Thèse confinée dans mon regard d’autiste, épisode 5

Cette semaine a fonctionné à deux vitesses. J’ai globalement bien travaillé, et à la fois j’ai été contrainte et forcée de ne rien faire pendant trois jours.

J’étais pleine de bonne volonté le week-end dernier. Après avoir littéralement pédalé dans la semoule, j’avais réussi à mettre de l’ordre dans tout ce marasme et j’étais prête à rédiger ce chapitre. J’ai volontairement choisi de commencer par le chapitre 2, tout simplement car le corpus de travail est plus réduit et ça me permet donc de tester ma méthode rapidement avant de passer aux deux autres, qui reposent sur un nombre de données que je ne suis pas pressée d’affronter. L’idée c’est de montrer comment s’organise l’espace périurbain et quelles sont les populations qui y interagissent. La thèse de Catherine Xandry, qui est THE référence sur le sujet, est fondée sur le temps long, plusieurs siècles à cheval sur le Moyen Age et l’époque moderne, soit un timing bien plus vaste que celui de ma thèse. Elle a donc retenu des découpages chronologiques assez larges, environ 150 ans à chaque fois. Un modèle inapplicable dans mon cas, et à la fois je ne me voyais pas présenter mes données en un seul bloc monolithique de 200 ans, ça n’a pas de sens, on n’y verrait pas les dynamiques éventuelles. J’ai donc réfléchi à découper l’histoire en tranches, pour reprendre le titre de Le Goff. Combien de plages chronologiques? Deux au moins, c’est évident, mais combien au max? J’ai d’abord commencé par chercher des évènements qui justifierait des coupures en lien avec la question du bâti. En matière de territoire et d’espace, l’époque médiévale s’illustre par l’intégration de nouveaux quartiers dans l’espace urbain. Pour Valenciennes, j’ai donc deux bornes, mais éloignées de 130 ans, ce qui m’aurait posé un problème au sujet de l’étude des populations. J’ai donc ajouté deux autres dates, qui me semblent cohérentes et réduisent chaque étape à une durée maximum de 50 ans. Ensuite? On écrit. Et au fil de l’écriture, plusieurs problèmes se posent : quelles cartes produire pour mettre le texte en image et synthétiser tout ça? Comment faire la liaison avec les autres chapitres? Quel classement thématique des informations adopter? Et puis il y a les questions de fonds : certains éléments de paysage apparaissent facilement, pour d’autres il faudra les chercher dans d’autres sources le moment venu. Tout cela pose la question de l’objectivité de mes observations, éternel débat chez les historien·nes. Ma réflexion progresse à mesure que j’aligne les mots. Je n’aurai pas forcément les réponses à toutes les questions, mais partant de rien ou presque sur la question de la terre à Valenciennes, j’ai la sensation de construire quelque chose. Ne nous enflammons pas, j’en suis surtout à l’étape collecter briques et ciment. Mais il faut bien commencer quelque part.

J’avais donc découpé ma base en cinq périodes en me disant : allez, écrivons une période par jour, à la fin de la semaine ça sera bouclé. Au début c’était facile : assez peu de données, ça se torche vite. J’étais donc confiante. Mais c’était sans compter sur l’étape migraine. Trois jours à ne pas supporter la lumière de l’écran d’ordinateur, et pourtant j’utilise un filtre. Fatigue du confinement? Mon hypertension oculaire? Variation hormonale? Je ne sais pas. En tout cas, j’ai dû lâcher ma feuille de style pendant trois jours.

Que faire d’autre? Lecture sur papier, quand le paracétamol fait suffisamment effet. Et vidéo, DVD de détente et YouTube, formateur ou non, et notamment les capsules d’Emilien Ruiz de formation à Zotero (étonnement ma tablette est plus facilement supportable que l’ordinateur, différence de luminosité?). Je m’y suis mise toute seule il y a environ 18 mois, après un échec cuisant de formation en présentiel en début de thèse. Le logiciel est assez simple, mais je me suis dit qu’écouter quelqu’un qui maîtrise réellement le sujet pourrait sans doute m’apprendre des choses. J’ai regardé les quatre premiers épisodes et déjà je visualise mieux ce que je pourrais tirer de Zotero. En particulier je ne travaille pas assez avec des collections thématiques, jusque-là c’était surtout gestion de mes fonds papier, pas tous entrés pour l’instant, et lectures faites pour la thèse depuis le passage à cet outil. Le rythme effréné de la vie et de la recherche ne me laissaient pas le temps de réfléchir à modifier mes pratiques bibliographiques pour gagner en efficacité. Avec ces vidéos, je visualise beaucoup mieux comment organiser mes données bibliographiques pour des prochains articles par exemple. J’ai aussi pris conscience de ma tendance à lire beaucoup de billets de blogs scientifiques ou d’articles de presse, sans jamais en garder une trace. Je pense donc dédier de nouvelles collections à tout cela, que ce soit pour de la recherche, et en particulier sur l’écriture #sujettendu ou des choses plus personnelles comme l’autisme #aucuneoriginalite. Le hic c’est que je lis beaucoup sur tablette, est-ce que le connecteur Zotero peut s’y installer? C’est à voir. De même, le billet de Pascal Martinolli m’a donné des billes importantes de réflexion sur mon usage des marqueurs. Vous l’aurez compris, je vous recommande chaudement de vous abonner à la chaîne vidéo de la boîte à outils des historien·nes.

Après cet intermède dans la rédaction, je suis revenue à ce chapitre. Je suis sur la quatrième tranche chronologique, et les données commencent à être « nombreuses », mais beaucoup moins que ce qui m’attend pour les deux autres chapitres. Ca m’amène à m’interroger sur la façon dont je vais gérer très prochainement ce très gros corpus, et en particulier comment je vais pouvoir les analyser avec le logiciel Cytoscape pour lequel j’ai reçu une première formation l’hiver dernier. Car il va me permettre d’aller plus loin qu’une analyse traditionnelle et d’aller véritablement dans de l’analyse de réseau, avec support dédié. Ca m’effraye un peu, comme tout ce qui est nouveau, mais je pense que ça vaut le coup d’y consacrer un peu de temps.

Et le moral me direz-vous? C’est fluctuant. Il y a des jours où l’enfermement glisse sur moi comme un rayon de soleil sur le pelage d’un chat endormi. Et d’autres où c’est plus compliqué. Je passe de moins en moins de temps sur les réseaux sociaux, trop anxiogènes. J’envisage même de muter certains mots pour nettoyer un peu mon fil Twitter et le rendre un peu plus respirable, car à la fois j’ai besoin de garder ce contact avec ma communauté virtuelle, en dépit de mes problèmes de socialisation #actuallyautistic. Les nuits foireuses sont revenues, j’en suis à deux nuits blanches cette semaine, et je les encaisse mal. Et à la fois je n’ai pas envie de me gaver de comprimés pour dormir.

En photo : La muraille de Concarneau, été 2019.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.