Thèse confinée dans mon regard d’autiste, épisode 2

La seconde semaine sans quitter la maison s’achève. Si vous le voulez bien, parlons du rythme de travail d’abord, et des émotions ensuite.

La première chose qui me frappe en regardant la semaine écoulée, c’est la perte de la notion du temps. Les jours défilent, et cela fait plusieurs matins que je me réveille sans savoir quel jour on est. Les repères temporels ont complètement disparu. Si mon téléphone ne me permettait pas de connaître la date, je crois bien que j’aurai du mal à donner le mois juste. C’est ce qui me perturbe le plus dans toute cette histoire, je cherche désespérément un élément normal auquel m’accrocher. Même mon quotidien de travail ne me semble plus familier. Désormais on se réveille quand on a fini de dormir, ou quand le chien de la voisine pleure dehors parce qu’il veut rentrer. Comme si c’était les vacances. De ce fait les journées au bureau ne démarrent pas forcément à la même heure, et surtout pas à celle du temps normal désormais révolu. J’essaye pourtant de garder les mêmes rituels de début de journée : les mails, l’examen des nouvelles offres d’emploi, et un coup d’œil à Twitter. Peu de rédaction en tant que tel, l’objectif principal de cette semaine était de terminer ces trois recensions commencées. Depuis toute petite je lis plusieurs livres en même temps, sans jamais être gênée dans la compréhension de leur contenu, et ça ne s’arrange pas avec le doctorat #HPI. Donc trois livres entamés, et bien avancés, mais pas finis. En temps normal la charge de travail aurait été raisonnable. Etrangement j’ai peiné à terminer celui que je considère prioritaire. Non pas par manque d’intérêt, au contraire, mais il m’a semblé très difficile de me concentrer chaque jour sur quelques chapitres. Donc au lieu de trois, je n’en ai terminé qu’un, j’espère boucler la rédaction de cette recension d’ici demain soir. Ensuite on laissera décanter quelques jours avant de relire et d’envoyer au chercheur en charge de la rubrique à qui je dois ce texte. Il faudra donc caser autre part la fin de lecture des deux autres livres en attente. Il n’en reste pourtant pas tant que ça, 60 pages pour l’un, 120 pour l’autre, et ils sont tous deux très richement illustrés, donc même si j’accorde évidemment de l’attention aux documents insérés dans le texte, la lecture est plus rapide qu’un livre sans image. J’espère quand même les boucler pour dimanche prochain.

J’ai écrit un peu aussi : j’ai terminé l’analyse des fiefs tenus directement du comte de Hainaut. Un fichier déjà conséquent, à redécouper pour insérer les passages dans les chapitres ad hoc. Et un peu de relecture aussi : j’avais déjà bien avancé la correction de ma première partie de thèse, là j’ai entrepris de faire une relecture complète pour gommer les dernières coquilles et compléter les dernières demandes de ma directrice. Ne restera plus à la fin qu’à ajouter la numérotation des documents que j’insère au fur et à mesure dans mon propos et évidemment la numérotation des pages, mais ça devrait se faire assez vite.

Quoi d’autre? Rien. En temps normal j’aurais sans doute écrit davantage ou dépouillé quelques sources par curiosité. Je n’y arrive pas. Le reste du temps a été consacré à des tâches domestiques et familiales et à … me reposer. Car je suis épuisée. Ca a fait l’objet d’une séance avec la psy qui me suit pour mon autisme. Paradoxalement, alors qu’habituellement je fais tout ce que je peux pour éviter de sortir, là je suis épuisée parce que je suis à la maison. La perte des repères temporels est plus lourde de conséquences que je ne l’avais pressenti. Je mets plus de temps avant de lancer la machine à travailler le matin, et elle fonctionne moins bien. Comme si j’étais en demi-sommeil. La cohabitation avec les autres occupants de la maison se passe mieux, mais elle est toujours aussi fatigante. Car je n’ai toujours pas de moment de solitude complète à la maison, et il va falloir composer avec cela jusqu’à la fin du confinement. Ce dernier point est un sérieux problème pour moi. Comme beaucoup d’autistes, j’ai du mal à me projeter dans l’avenir si les choses ne sont pas fixées clairement. Sans ça, il m’est difficile de m’organiser. Raison pour laquelle vous ne me verrez pas twitter ce que j’aimerais faire à la fin du confinement. Je ne sais pas, car je n’arrive pas à le visualiser. Et comme il me faut un temps pour me préparer aux choses (pour une sortie dans un lieu public par exemple, j’ai besoin d’être prévenue au moins deux jours avant pour organiser la gestion de la surcharge sensorielle), il est possible que je ne participe pas à la liesse populaire de fin de confinement que je lis annoncée ici et là. Le même problème se pose dans le travail, par exemple, pour la bibliographie : faut-il monter une liste à envoyer à ma bibliothécaire favorite à la réouverture de la BU ou est-il plus sage de tenter ma chance auprès de la #BibliSolidaire? Et pour la rédaction de la thèse, faut-il écrire tout de suite ou attendre la réouverture des archives pour aller chercher les documents qu’il me manque encore au risque de ne pas être exhaustive dans l’exploitation des fonds? Le confinement annoncé par période de quinze jours est une catastrophe pour les personnes dans ma situation, car cette technique ne me permet pas de m’organiser durablement, et ça c’est une source de stress. Ma directrice a tranché et résolu le problème : j’ai dépouillé suffisamment pour écrire, alors je dois écrire. Et tant pis pour ce qu’il reste, au pire on complètera pour la publication. Son mail a été un gros soulagement dans tout ce marasme, car au moins je sais où je vais. Ca m’apporte de la stabilité en dépit des évènements, et c’est un repère clair pour avancer chaque jour, même si c’est à une cadence plus réduite que d’habitude.

En partant de là on essaye de bricoler d’autres repères. Je maintiens le rythme des lessives, c’est trivial mais dans la mesure où j’ai attribué un type de lessive à un jour précis, ça m’aide à m’ancrer dans le quotidien. Parmi les choses qui me sont les plus difficiles à vivre, il y a l’impossibilité de voir ma filleule et ses parents, qui sont tous les trois très importants pour moi. On a fait un Skype cette semaine, c’était très bizarre et à la fois tellement bienvenu ! De même ma séance avec ma psy s’est faite par Skype. C’est essentiel à mon bien-être, et à la fois je n’ai pas aimé : l’acoustique est différente, et elle est chez elle, comme tout le monde, sauf que j’aime beaucoup l’ambiance de son cabinet de consultations, il est si apaisant!

En illustration de ce billet, l’une des légendes de fondation de Valenciennes, un épisode de peste qui aurait eu lieu en 1008, au cours duquel la Vierge aurait déroulé un cordon protecteur derrière lequel se serait protégée la ville, et aurait ainsi été épargnée. BM Douai ms 1183 f° 39 v°.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.