Thèse confinée dans mon regard d’autiste, épisode 7

Épisode 7 mais fin de la 8e semaine de confinement. Je n’ai pas écrit la semaine dernière, assez peu de choses à dire, très fatiguée et trop perdue dans la rédaction pour le faire. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’aujourd’hui c’est beaucoup mieux, ça l’est juste un peu.

Que dire des deux dernières semaines?

Parlons rythme d’abord. J’ai totalement perdu la main sur le sommeil. Après dix jours à travailler toute la nuit fraîche comme un gardon et prête à aller courir un jogging, j’ai fini par demander conseil à la psy qui me suit pour mon autisme et m’aide à tenter de comprendre mes semblables. Deux pistes s’offrent à moi : mettre le réveil, me lever coûte que coûte et accumuler encore plus de fatigue jusqu’à tomber raide le soir au bout de quelques jours, sans savoir combien de temps il me faudra pour récupérer, ou alors m’assommer tôt le soir via le traitement prescrit par le psychiatre qui a diagnostiqué mon autisme et contraindre mon corps à dormir (non l’autisme n’est pas une maladie, mais oui la France contraint au recours à un médecin, psychiatre le plus souvent, pour valider le diagnostic). Même si je ne suis pas fan de la médication pour cause d’effets secondaires très marqués chez moi, j’ai choisi la seconde option. C’est une réussite globalement. Je vais donc poursuivre quelques jours, en espérant que mon corps va reprendre le rythme de lui-même sans devoir continuer le traitement trop longtemps, qui comporte un effet d’accoutumance, raison pour laquelle je préfère limiter les prises dans le temps.

Donc j’ai dormi. Et de nouveau écrit. Une dizaine de pages en deux jours, c’est donc très satisfaisant. J’ai lu aussi. Et calmé certaines inquiétudes. En particulier au sujet de mes méthodes d’analyse en histoire quantitative et en analyse de réseau. Je me suis donc attelée au célébrissime Méthodes quantitatives pour l’historien de Claire Lemercier et Claire Zalc. J’en retiens trois choses : la première, c’est qu’elles ont une plume d’une grande qualité, car elles abordent des sujets pas forcément évidents pour des néophytes et à la fois c’est très accessible et sans hiatus dans le style d’écriture. La seconde, c’est qu’a priori mes argumentaires sont bons, il me faudra néanmoins une nouvelle relecture de mes chapitres pour m’assurer que j’ai suffisamment explicité certains cadrages se rapportant aux mises en garde qu’elles formulent. La troisième, ce sont les pistes de poursuite de lecture qu’elles proposent. On m’objectera sans doute que j’aurais mieux fait de le lire plus tôt dans la thèse. Sans doute. Ca m’aurait peut-être évité quelques tâtonnements, mais qui se sont finalement révélés formateurs, et cela correspond à mon mode de fonctionnement, j’ai besoin d’expérimenter pour apprendre. Et puis, même si l’ouvrage est très accessible, il est très dense et je ne m’en serais peut-être pas autant saisie en début de thèse. J’aurais donc tendance à dire à celles et ceux qui sont en début de thèse : lisez-le deux fois, une fois maintenant et une autre en fin de rédaction.

J’ai aussi lu en parallèle d’autres articles relatifs à l’analyse de réseau et à la prosopographie, qui viennent conforter la façon dont je perçois et j’exploite mes sources. Tout cela est très rassurant, et alors que la pression augmente à mesure que j’approche de la fin de la rédaction, tout élément visant à faire diminuer mon taux d’anxiété est bon à prendre.

Que me reste-t-il à écrire?

Globalement, des cartes de synthèse à monter, puis la rédaction qui va avec. Toute cette semaine, j’ai élaboré des tableaux de synthèse, qui me permettent d’y voir plus clair et vont faciliter la création des cartes. L’objectif d’aujourd’hui, après la mise en ligne de ce billet, est l’élaboration de la légende générale, pour créer une grille de lecture cohérente sur l’ensemble du corpus de cartes en termes de couleurs et de figurés. En principe il y a quinze cartes de synthèse à sortir.

Puis, l’analyse des population qui interagissent sur ces espaces, que je vais simplifier. Jusque-là j’avais tendance à me laisser porter par les sources, mais qui m’ont conduite à des répétitions, il faut donc que je m’affranchisse de cela et que je reprenne les passages déjà rédigés (assez peu nombreux, fort heureusement).

Enfin, j’aimerais reprendre un chapitre écrit il y a fort longtemps pour y joindre une première analyse de réseau via Cytoscape, qui sera à approfondir par la suite. L’ouvrage de Claire Lemercier et Claire Zalc m’a donné les billes d’écriture et d’analyse qui me manquaient, ou du moins me donne l’impulsion nécessaire pour le faire.

Je pense ajouter, si j’ai le temps, un chapitre que je n’ai pas vu souvent dans les thèses, celui sur l’apport du numérique à mon travail, à placer en introduction. Mes lectures de ces dernières années m’y incitent, et je pense que ça éclairera bien des choses pour plusieurs chapitres.

Le déconfinement va-t-il changer quelque chose pour moi et pour le monde de la recherche de façon générale?

Non. Absolument pas. Les bibliothèques vont rester fermées, y compris municipales, en tout cas celles que je fréquente habituellement. Le problème de l’approvisionnement en références bibliographiques va donc continuer à se poser. Fort heureusement, la #BibliSolidaire se maintient et fonctionne globalement bien, j’ai moi-même fourni des chapitres ou des articles à plusieurs personnes, tandis que d’autres ont répondu à la plupart de mes demandes. Chacun et chacune accepte de donner un peu de son temps, pour soi-même bénéficier du temps de l’autre par la suite. Une entraide qui n’est pas que matérielle, car elle crée du lien et casse l’isolement. J’irai jusqu’à dire que lire des tweets indiquant à une personne demandeuse qu’une autre personne va lui transmettre ce dont elle a besoin m’émeut tout autant que de recevoir un wetransfer ou un pdf par mail, car je vois la solidarité au-delà de mes propres besoins, et ça me touche, voilà. Je sais que c’est dérisoire au regard de certaines situations dramatiques qu’on peut lire ça et là dans la presse, mais cette apparence de normalité me fait du bien.

En revanche, les problèmes commencent à se faire sentir au niveau des archives. Bien évidemment, je respecte les décisions de maintien de fermeture, que je comprends d’autant plus que je ne souhaite pas remettre mon fils à l’école. Mais force est de constater que la recherche se poursuit, en tout cas tant qu’elle a du matériau à moudre. Et en fin de thèse, on réalise qu’il nous manque tel document qu’on avait jugé peu urgent et qui se révèle important au moment des derniers paragraphes à coucher sur le papier. Vraiment important? En relisant la masse documentaire que j’ai traitée, je pense que je dois exagérer un peu et que je me laisse entraîner par le combo fatigue+pression du bout du tunnel. Au besoin il sera toujours temps d’aller chercher ces documents pour la publication de la thèse ou d’articles, et en y réfléchissant aussi objectivement que possible, il y a peu de chances pour que ces quelques documents révolutionnent mon propos. La frustration vient surtout de ma curiosité inassouvie. J’aimerais approfondir certains aspects de ma thèse en les comparant avec les villes voisines, mais ils n’ont pas été traités jusque là par un·e autre historien·ne. Impatience due à l’autisme, j’ai du mal avec l’idée de ne pas pouvoir accéder aux sources qui me diraient au moins si oui ou non l’étude que je projette est réalisable ou pas. Car si nombre de choses sont de plus en plus disponibles en ligne, force est de constater que la priorité va toujours à l’histoire contemporaine ou aux « beaux » manuscrits quand il s’agit des siècles d’Ancien Régime au sens archivistique de l’expression. J’ai donc ouvert une nouvelle page dans le dossier « projets de recherches » avec les idées pour la suite, et un nouveau dossier Zotero avec la biblio que j’ai commencée à collecter. J’ai d’ailleurs terminé de visionner les vidéos de prise en main d’Emilien Ruiz, une nouvelle fois je les recommande.

Le confinement touche à sa fin, en tout cas pour l’instant, si j’en juge par ce qui se passe ailleurs dans le monde. Ce série de billets s’arrête donc là, et reprendra si d’aventure les autorités décident de reconfiner le pays.

Illustration : Notre-Dame-la-Grande, d’après Simon Leboucq dans son Histoire ecclésiastique de la ville et comté de Valenciennes


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.