Thèse confinée dans mon regard d’autiste, épisode 6

Le temps n’a désormais presque plus de sens, tellement j’ai l’impression que mon précédent billet hebdomadaire date d’avant-hier. Et comme la semaine dernière, je vais d’incertitude en phases actives.

Les migraines continuent. La faute à trop d’écrans, c’est évident, la faute à mon rythme de sommeil totalement anarchique. Désormais je m’endors tard dans la nuit, voire au petit matin, et il est midi lorsque j’émerge. Je recours de plus en plus souvent à mes anxiolytiques pour calmer mes angoisses #actuallyautistic et me permettre de dormir quelques heures. Ca m’encourage encore plus à boucler la rédaction le plus vite possible pour pouvoir… ne rien faire. Ou en tout cas pouvoir travailler sans pression d’échéance autre que celle que j’aurai envie de me donner. J’ai fini par muter certains hashtags sur Twitter, pour nettoyer un peu mon fil, il est désormais un peu plus paisible. J’envisage d’en masquer d’autres si d’aventure le 11 mai et ses conséquences venaient à prendre une tournure critique.

Pour autant, comme je l’écrivais la semaine dernière, le contact avec les autres m’est important. Cette semaine j’ai donc suivi le webinaire de Paul Bertrand, dans lequel participait Didier Panfili pour cette séance, qui présentait un corpus de chirographes méridionaux. C’est quelque peu éloigné de mes préoccupations, car si la culture de l’écrit est évidemment très importante pour mon espace d’études, ça n’est pas ce sur quoi je travaille et sa période d’étude n’est pas la mienne, en tout cas pour l’instant. Néanmoins, c’était très instructif, très abordable pour la néophyte que je suis et ça donne envie d’en savoir davantage. Et surtout ça crée du lien. J’ai d’ailleurs noté parmi les participant·es des noms familiers mais là encore pas forcément liés de près à la thématique abordée, signe que les médiévistes s’accrochent à ce qui passe pour faire corps et trouver un peu de motivation et de normalité à la situation. Et puis l’émulation collective c’est déjà essentiel à la base, alors en ces temps troublés, ça l’est encore plus je crois. J’ai également regardé les vidéos de la boîte à outils des historien·nes. D’abord celle relative à Markdown, qui m’a convaincue de tenter l’expérience dès que j’aurais un peu plus de temps, et j’ai commencé l’épisode 5 relatif à Zotero.

La thèse? J’ai élaboré un nouveau format de planning de travail, plus en phase avec les chapitres à écrire, et qui fonctionne globalement bien si on excepte les ratés liés aux migraines. Comme je l’ai expliqué précédemment, j’ai découpé mon étude du foncier en cinq périodes, de façon à tenter de mettre en évidence des dynamiques spatiales et sociales. J’alterne donc d’une journée sur l’autre entre préparation de mes données et rédaction de la période concernée, le tout découpé en zones d’études. J’ai presque terminé un chapitre et en ai commencé un autre. Pourquoi ne pas avoir terminé le premier chapitre de cette série de trois? Parce qu’il m’est plus simple de respecter mon planning et de reprogrammer ce que je n’ai pas terminé pour cause de douleur plutôt que tout redécaler. Je me vois plus facilement avancer ainsi. Deux problèmes majeurs se posent à moi : la biblio, qui me manque sur certains aspects pour cause d’absence de PEB (et je ne peux pas demander à la #BiblioSolidaire de me scanner un livre entier, sous réserve que quelqu’un possède ce dont j’ai besoin, les gens ont aussi une vie et bien autre chose à faire), et la carto. Je repousse pour l’instant le chapitre sur l’intra-muros : il me faut un fonds de carte, et à l’origine je pensais demander conseil au service archéologique de Valenciennes, pour l’instant fermé. Donc j’écris le reste, je verrai en mai comment les choses évoluent et comment aviser. Un autre problème de fond se pose à moi : autant pour l’analyse sociologique je pense ma méthode pertinente, autant pour la question du paysage je ne suis pas sûre de moi du tout, sans doute parce que je n’ai pas assez lu sur le sujet. J’ai quelques volumes sous le coude, la thèse de Catherine Xandry, le livre collectif Paris, de parcelles en pixels et quelques monographies sur les campagnes comme celle de Marie-Thérèse Lorcin sur le Lyonnais. Sorti de là je me sens un peu légère niveau bagage biblio. Donc soit la BU rouvre d’ici la mi-mai et ça pourra se régler sans trop de difficultés, soit il faudra fouiller le net pour glaner quelques articles.

Je viens aussi de boucler une recension, j’essaye d’écouler la pile au fur et à mesure, et c’est en très bonne voie. Par contre j’ai dû renoncer à apporter mon aide pour une correction d’article ; ça me désole mais vu l’état de fatigue dans lequel je suis il me faut faire des choix, sous peine de ne pouvoir remplir aucun objectif.

La semaine qui vient va donc ressembler à celle qui s’achève : un peu de rédaction, un peu de lecture, un peu de vidéo, et essayer de dormir.

En photo : les armes de Jehan Bernier pour le tournoi de l’Epinette de Lille, un bourgeois bien en cour de la première moitié du XIVe siècle #articleavenir BM Cambrai ms 890, f° 4 r°.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.