A quel âge meurt-on au Moyen Age?

La question de l’espérance de vie des populations médiévales est un sujet qui fait couler beaucoup d’encre, surtout lorsqu’il est question de combattre les clichés. Qui n’a jamais entendu dire qu’on mourrait jeune? A 25 ou 30 ans? Même si la communauté historienne, rejointe par celle des archéologues, se donne beaucoup de mal pour apporter un peu de méthode à ce débat, les idées reçues demeurent. Aujourd’hui, je vous explique comment je m’y prends pour calculer l’âge de ma population.

Préalable indispensable : il est clair que faute de sources mes estimations ne portent que sur celles et ceux qui ont écrit ou laissé une trace écrite, c’est-à-dire les riches, ou du moins les pas trop pauvres. Inutile donc de me demander l’espérance de vie d’une prostituée ou du manouvrier qui décharge les bateaux à la maison de la Vasne, je n’en ai aucune idée, et il me semblerait incongru de donner un chiffre au hasard.

Autre préalable : je rappelle pour les néophytes qu’à la fin du Moyen Age, point d’état-civil, et point de registre de baptême-mariage-sépulture qui facilite – ou complique parfois, c’est selon – la vie des généalogistes ou des historien·nes modernistes voire contemporanéistes. Donc il faut fouiner.

La première chose à faire est de compiler les documents qui évoquent un même personnage : un testament, un contrat de mariage, un acte de vente, une mention dans les registres de comptabilité de la ville… tout peut être utile. Ensuite, on remet tout dans l’ordre chronologique et on calcule, pour aboutir à des fourchettes. Je vous propose un exemple concret, fondé sur un Valenciennois dont je scrute la vie depuis le Master : Jehan Dougardin.

Que savons-nous de lui? Il est le fils de Colart Dougardin, qu’on trouve aussi sous le nom de Nicolas Dougardin, parce que les clercs ont de l’humour #oupas et aiment varier les prénoms à cette époque où on est pas très regardant sur l’orthographe #maisvraimentpas. Il épouse à une date inconnue Jehane de Hesques et de cette union naît le petit Melchior. Son testament, conservé aux Archives Municipales de Valenciennes, est rédigé le 03 août 1433, et un relevé d’épitaphes publié au début du XXe siècle par Théodore Leuridan nous indique qu’il décède sept semaines plus tard, soit le 21 septembre. L’ami Théodore nous indique aussi que Jehane est morte le 1er mars 1398.

Le testament de Jehan Dougardin, AM Valenciennes II 2 9971

Fouillons maintenant les listes de l’échevinage, qui gouverne la ville. Il y est cité à treize reprises, comme échevin puis lieutenant, entre 1386 et 1428, il mène donc une fort belle carrière politique, car la coutume impose un délai de trois ans entre deux mandats. Enfin, la thèse d’Andrée Scufflaire nous indique qu’il hérite, achète et vend des fiefs entre 1382 et 1433.

A partir de quel âge peut-on mener des transactions et briguer un mandat politique? La Charte du Hainaut de 1200 indique 15 ans, âge auquel la Paix de Valenciennes de 1114 précise que les jeunes garçons doivent prêter serment de fidélité à la ville.

Sachant que Jehan vend son premier fief en 1382, qu’il hérite d’on ne sait pas qui ni quand, on peut en déduire qu’il a au moins quinze ans à ce moment-là, il est donc né au plus tard en 1367. Son père est décédé une année auparavant, et la loi du Hainaut prévoit qu’un enfant n’acquiert sa capacité civile qu’après le décès de son père, par mariage ou émancipation. Je n’ai pas encore fouillé les listes d’émancipation, c’est une piste à creuser ; par ailleurs il est peu probable qu’il soit déjà marié à cette époque vu l’année de décès de son épouse et le fait qu’ils n’ont eu qu’un enfant qui ait survécu (les sources ne font aucune mention de fausse-couche ou d’enfant mort-né). En l’état actuel des choses, s’il avait déjà atteint l’âge de 15 ans à la mort de son père, cela remonte sa naissance à 1366. Cela porte à 19 ou 20 ans son âge minimum lors de son premier mandat d’échevin : c’est très jeune, et il est sans doute choisi sous l’influence de sa famille, qui a la haute main sur le Magistrat depuis plusieurs décennies. Son épouse décède donc alors qu’il a au moins 31 ans, et il décède à l’âge d’au moins 66 voire 67 ans. Evidemment il s’agit d’une fourchette basse, car nous ne savons pas à quelle date il est entré en possession de son premier fief, il est donc possible qu’il ait vécu plus longtemps, c’est une hypothèse qui pourra être révisée avec l’examen des sources qui dorment encore aux Archives…

Bibliographie et sources :

– AM Valenciennes, II 2 9971

– BM Valenciennes, ms 737 à 739

– BM Valenciennes, ms 809-821

– LEURIDAN Théodore, Épigraphie ou recueil des inscriptions du département du Nord ou du diocèse de Cambrai, Tome X, Lille, Secrétariat de la société d’études de la province de Cambrai, 1938.

– GODDING Philippe, Le droit privé dans les Pays-Bas méridionaux 12e-18e siècles, Bruxelles, Palais des Académies, 1987.

– SCUFFLAIRE Andrée, Les fiefs directs des comtes de Hainaut de 1349 à 1504 : essai d’inventaire statistique et géographique. Tome 2 : Prévôté de Mons, Prévôté de Valenciennes, Bruxelles, Archives Générales du Royaume, 1978.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.