Le personnel politique urbain, projet de recherches

La France compte actuellement un peu moins de 6 millions de fonctionnaires (chiffres 2018). C’est l’un des sujets qui agitent régulièrement les débats politiques et publiques : trop nombreux/ses selon les un·es, privilégié·es et trop payé·es selon d’autres, remplissant leurs missions avec des moyens bien insuffisants pour les intéressé·es. Quid du Moyen Âge?

Évidemment on ne peut pas parler de fonctionnaire au sens où on l’entend aujourd’hui. Pas de concours et pas de sécurité de l’emploi à l’époque. J’entends davantage ce groupe qui officie en marge du travail de l’échevinage et qui permet à ce dernier d’œuvrer. Pas de corps d’auxiliaires en tant que tel, mais une présence régulière dans les registres de comptabilités, à mesure qu’ils perçoivent une pension, grossièrement l’équivalent du traitement d’aujourd’hui, auquel peuvent s’adjoindre des indemnités en fonction des missions confiées. Ce groupe de gens comprend pêle-mêle le bourreau, le clerc, le crieur des bans, les sergents… Le sujet n’a pas franchement mobilisé les foules jusque-là pour le bas Moyen Âge, en tout cas pour les espaces septentrionaux francophones. Il y a l’article de Claude Pétillon et Cécile Becchia pour Lille, l’analyse de Valéria Van Camp sur les clercs de Mons, celle des praticiens du droit par Sylvie Blondel. Ensuite, sauf oubli de ma part, il faut quitter les Pays-Bas méridionaux et aller, entre autres, vers Périgueux et son bourreau par Mathieu Vivas, Laon et son célèbre Jean de Gascogne par Nicolas Offenstadt ou encore Orléans pour les gardes des portes sous la plume de Françoise Michaud-Fréjaville.

Pour Valenciennes, outre les comptes de la massarderie (la trésorerie municipale, qui couvre une trentaine d’années à compter de la Grande Peste), j’ai épluché quelques manuscrits et les actes notariés qui complètent les noms de ces hommes qui endossent ces charges. Des hommes? Aucune femme enregistrée pour l’instant. Ceci dit j’ai exclu de mon enquête la question des messageries, au sens des personnes qui profitent d’un voyage pour apporter une lettre officielle, et empochent quelques pièces au passage, une tâche pour laquelle Julie Pilorget a recensé des femmes dans le cadre d’Amiens. Pourquoi l’exclure? Parce que ça représente une enquête conséquente et qu’il faut bien faire des choix : autant les pensions sont regroupées dans les registres sous une même rubrique, autant les messageries sont disséminées dans les « Communs frais », un vaste fourre-tout qui mêle les messageries aux frais de justice par exemple. Et l’ensemble court sur un nombre conséquent de folios. Et puis je voulais surtout m’attacher à ce groupe qui est lié de près à l’échevinage par cette raison qu’il reçoit une somme fixe et de façon régulière : c’est donc leur activité principale et une source de revenus facilement identifiable. L’indication de leur identité permet également de mettre en lumière des carrières – ou non – au service de la communauté et du pouvoir politique, on est donc sur un niveau différent de l’analyse classique mais non moins primordiale des listes échevinales. La liste des fonctions offre également l’avantage de percevoir comment l’appareil municipal s’étoffe à mesure des besoins de la communauté urbaine ; à mon sens, c’est également à mettre en lien avec le développement des administrations centrales, mais c’est un sujet que j’aimerais approfondir davantage plus tard, en particulier via la question des correspondances et de l’accueil des représentants du prince et des services princiers. J’ai donc terminé cette analyse pour Valenciennes, et qui fera sans doute l’objet d’un article, si d’aventure j’arrive à boucler cette satanée thèse #pointgrognon.

L’ennui c’est que je trouve que mon analyse manque de points de comparaison. Il y a donc Lille, mais qui présente l’inconvénient d’un pouvoir princier fort en ville, ce qui n’est pas le cas à Valenciennes, puisque cette dernière reste très indépendante. Il me faut donc me tourner vers d’autres villes plus proches de Valenciennes et moins sous le joug comtal. J’avais en tête Douai, dont je maîtrise assez mal les archives municipales, mais qui offrirait une comparaison intéressante puisqu’elle est de taille et de dynamisme économique comparables à Valenciennes. Elle n’appartient pas au comté du Hainaut, et à choisir j’aimerais autant une ville située dans la même juridiction. J’ai donc en tête deux villes, proches, Le Quesnoy et Maubeuge. Que sait-on de l’histoire de ces villes? Pas grand-chose. L’une et l’autre sont aujourd’hui davantage connues pour leurs remparts de l’époque moderne que pour leur rôle à la fin du Moyen Âge. Aucune des deux n’a fait l’objet d’un travail d’envergure pour les XIVe et XVe siècles, le champ est donc libre globalement pour aller fouiner. Une lecture rapide des inventaires met en évidence des registres de massarderie, pour la période 1383-1424 pour la cité quercitaine et 1463-1498 pour la ville sambrienne. Les sources quercitaines sont moins intéressantes que les sources maubeugeoises en raison de la tranche chronologique disponible : à Valenciennes j’ai collecté des noms pour le tournant des années 1400, mais bien davantage pour la fin du XVe siècle en dépit de l’absence de registres de comptes valenciennois. Je dépouillerai donc sans doute les registres de Le Quesnoy, mais la priorité ira certainement à Maubeuge. À terme, l’idée est d’explorer la piste d’un mouvement homogène de développement des appareils échevinaux hennuyers.

En couverture : AM Valenciennes, CC 713, f° 22 v°.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search