Thèse confinée dans mon regard d’autiste, épisode 3

Je vous disais la semaine dernière que je perdais la notion du temps et que j’avais du mal à me concentrer sur le travail. Au risque de vous spoiler la suite d’une histoire passionnante #ironieinside, cette semaine ça ne s’est pas arrangé.

Je pensais avoir touché le fond la semaine dernière en matière de réduction de la charge de travail, eh bien non. Lors de la semaine écoulée j’ai réussi à en faire encore moins. Concrètement ça se résume à lire un chapitre, taper mes notes de lecture pour une recension et écrire ladite recension. Et j’ai dû écrire genre trois pages pour ma thèse. Habituellement je tourne plutôt à 2-3 pages par jour, donc là c’est très maigre. J’évoquais la semaine dernière la problématique des rythmes bouleversés : c’est évidemment toujours d’actualité, je pense même que ça s’est accentué. Mais après cette semaine je crois qu’il faut mettre en avant un autre point : le contenu de ce groupe de chapitres qu’il me reste à écrire. Il y aura toujours de l’histoire sociale, mais il y a cette fois ce qui relève de l’analyse du foncier et ça, ça m’effraye. En particulier les cartes. Autant celles concernant les campagnes de Valenciennes seront assez faciles à produire dans la mesure où je ne fais pas d’analyse au niveau individuel de chaque village, et j’ai donc déjà les outils dont j’ai besoin, autant pour l’intérieur des murailles urbaines je n’ai pas les fichiers ad hoc de fonds de carte, pour lesquels je comptais demander de l’aide au service archéologique à la base, hélas inaccessible à l’heure actuelle. Je trouve aussi assez peu de bibliographie se rapprochant de ce que je souhaite faire, tant en termes de méthode que de sources exploitées, ou alors j’ai mal cherché. J’ai bien une – volumineuse – thèse en tête, soutenue un peu avant mon inscription, placée à l’époque sous embargo, et pour laquelle je m’étais dit que j’attendrais la publication pour la lire. Mais la bise est venue et point de livre à me mettre sous la dent. Il va donc falloir la lire sur écran, ce qui n’est pas sans poser problème #santédefer #oupas. Et puis c’est un domaine qui ne m’est que peu familier, je le découvre avec la thèse, il ne faisait pas partie de mes préoccupations de master. De ce fait j’ai l’impression de tâtonner, de ne pas savoir où je vais. Et c’est très inconfortable comme sensation. Voilà qui ne va pas arranger mon syndrome de l’imposteur.

Point positif concernant la recension : j’ai mis en œuvre une méthode testée lors d’une recension précédente, à savoir résumer chaque chapitre en cinq lignes maximum, l’ensemble servant de base à la trame générale pour l’écriture du compte-rendu. Je trouve que ça facilite grandement la mise en forme de mon texte, je pense que c’est une technique que je vais systématiser. Je concède ceci dit que le travail a été facilité ici par le fait que l’autrice a joint systématiquement une introduction et une conclusion pour lesquelles on sent qu’un gros travail d’intelligibilité a été mené, de façon à aider la/le lecteur/trice à se saisir des idées développées. La base me direz-vous, pas forcément si j’en juge par un autre livre que je dois terminer et qui me donne bien de la peine depuis plusieurs mois. Dans ce second cas le contenu est passionnant mais manque de problématisation et d’appareil de compréhension de l’optique générale de l’auteur. Reste à trouver comment le dire sans être blessante, car le contenu de l’ouvrage mérite qu’on s’y attarde, l’auteur ayant fourni un gros travail de dépouillement et de croisement des sources.

De ce fait j’ai des scrupules à poser un planning hebdomadaire. Et je n’arrive pas à identifier quels leviers actionner pour relancer la machine à rédiger.

Illustration : Extrait de l’obituaire des Franciscains, rédigé en 1406, BM Valenciennes ms 1016.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.