Thèse confinée dans mon regard d’autiste, épisode 1

Si j’excepte le quart d’heure de sortie dimanche dernier pour aller voter, ça fait maintenant une semaine pleine que je n’ai pas quitté la maison. La dernière fois, c’était vendredi, pour un rendez-vous sur le campus, puis un passage express à la BU pour sortir quelques DVD pour occuper les soirées et surtout les précieux livres qui me seraient inaccessibles pour un temps indéterminé, puisque le Président de la République avait annoncé la veille que l’ensemble du système éducatif français fermait ses portes… jusqu’à nouvel ordre. Je ne sais pas combien de temps cette situation durera, mais je pense écrire chaque semaine. Non pas pour tenir un de ces journaux de confinement qui fleurissent et ne reflètent rien du quotidien des millions de Français·es qui partagent ma situation. Mais plutôt une béquille, pour m’aider à y voir clair dans tout ce marasme, et aussi pour mettre un rythme à ce temps hors du temps et maintenir un semblant de normalité. Donc le samedi, voire le dimanche, en fonction de mon état de fatigue.

Habituellement je ne sors que peu, le lundi pour reprendre l’enfant à l’école, et souvent le samedi matin pour passer à la BU et récupérer les courses au drive avec mari et enfant. Mes journées sont scandées par l’absence de ces derniers, à l’école tous les deux, l’un en tant qu’élève, l’autre en tant que prof, mais tous deux en apprentissage de l’Autre. Je suis donc seule, avec mes deux mimines, qui se relayent dans la journée pour occuper le poste envié d’observation à côté de mon ordinateur, et dorment le reste du temps, voire prédatent les oiseaux qui se présentent à la fenêtre ou dominent l’escalier qui mène au rez-de-chaussée #viedechat. Souvent je travaille trois-quatre heures à la suite, mails, point biblio (tâche quotidienne que je me suis astreinte à faire dernièrement, pour la relire, lisser les problèmes de mise en forme, de titre incomplet voire #horrescoreferens d’auteur/trice erroné), notes de lecture à saisir puis rédaction. Et enfin une pause méridienne au sens large, parfois midi, parfois 14h, mais selon toujours le même rituel : je pends la lessive lancée avant ma session de travail du matin pendant que mon repas chauffe. Je me compose un plateau et je m’installe sur mon lit pour déjeuner devant un épisode de l’une de mes séries favorites. Puis je retourne travailler pour une seconde session et c’est déjà le retour de mon duo scolaire. Je suis donc seule environ 9h par jour. Avantage de l’autisme, ça me convient. J’ai besoin de ces temps calmes de solitude, pour me concentrer, pour pouvoir me livrer à mes rituels sans craindre d’être troublée, pour être apaisée, pour être moi, sans masque, ce masque qui détruit tant d’autistes pour satisfaire au monde des non autistes.

Mais depuis une semaine je dois tout recomposer. J’ai fini avec la biblio, ne reste plus qu’à vérifier si j’ai bien mis tous les n° de tome aux articles de la Revue du Nord, c’est pas essentiel mais perfectionnisme et sens du détail oblige, je vais me sentir mal si ça n’est pas harmonisé. Le reste est clean, majuscules accentuées comprises. J’ai aussi écrit douze pages en une semaine, pour lesquelles j’ai dû faire un gros travail de préparation des tables attributaires utiles pour la constitution des cartes, essentielles à mon propos. Et c’est très chronophage. De même j’ai voulu mener une étude du profil social des personnes qui interviennent dans le corpus que j’exploite ces temps-ci. Là encore, travail d’harmonisation des orthographes des patronymes, puis identification des individus, et recoupement avec d’autres chapitres déjà écrits et d’autres sources pour les plus fréquents, afin de dresser un portrait plus complet des activités des gens cités, surtout quand ce sont des personnages nouveaux dans ma rédaction. Et aujourd’hui lecture de trois chapitres de monographies urbaines. En milieu de thèse j’avais pris peur en découvrant l’ampleur de cette collection chez Privat, ainsi que celle aux presses du Septentrion et qui narrent en un volume l’histoire d’une ville, de ses origines à « aujourd’hui ». Il me paraissait impensable de tout lire, et je n’avais pas encore conscience de deux choses : d’une part qu’une lecture exhaustive était inutile, surtout pour les périodes postérieures à la mienne, et d’autre part qu’en général les éléments de contexte chronologique ne présentaient qu’un intérêt limité pour ma rédaction. Maintenant que j’écris, je sais ce que je cherche, je vais donc beaucoup plus vite. Et puis ma technique de lecture s’est affinée, je sais désormais comment prendre mes notes pour qu’elles soient efficaces au moment où j’en aurai besoin, et je sais aussi quels éléments prélever dans les textes que je parcours, parfois en diagonale pour chercher des mots-clés précis. Autre avantage autistique, mon sens du détail m’amène à trouver ces mots très facilement. Je vais donc plus vite, et si je me tiens à une lecture régulière je peux encore améliorer mon temps de lecture. J’ai donc lu, écrit et complété les fichiers utiles à la thèse. Pourtant, je sens déjà que mon rythme de travail change. Depuis trois jours j’ai du mal à me poser devant mon écran. Ca me paraît loin, et à la fois ça s’impose tellement à moi : quoi de mieux que tout ce temps disponible sans impératif extérieur pour avancer un maximum la rédaction et boucler enfin le projet thèse? Mais l’actualité, avec les cafouillages des instances gouvernantes, les chiffres qui tombent régulièrement, les informations contradictoires sur la dangerosité de ce virus, comment travailler l’esprit tranquille? Ces deux derniers jours j’ai fait à peine le quart de ce que je fais d’habitude. Je commence à prendre conscience du monde dans lequel nous avons basculé : comme beaucoup d’autistes, il me faut toujours du temps pour réaliser la gravité d’une situation, sauf danger immédiat. Donc je suis en décalage. Avantage ou inconvénient de l’autisme? Je ne sais pas.

J’ai aussi eu l’impression de ne pas faire grand-chose cette semaine, car mon rythme est bouleversé : je dois composer avec l’enfant, qui me sollicite pour un câlin, pour partager une victoire à Pokemon Rumble, ou lui indiquer les tâches scolaires du jour. Il vit, il bouge, il fait du bruit. A travers les murs, je perçois ses mouvements, ses chuchotis, inconvénient de l’hypersensibilité auditive. Idem pour le mari, qui se fait discret, sauf depuis deux jours, car il cherche désespérément de la sociabilité. Il a fait ce qu’il pouvait en début de semaine pour indiquer des ressources numériques à ses collègues, mais un prof-doc sans élèves, c’est un peu comme une craie dans une classe dotée d’un TBI #lesvraissachent. Bref, du bruit, du mouvement, et surtout plus de solitude. Plus de possibilité d’aller et venir sans croiser l’un ou l’autre. Entendons nous bien, j’aime leur compagnie, mais j’ai aussi besoin de solitude, c’est salutaire pour moi. Et là je ne l’ai pas. Alors c’est dur, je prends sur moi pour ne pas exploser, je travaille avec mes fidgets pour tenter d’endiguer ce trop-plein d’émotions. Sauf qu’il faut aussi composer avec les émotions de mes deux coloc, et l’un des deux se maîtrise mieux que l’autre, et ce n’est pas celui que vous croyez. Il faut donc inventer de nouvelles façons de vivre ensemble, de se supporter. J’ignore si on y parviendra. Pour l’instant on bricole. 

Je me sens incomprise dans mes besoins émotionnels, et sans soupape pour évacuer. Ma psy a maintenu mon prochain rdv, qui se fera par Skype ou exceptionnellement au téléphone si Skype ne passe pas, mais je ne sais pas si ça suffira. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search