Thèse confinée dans mon regard d’autiste, épisode 4

Aujourd’hui s’achève la quatrième semaine de confinement. Il paraît qu’il faut trois semaines pour prendre une nouvelle habitude quotidienne, il faut croire que c’est un peu pareil pour le confinement. Après une dégringolade de mon rythme de travail, j’ai à nouveau la tête hors de l’eau.

La semaine dernière, le bilan n’était pas brillant. Peu d’écriture, peu de lecture, beaucoup d’angoisses. Les angoisses sont toujours là mais le travail revient peu à peu. Je vous parlais de cette thèse que j’avais escomptée lire en version papier et qui n’était pas sortie. Le sera-t-elle un jour? Je n’en sais rien, mais toujours est-il que la fin de la thèse me contraint à la lire en pdf. Un format pas pratique pour moi mais salutaire. Pas pratique car cela veut dire de l’écran, et c’est mauvais pour mes yeux, dont je dois prendre davantage soin depuis que l’ophtalmo a pointé l’hypertension oculaire. Et puis j’aime manipuler les ouvrages. Cela me permet de naviguer dedans plus facilement. Tant pis pour cette fois. Salutaire toutefois car ça a permis de déverrouiller mes freins. Cette thèse a été soutenue juste avant que je m’inscrive en doctorat, et les échos que j’en avais eus étaient pour le moins élogieux. Donc grosse pression, intimidée, toussa. Donc je lis. D’abord le chapitre d’historiographie. Déjà là, grosse surprise, je n’y apprends pas grand-chose. Non pas par manque d’intérêt de ce morceau, c’est même bien synthétisé et relativement digeste. Mais soulagement de voir que j’ai bien fait le tour de la biblio disponible. C’est toujours l’une de mes craintes, oublier une référence importante. Et puis vient le chapitre de méthodologie, dans lequel l’autrice explique concrètement sur quelles sources elle s’appuie et comment elle compte les exploiter. Et là je prends conscience de l’envergure de son travail… et en miroir du mien. Ou plutôt, l’un des problèmes qui se posait à moi était l’impossibilité de terminer le dépouillement de certains fonds. Et en fait son écrit m’explique l’air de rien que vu la base archivistique sur laquelle je travaille et le vide historiographique d’appui, eh bien ça sera largement suffisant. En tout cas pour l’instant. Car cette partie ne peut qu’être, par la force des choses, une première ébauche du paysage urbain et de l’emprise foncière exercée par la population urbaine. Tout simplement parce que cette autrice s’appuie sur une historiographie abondante pour son espace d’étude, dont elle souligne le poids à plusieurs reprises, son travail s’inscrivant dans une démarche de synthèse de tout cela. Historiographie qui n’existe pas pour le Valenciennois. Il y a Sivéry évidemment, mais c’est à peu près tout. Donc j’ai mon angle d’attaque. Restait à décider comment agencer mon analyse. Là encore, c’est cette thèse qui me donne les clés : son travail est pionnier, novateur, il est quasiment le seul point de comparaison dont je dispose, il m’apparaît logique de suivre son exemple pour permettre cette comparaison. Après tout, une thèse n’est pas forcément là pour systématiquement créer de nouvelles méthodologies ex nihilo, tester l’existant est tout aussi important. Et donc j’ai passé le reste de ma semaine à travailler ma feuille de données pour qu’elle soit exploitable au regard de la méthode mise en œuvre par cette autrice. Ce n’est pas tout à fait fini, mais suffisamment avancé pour pouvoir rédiger l’un des trois derniers chapitres. Aujourd’hui sera donc consacré à écrire le plan détaillé, pour avoir une feuille de route à suivre. Et d’ici la fin de la semaine qui vient j’espère avoir bouclé ce chapitre.

Cette semaine est donc très positive sur le plan de la thèse. En revanche, elle marque un pas de plus vers la soutenance, et là c’est le drame : certains aspects concrets de la soutenance commencent à me travailler et je ne suis pas sereine #dramaqueen. Oui, comme tout le monde me direz-vous. Certes. Là ce qui m’inquiète ce sont des choses relatives à l’autisme, des choses triviales, sans importance pour des non-autistes. Par exemple la gestion du contact oculaire, la poignée de main pour saluer le jury ou encore les éventuels sous-entendus dans les questions. Bref, des problèmes inexistants pour la plupart des gens, de taille pour les comme moi. Je pense ouvrir un fichier pour lister ces problèmes et mettre tout ça sur la table avec ma directrice et le service handicap de la fac. Car l’autisme va s’inviter à ma soutenance, il fait trop partie de moi pour que ça ne soit pas le cas, mais je refuse qu’il prenne les rênes des circonstances.

En couverture : BMV ms 667 « Ung brief recoeul de la construction de la noble et poissante ville de Valenchiennes et de ses circumvoisins », XVIe siècle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.