À quoi ressemblent les campagnes de Valenciennes au Moyen Âge? L’exemple d’Onnaing

Je suis, a priori, dans mon dernier mois de rédaction des chapitres de thèse. Et mettant en forme mes données pour dresser une première ébauche du paysage valenciennois aux XIVe et XVe siècle, je m’attarde sur quelques localités assez bien documentées et relativement connues aujourd’hui.

Comment s’y prendre pour reconstituer le paysage du Moyen Âge?

Si dans certaines villes on dispose de dénombrements, pour Valenciennes, rien de tout ça. J’ai quelques cartulaires et terriers pour deux ou trois villages, mais les sources de synthèse sont assez maigres. En revanche, j’ai sous la main un corpus d’actes notariés gargantuesque. À un tel point qu’il est illusoire de vouloir l’exploiter dans son intégralité, en tout cas seule et dans le cadre de la thèse. Néanmoins, les sondages mettent vite en lumière certains villages et petites villes situées aux abords de la capitale économique du Hainaut. Et il « suffit » de (entendez passer des mois à) compiler les transactions qui portent sur les parcelles, en relevant soigneusement la composition des biens et l’identité des acheteurs, vendeurs, preneurs de bail et bénéficiaires de rentes foncières. Classez le tout ensuite par localité et vous obtenez un premier panorama des lieux. En l’espèce ici, je vous parlerai d’Onnaing, à tout juste six kilomètres au nord-est de Valenciennes, à vol d’oiseau comme par route. Vous ne voyez pas où c’est? Mais si, vous avez forcément entendu parler de cette grande entreprise japonaise qui s’est installée là dans les années 1990 et qui a redonné un coup de fouet terrible à l’économie dévastée de la région, j’ai nommé Toyota. Pour les gourmands, sachez que c’est aussi là que sont produites vos brioches Doowap, pas dans le même bâtiment évidemment! Pourquoi ce lieu m’intéresse? Je vous invite à consulter son histoire sur sa fiche wikipedia, ça vous donnera une petite idée #videabyssal

De la terre…

Pour le sondage d’aujourd’hui, je vous parlerai uniquement du dernier quart du XVe siècle et c’est déjà beaucoup, vu la quantité d’informations récoltées.

Alors ce paysage ? Sans grande surprise, on est à la campagne : du pré, de la terre labourable, un moulin et des warescaix (espaces communaux destinés à la vaine pâture). On a donc de la production céréalière, mise en évidence par Gérard Sivéry dans les années 1970-1980 et de l’élevage. Il y a aussi des routes, pour lesquelles je vais tenter une reconstitution de plan, mais je ne suis pas confiante du tout.

… et des hommes

Ce village est une terre très courue à l’époque : environ 105 feux (comptez entre 3 à 5 personnes par feu selon les auteur/trices), contre 28 à Saultain, 32 à Anzin et 33 à Curgies pour citer des villages proches. Évidemment ce n’est rien comparé à Valenciennes, qu’on estime à entre 10 000 habitant·es selon l’administration ducale, 50 000 selon les habitant·es de la ville, 30 000 si je me fonde sur ma pratique des sources #touteressemblanceavecune situationconnue #jemegare.

Alors qui vit ici? Du laboureur en toute logique, mais aussi du manouvrier, cet homme qui vit de la force de son bras, le manœuvre dirait-on aujourd’hui, bref l’homme à tout faire.

Qui possède ces terres? Le laboureur pardi ! Certes, et d’ailleurs l’un d’entre eux achète en 1482 une belle quantité de parcelles, je fouillerai prochainement pour savoir d’où lui vient tout cet argent. On trouve aussi des gens très #famousitude : du marchand, du bourgeois de Valenciennes, du chevalier et surtout de l’établissement religieux, et pas n’importe lequel : les abbayes de Vicoigne, Vaucelles, le béguinage de Valenciennes, le chapitre de Cambrai, et le très puissant chapitre Notre-Dame de la Salle. Ce dernier est la fondation comtale de la ville, présente dans Valenciennes depuis des temps immémoriaux et contre-pouvoir principal du Magistrat, l’autorité municipale.

Dernier point notable : les sources parlent d’un « mont de roittiel » ou « roitiau » (les deux sonorités sont équivalentes, j’ai déjà pu le constater pour l’une des familles membre du Who’s Who de Valenciennes), tenu essentiellement par Vicoigne et Vaucelles. Le Valenciennois est vallonné, et en dépit de ma longue fréquentation de la région, ce nom ne me disait rien. Que faire? Survoler Google Maps à la recherche d’une rue ou d’un lieu-dit au nom s’en rapprochant. Bingo! Je tombe sur la rue du Mont de Rétiau… en plein cœur du parc d’activité… de Toyota! Autre #funfact à moins de deux kilomètres au sud-ouest se trouve la rue du Rôleur de Saint-Saulve, éminent village de la banlieue de Valenciennes et … zone de pendaison de la ville. Donc des terres propriétés de gens importants se trouvent proches d’un lieu d’exercice de la justice et donc du pouvoir. Coïncidence? À une époque où peu de choses sont laissées au hasard, c’est peu probable. #asuivre

En photo (pas très réussie) : Onnaing dans les Albums de Croy, Comté de Hainaut IV, volume VII.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.