le premier jour une règle simple mais qu’il semble important de verbaliser : dans ma classe on a le droit de se tromper. Tout bêtement le principe appliqué sur mon fils l’an dernier et qui a porté ses fruits, que je transpose à plus grande échelle au collège, le but étant de faire sauter le verrou de la peur qui paralyse, le même qu’on trouve parfois chez les étudiants en fac, tétanisés par une feuille blanche. Et ça marche, les questions fusent, les hypothèses aussi, qu’il faut parfois canaliser quand s’ajoute une dose de curiosité naturelle. Il faut donc s’adapter, parfois dans les secondes qui suivent ; l’exercice est parfois périlleux quand les questions sont inattendues, mais de fait, on ne risque pas de s’ennuyer.

Ce collège est en REP. J’en vois qui grimacent derrière leur écran : non, pas spécialement de violence ici, à part quelques cas isolés, comme partout finalement, en revanche beaucoup de précarité sociale, comme c’est le cas pour tout le bassin du Sambre-Avesnois (voir et par exemple sur le sujet). C’est sans doute le point le plus difficile à encaisser, de savoir le passé parfois déjà trop chargé qu’ils traînent sur leurs frêles épaules. Pas tous, certes, et heureusement. Mais ces enfants dont on entend parler parfois dans les journaux locaux, ils sont là, cette année devant moi. Certains ont un gros besoin d’attention, auquel l’enseignant ne peut répondre que dans les limites du cadre de la classe, car nous ne sommes ni leurs parents, ni leurs éducateurs pour ceux privés des figures parentales. Bref, il va falloir gérer l’aspect émotionnel de l’enseignement dans ce contexte.

Et la thèse dans tout ça? Evidemment ça implique de revoir mon emploi du temps pour avancer. Je compte mettre deux temps à profit en particulier : le mardi, durant lequel je ne suis pas au collège et où mari et enfant ne sont pas à la maison #liberté, et chaque matin et soir puisqu’une heure de train sépare mon domicile du collège, un temps qui sera consacré aux lectures complémentaires dont j’ai besoin pour rédiger. Ensuite, en fonction de mon avancée dans la préparation des cours de ces chérubins, on pourra ajouter des week-ends et évidemment des vacances. Bref, il va falloir être efficace.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *